ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Top départ pour le festival international du film oriental de Genève

07/06/2023|Ilyana Hamiti

Vous fêtez cette année les 18 ans du festival, comment a-t-il évolué au cours de ces années ?

Le FIFOG est un festival de films et un festival de difficultés. Mais il a toujours su se montrer créatif et fort. Durant ses 18 ans, le festival a exposé plus de 1000 films et autant de réalisateurs.trices à Genève. Certains cinéastes primés aujourd’hui à Cannes, à Berlin et à Venise, comme Mounia Meddour, Kaouther Ben Henia ou encore Salah Issaad, ont fait leurs débuts au FIFOG. La 18e édition du FIFOG, placée sous le signe du Rêve, a lieu du 12 au 18 juin 2023 à Genève, et ce dans 3 lieux de projections : le Crowned Eagle, les Cinémas du Grütli et Fonction: cinéma. Célébrant le Rêve, cette nouvelle cuvée présente 43 films, tous genres confondus, dont 17 longs-métrages, 26 courts-métrages et 2 documentaires. Les réalisateurs.trices de ces œuvres, dont 15 femmes, viennent de 26 pays d’Orient et d’Occident.

 

Trois compétitions sont mises en place : Compétition Officielle des longs-métrages, Compétition Officielle des courts-métrages et Compétition scolaire. Tandis que dans les deux premières, respectivement, 8 et 10 films concourent pour le FIFOG d’or et le FIFOG d’argent, dans la dernière 6 courts-métrages sont en lice pour le FIFOG d’or des écoles publiques genevoises.

 

Deux jurys, longs-métrages et courts-métrages, composés de personnalités du cinéma et de l’art, de renommée internationale, départageront les films en lice. Dans le répertoire des projections spéciales, plusieurs sont au programme : une iranienne, en collaboration avec l’association Femme Vie Liberté - Zan Zendegui Azadi Suisse, une arménienne soutenue par l’Ambassade d’Arménie à Genève, une kosovare-albanaise, en partenariat avec la communauté albano-kosovare de Suisse, une tunisienne, avec le support de l’association Le Pont-Genève, et enfin une bengali avec l’aide de la Communauté du Bengladesh en Suisse.

 

Quels sont les grands favoris de cette année ?

Nous n’avons pas de préférence. Nous avons travaillé à présenter une sélection de qualité et les jurys ainsi que le public jugeront. Nous proposons un rêve à vivre intensément. Pour y arriver, nous avons respecté plusieurs critères. D’abord, nous avons opéré un savant et équilibré dosage entre les réalisateurs-trices confirmé.e.s et les découvertes. Ensuite, nous avons donné une large place aux jeunes qui signent des œuvres pertinentes et impertinentes. Leur présence dans le FIFOG est une sorte de prolongement de l’accomplissement de leur rêve de réaliser des films qui parlent de leurs préoccupations et de leurs sociétés. A cela, il faut ajouter l’importance donnée aux œuvres de femmes et/ou sur les femmes. Elles sont nombreuses à s’imposer aussi bien par la qualité́ que par la sensibilité́ de leurs œuvres. Enfin, nous avons tenu à respecter la représentativité́ géographique qui couvrent un large éventail de pays: le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, le Liban, l’Albanie, le Kosovo, le Bangladesh, l’Iran, la Turquie, etc. 

On peut dire plein de choses en somme. En mettant un peu de poésie. Tenez, on peut dire, par exemple, c’est un rêve oriental, mariant espoir et désespoir, réalisme et onirisme, pertinence et impertinence, que le FIFOG propose de vivre intensément.

 

Pensez-vous que le film oriental est encore un genre invisibilisé ?

La production cinématographique est gouvernée par les lois du marché et de la politique. Trêve de naïveté. Le film oriental a de la peine à s’imposer, au vu de ces deux lois. Le film est vecteur d’une vision du monde et d’idéologies. Et les Orientaux qui font des films se retrouvent devant une double rupture : avec le monde occidental qui veut imposer sa vision et les conservateurs de son pays qui cherchent à le domestiquer. Ce qui réduit sensiblement son espace d’exposition. Il lui reste des festivals de film, comme le FIFOG, pour se rendre visible.

 

Qu’avons-nous au programme du cinéma libanais ?

Dans le programme, figure Le dernier piano de Jimmy Kairouz et du court-métrage Immaculate d’Anthony Yazbeck. On n’a pas reçu beaucoup de films libanais. Je profite de cette occasion pour encourager les cinéastes libanais à soumettre leurs films à travers notre site internet. Le FIFOG accorde une place importante à cette cinématographie. Dans le registre des expositions, l’artiste libanaise et arménienne Alexandra Bitar exposera ses œuvres, en marge du festival. Enfin, la présence de l’écrivaine Yasmine Char complètera cette belle toile libanaise.

Toutes ces œuvres célèbrent le Rêve et dégagent un puissant souffle qui pousse les personnages à suivre leur étoile. Elles sont aussi l’expression des imaginaires illimités des cinéastes et de leur société. Elles dessinent un monde meilleur et dénoncent les cauchemars ou encore incitent à résister face aux injustices.

 

Sur quelle plateforme pouvons-nous suivre le festival ?

Le FIFOG est visible sur internet, sur les divers réseaux sociaux, et aussi grâce aux canaux de communications de ses partenaires

 

Pour en savoir plus : www.fifog.com

 

Le FIFOG en chiffres

 

  • La 18ème édition du FIFOG : du 12 au 18 juin 2023 + projection le 22 juin
  • 3 lieux de projection : Le Crowned Eagle, Le cinéma du Grütli et le Fonction : cinéma
  • 43 Films, tous genres confondus, fictions longues, fictions courtes et documentaires.
  • 18 longs-métrages et 26 courts-métrages, 2 documentaires (1 Long, 1 court)
  • 45 réalisateurs.trices, dont 15 femmes soit 1/3 (5 de longs et 10 de courts)
  • 22 films ont pour sujet la condition féminine (6 longs et 16 courts)
  • 4 compétitions : Compétition Officielle (8 Longs-métrages) / Compétition officielle (10 Courts- métrages) / Compétition Scolaire (6 courts -métrages) / PANORAMA (10 longs-métrages) et PANORAMA (12 courts-métrages)
  • 22 films sélectionnés dans la section Panorama dont :
  • 22 films en compétition officielle dont :
  • 4 Orient-Express (sélections d’une série de courts-métrages)
  • 26 pays différents (Algérie, Maroc, Tunisie, France……
  • 26 Invités
  • Plusieurs débats suivront les projections
  • 7 jurés : 4 pour les longs métrages (3 femmes et 1 homme) et 3 pour les courts métrages (2 femmes et 1 homme )
  • 5 soirées spéciales :  iranienne/ arménienne/ kosovare- albanaise/ tunisienne / Bangladesh
thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo