ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Quoi de neuf au CPML?  Alain E. Andrea

29/08/2021|Zeina Saleh Kayali

Vous êtes un acteur important de la vie musicale au Liban. Comment évaluez-vous la situation actuelle de la scène musicale locale et quel changement espérez-vous y instaurer, notamment à travers les articles et critiques musicaux que vous rédigez et que vous venez de déposer au CPML ? 

Je vous remercie pour l'éloge que vous me faites mais je ne me vois nullement un « acteur important de la vie musicale au Liban ». J'aspire, toutefois, à être un gardien fidèle de l'autel de cet art qui jadis faisait la gloire des peuples. Aujourd'hui, la musique au Liban s'est, malheureusement, imbibée du ferment de la corruption et de l’ignorance ; elle s'est alors flétrie, cédant la place au commun et au trivial. Notre pays qui a tenu tête, au fils des années de guerre et d’incertitudes politiques, à la décadence culturelle, traverse aujourd’hui une période sombre de dégénérescence artistique sans précédent. Ce marasme musical n’est certainement pas le fruit du hasard mais la conséquence indubitable des années de dégâts infligés par des imposteurs, des soi-disant musiciens, compositeurs, chefs d’orchestre et journalistes, qui ont déshonoré cette « révélation plus haute que toute sagesse et philosophie », pour reprendre les mots du génie de Bonn. 

Face à la grandeur de l’Art, on ne demeure que minuscules. C’est à lui qu’on doit fidélité, jamais à l’artiste. D’aucuns profitent de la scène musicale pour exhiber leur ego notoire surdimensionné. La critique tend à élever l’art en le rapprochant des intentions du compositeur. De ce fait, l’affection n’a aucune place, elle contribue à la connaissance. Désormais, osons les choses telles qu’elles le méritent ! La maturité musicale au Liban a un si long chemin devant elle pour souscrire au regard critique qui, jadis, rassurait la continuité des arts. C'est dans cette perspective que je me suis engagé à être un aiguillon pour la promotion d'un art sérieux en instaurant, dans la presse locale, une critique musicale objective et spécialisée qui refuse de mettre le bon, le moins bon et le mauvais au même niveau. Je profite ainsi de cette occasion pour remercier mes chers amis, les éminents musicologues Gilles Cantagrel (expert de la musique baroque et de Jean-Sébastien Bach), André Lischke (expert de la musique russe), Nidaa Abou Mrad (expert de la musique levantine) mais également feu le pianiste virtuose Henri Goraieb, feu le multi-instrumentiste et ancien directeur du Conservatoire national supérieur du musique du Liban Bassam Saba, et le compositeur et membre de l'Académie des beaux-arts en France Gilbert Amy, pour ne citer que quelques-uns, d'avoir forgé en moi cet esprit critique pointu. 

Je suis heureux, aujourd'hui, de remettre au CPML la totalité de mes articles publiés entre 2016 et 2021, et qui regroupent des critiques musicales, des descriptions de concerts, des portraits d'éminentes figures musicales, des dossiers spéciaux, des enquêtes journalistiques, des commentaires critiques, des entretiens avec des sommités du monde musical et bien d'autres. Ce fonds sera régulièrement alimenté par de nouveaux articles et mis à la disposition de toutes celles et tous ceux qui cherchent à dénoncer la corruption et le clientélisme endémique qui a gangrené la scène musicale libanaise, et à valoriser la musique sérieuse qui se fraie difficilement un chemin au Liban. Je ne cesserai de répéter la phrase prophétique d'Emile Zola par laquelle il conclut son célèbre article « J'accuse…! », publié le 13 janvier 1898: « La vérité est en marche et rien ne l'arrêtera ». 

 

Pensez-vous que la conservation des archives est un élément important dans le paysage culturel de notre pays ? 

Il va de soi que la conservation des archives culturelles, qu’elles soient scripturales, iconographiques, sonores, vidéographiques ou relevant d’autres médias, constitue un objectif important pour la préservation de la mémoire collective et pour son étude scientifique. Toujours est-il que de telles archives doivent être soumises à des approches descriptives et typologiques scientifiques, qu’elles doivent couvrir (dans la mesure du possible) l’ensemble du domaine visé et qu’elles sont appelées à être numérisées et rendues accessibles aux chercheurs et au public. 

 

Considérez-vous que le patrimoine musical libanais mérite d’être conservé, valorisé et diffusé ? 

Il est également certain que le patrimoine immatériel musical d’un pays mérite d’être conservé, valorisé et diffusé, mais il faudrait que l’ensemble de ce patrimoine soit visé dans cette démarche et non pas privilégier certains aspects au détriment d’autres, lorsque l’annonce est globale, comme celle du CPML. Certes, il est possible de privilégier le patrimoine musical non-commercial, donc d’éviter de déployer les moyens disponibles (généralement réduits) sur l’archivage de la musique dite de variété, étant donné que celle-ci est généralement bien servie et que ses supports sont généralement bien conservés dans les archives des radios et dans des organismes comme la SACEM. Cependant, la frange non-commerciale du patrimoine musical libanais devrait être envisagée dans sa pluralité et son exhaustivité. Or, ce pays possède quatre patrimoines musicaux non-commerciaux : (1) le patrimoine musical traditionnel populaire monodique modal libanais, (2) le patrimoine musical traditionnel artistique ou savant levantin monodique modal porté par des musiciens libanais, (3) le patrimoine musical lié à la musique savante européenne et porté par des musiciens (généralement des compositeurs) libanais, (4) le patrimoine musical libanais issu d’expériences de métissage/fusion avec le Jazz et d’autres musiques du monde, sans être catalogué commercial. 

Cela dit, il est bien temps d'affronter le problème qui se pose depuis des décennies au Liban, et qui réside dans le fait que certains aient voulu que l'une des catégories précitées devienne le seul patrimoine digne de ce nom au Liban. Certains musiciens et institutions semblent ramener tout le patrimoine musical libanais à la seule catégorie (3). Une telle réduction est problématique dans ses implications : il est en effet rédhibitoire d’affirmer implicitement que la seule musique pratiquée par des Libanais qui mérite d’être considérée, archivée et étudiée serait celle de type savant européen. Certes, les ethnomusicologues auraient tendance à symétriquement récuser cette catégorie musicale (3), la considérant comme un ersatz élitiste marginal postcolonial, et à identifier le patrimoine musical libanais aux catégories (1) et (2), tout en s’intéressant parfois à la catégorie (4), dans la perspective des études centrées sur la notion d’Urban Music. 

Personnellement, j’aurais tendance à considérer les deux démarches comme extrémistes par leur exclusion chacune de parts dignes d’intérêt du patrimoine musical libanais général et global. En fait, ce qui pose problème chez de tels ethnomusicologues est leur dédain vis-à-vis des tentatives de développement par des autochtones de musiques allant dans le sens de la musique harmonique tonale européenne, en considérant que de telles tentatives sont d’ordre anecdotique anachronique et que la musique savante occidentale n’est plus harmonique ni tonale et que son avant-garde se trouve depuis longtemps dans des lieux comme l’IRCAM et très peu dans les conservatoires. Et inversement ce qui pose problème chez certaines institutions (dont le CPML) c'est qu’elles font abstraction des (et obstruction aux) traditions musicales monodiques modales, les considérant (implicitement mais parfois explicitement) comme archaïques, sinon arriérées ou sous-développées. Or, le patrimoine musical de l’Inde est avant tout le Râga, celui d’Iran le Dastgâh, celui de Turquie le Makam, celui de Tunisie le Malouf, etc. Pourquoi un pays levantin comme le Liban devrait-il faire exception et ne revendiquer que son patrimoine musical occidentalisé ? 

En somme, le CPML est un très beau projet et son équipe ne peut qu’être félicitée pour son engagement inlassable et son dévouement indéfectible, mais ce centre, comme d'autres d'ailleurs, a besoin, à mon avis, de s’ouvrir aux autres catégories musicales et surtout de rendre son travail scientifique, dans le sillage des avancées musicologiques et ethnomusicologiques que l’on dénomme avec Jean-Jacques Nattiez et François Picard : musicologie générale ou généralisée. 

 

Vous êtes vous-même en train d’écrire un ouvrage important au sujet d’une personnalité qui a marqué le paysage musical libanais et même mondial. Souhaitez-vous en dire un mot ? 

Effectivement, je suis actuellement en pleine rédaction de la biographie du pianiste virtuose Henri Goraieb qui vient de nous quitter le 13 janvier dernier. Cette biographie de référence tentera, comme je le précise dans ma préface, de corriger la négligence des « retardataires » qui méprisent les artistes de leur vivant et ne les récompensent (s'ils le font) qu’à titre posthume en déposant des médailles et des insignes futiles dits de « premier ordre » sur leur sépulture. Cet ouvrage qui sera publié dans la collection « Figures musicales du Liban » aux éditions Geuthner, cherche à rendre un vibrant hommage à cette « encyclopédie musicale vivante », comme le disait si bien le pianiste et compositeur polonais Milosz Magin, en gravant dans l’histoire, pour les générations à venir, son parcours, sa vision de la musique universelle et les souvenirs qui ont jalonné sa prolifique carrière.

 

 

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo