ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

SeSobel et le 4 août : un devoir de gratitude

29/07/2021|Gisèle Kayata Eid

SeSobel. Un nom qui depuis 45 ans accompagne nos jeunes atteints de handicap, leurs familles et toute notre société larguée seule face aux graves problèmes de handicap que l’État n’a jamais pris en charge. Et pourtant celui ou celle qui doit assumer une vie décente à un enfant que la nature n’a pas comblé sait combien il est dur d’affronter logistiquement les guerres, les crises, les difficultés financières qui n’ont pas cessé de s’abattre sur le pays et plus encore sur des enfants démunis et sur leurs familles désemparées. 

C’est le combat quotidien de SeSobel (Service Social pour le bien-être de l’enfant libanais).

 

Cependant on aurait pu penser que la catastrophe du 4 août prendrait de cours cette ONG caritative. Imaginez dans la tourmente, alors que le pays était à feu et à sang, enfoui sous les décombres et les cendres, la déroute des familles avec un enfant atteint de handicap.  Et pourtant c’est le pari qu’a relevé SeSobel.

 

Pour rendre compte de l’immensité de la tâche, les chiffres, seuls, parlent. La grande équipe de SeSobel a assumé alors 1630 thérapies respiratoires, assuré 6600 paniers alimentaires aux familles, a offert des soins d’urgence à 250 enfants, a prodigué une médication mensuelle à 227 familles et des vêtements à 140 enfants ainsi que 101 équipements médicaux aux thérapeutes. 

 

Dans une situation de faillite économique, de débâcle sociale, de licenciements à la chaîne, de difficultés sanitaires, médicales, pharmaceutiques, le tout arrosé de Covid meurtrier, c’est beaucoup. C’est énorme. 

 

Avec un budget insignifiant de l’État (qui n’a toujours pas réglé ses arriérés), avec des familles durement accablées, et pour seul soutien des donations qui se réduisent comme peau de chagrin, il a fallu offrir un support financier à 103 familles et du support psychologique à plus de 517 autres. Leurs enfants en interne ont bénéficié de soins ciblés à hauteur de 40 en psychomotricité, 651 en physiothérapie, 574 en psychothérapie, 49 en thérapie respiratoire et 21 en soins à domicile.  Alors que 1792 enfants hors murs ont été pris en charge (175 en assistance technique, 94 en thérapie de langage, 153 en ergothérapie et 6 en accessibilité d’équipements sanitaires).

 

Le triste premier anniversaire de ce 4 août meurtrier est peut-être l’occasion de rendre grâce d’avoir survécu à cette hécatombe en aidant ceux qui s’occupent de nos plus défavorisés, notamment les 1300 enfants de SeSobel… Cela pourrait être le vôtre. 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo