ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

The Reveal : La guérison par la peinture

04/07/2022|Heloise Uberti

Née au Liban dans une famille d’artistes, Joy Najm habite aujourd’hui à Dubaï depuis un an. Dès l’âge de 6 ans, elle prend des cours de peinture et à 12 ans, elle peint elle-même ses propres toiles. Baignée dans un climat de culture, de musique et d’art, elle touche à tout, s’initie à différentes techniques, et développe son propre style. Très vite, le portrait l’attire. Elle peint des visages, crée des personnages avec qui elle sent une véritable connexion, un lien très intime. 

 

À partir de l’adolescence, des problèmes de santé la forcent à mettre fin à toute activité artistique et professionnelle. Pendant 20 ans, elle ne peindra plus, incapable de faire quoi que ce soit. Mais début 2021, son pinceau lui fait de l'œil, sa main la démange. Le désir de se relever, de se reconstruire est plus fort que ses propres blocages. Alors elle accepte le défi, et elle se remet à peindre. D’abord pas à pas, tableau par tableau, puis toute une série. C’est pour elle un remède et une véritable libération.

Elle couche sur ses toiles la densité de ses émotions. Les personnages qu’elle peint en sont le reflet, l’expression. Elle veut faire ressortir ce qu’elle a ressenti pendant cette période, ses frustrations, ses envies, ses espoirs, sa volonté de vivre plus forte que tout. Ce sentiment d’avoir été en quelque sorte privée d’elle-même, avant de pouvoir enfin sortir de cette caverne, s’ouvrir au monde, et relever la tête. Ses tableaux sont simples, plutôt sobres et dénués, mais chargés symboliquement et émotionnellement. Pendant ces vingt années de convalescence, elle observe les gens de loin, scrute les regards, et elle découvre la profondeur de l’expression par les yeux.  « Tout passe par le regard. Les yeux sont la clé de l’âme, ils ne peuvent rien cacher » nous dit-elle. C’est ce dialogue par le regard qui donne à ses personnages une telle faculté d’expression. Les visages rayonnent de cette lumière particulière propre aux icônes religieuses, que son père étudiait et dont on ressent l’inspiration dans le dessin des traits. Elle mélange impressionnisme, modernisme et tradition, pour créer quelque chose de nouveau et de très personnel.

 

Une vingtaine de ses œuvres sera exposée pour la première fois au KAF Contemporary Art Gallery du 7 au 22 juillet 2022. Elle prépare depuis quelques jours une nouvelle série de tableaux.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici
 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo