ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Des écrans aux idéaux: Beirut International Women Film Festival

09/04/2024

La cérémonie d’ouverture du Beirut International Women Film Festival se tiendra au Casino du Liban, honorant la légende égyptienne, artiste, actrice et chanteuse Yousra, qui recevra le Golden Tanit Award (prix Tanit d’Or) lors de cette 7e édition du festival. Sam Lahoud, fondateur pionnier de la Beirut Film Society, a partagé ses informations sur les origines du festival, sa mission et son impact plus large sur la société.

 

Sam Lahoud a retracé l’origine du festival, l’attribuant à une idée née en 2013 qui a ensuite évolué, avec la production et le succès subséquent du film Void (Waynon), qui a été reconnu lors de plusieurs festivals internationaux de films de femmes. "La genèse du festival remonte à 2013-2014, inspirée par notre implication dans la production du film Void, écrit par Georges Khabbaz. Avec son focus thématique sur les femmes, ce qui nous a véritablement propulsés était la réception du film dans divers festivals internationaux de films de femmes. À cette époque, nous organisions Beirut shorts sous le titre du NDU International Film Festival." Cette première rencontre avec le mouvement international pour la représentation des femmes au cinéma a conduit à la réalisation du BWFF.

 

Abordant les défis de la représentation féminine dans les médias, Sam Lahoud a souligné les disparités significatives et les clichés qui ont incité à la création du festival. "Nos recherches et discussions ont révélé une représentation très faussée des femmes à l’écran, avec des narrations stéréotypées les reléguant souvent à des rôles de victimes ou de marginalisation." Il a mis en lumière le contraste frappant entre le pourcentage élevé de femmes diplômées des écoles de cinéma et leur représentation nettement plus faible dans l’industrie, environ 10 à 12%, surtout dans des rôles de leadership.

 

Le processus de sélection des films du festival, tel que décrit par Sam Lahoud, est un effort rigoureux visant à présenter un éventail diversifié et inspirant de narrations. "Annuellement, nous recevons entre 1.500 et 1.800 soumissions de films. Notre processus de sélection est minutieux, commençant par une phase de présélection qui se réduit ensuite à une liste restreinte basée sur la pertinence thématique, le genre et le sexe du réalisateur." Il a souligné l’engagement du festival à transcender les stéréotypes et à favoriser une riche diversité de perspectives.

 

Sam Lahoud a également présenté les membres clés de l’équipe organisatrice du festival: "L’épine dorsale du festival comprend notre directeur du programme Nicolas Khabbaz, notre directrice artistique Doris Saba et nos principaux programmateurs Maria Abdel Karim et Olga Korokji, soutenus par une équipe élargie."


Interrogé sur les obstacles auxquels le festival fait face, Sam Lahoud a parlé des défis posés par l’instabilité du Liban et des contraintes financières. "L’environnement instable du Liban et les contraintes financières posent des défis significatifs." Cependant, il reste inébranlable, porté par une croyance profonde dans la capacité du cinéma à effectuer un changement.

 

Réfléchissant à l’impact potentiel du BWFF, il a partagé sa vision du festival comme un catalyseur de transformation sociétale. "Le festival n’est pas prétentieux, mais il vise à être un événement de haute qualité capable d’avoir un grand impact sur les médias et la société. Je crois fermement que le cinéma peut provoquer un changement. Toutefois, bien que le changement immédiat soit ambitieux, le cinéma plante des graines de conscience et de dialogue qui peuvent influencer progressivement les normes et perceptions sociétales." Sam Lahoud voit le festival comme un moyen d’inspirer une nouvelle génération de cinéastes et de spectateurs, dans le but ultime de remodeler le paysage médiatique et la manière dont les femmes sont représentées au cinéma et à la télévision.

 

Cette vision du Festival international de films de femmes de Beyrouth comme force motrice du changement souligne l’importance cruciale de créer des espaces dédiés à la célébration et à la promotion des voix féminines dans le cinéma. En reconnaissant et en récompensant le talent féminin à travers des distinctions prestigieuses telles que le prix Tanit d’Or attribué à Yousra, le festival encourage la prochaine génération de femmes cinéastes à briser les plafonds de verre et à raconter leurs propres histoires.

 

À travers le dévouement et la passion de son équipe organisatrice, le BWFF s’engage à briser les stéréotypes et à défier les normes de genre dans le cinéma, prouvant que les films réalisés par des femmes ou centrés sur des thématiques féminines peuvent attirer un large public et avoir un impact profond. L’initiative de Sam Lahoud et de son équipe contribue à forger un avenir plus inclusif et équitable dans le cinéma mondial, où les histoires de toutes les femmes peuvent être entendues et valorisées.

 

Le BWFF se prépare à ouvrir ses portes pour sa septième édition et promet aux adeptes du cinéma de présenter des œuvres cinématographiques exceptionnelles et de susciter des conversations importantes sur les droits, les rôles et la représentation des femmes dans le cinéma et au-delà.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

 

Cet article a été originalement publié sur le site Ici Beyrouth

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo