ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

« Mauvaises herbes », Prix France-Liban de l'ADELF 2020

03/02/2021|Georgia Makhlouf

Que représente pour vous ce prix France-Liban ?

Je suis très honorée et très émue d’être la lauréate du prix France-Liban. Les livres sont toujours des rencontres et je me dis que mon texte est allé à la rencontre des membres du jury et les convaincre. Au-delà de la reconnaissance, c’est aussi pour moi un encouragement à continuer à écrire, ce qui est précieux. Enfin, ce prix vient aussi mettre en lumière ce lien si étroit que j’entretiens avec mon pays. Un fil tendu, une corde qui traverse la Méditerranée qui ne s’est jamais rompue depuis mon départ en 89.  
 

Pourriez-vous nous présenter votre roman en quelques lignes ? 

C’est très difficile de présenter un roman en quelques lignes. Je dirais que ce roman est avant tout une histoire entre une fille et son père sur fond de guerre civile. Une grande histoire d’amour avec tout ce que ça peut comporter de poésie et de beauté mais aussi de silences, de douleurs, de pudeur et de non-dits. C’est un amour qui ne se dit pas, l’histoire d’un long silence qui en devient assourdissant. Les voix de la fille et du père qui s’alternent sous forme de monologues de chapitre en chapitre finissent néanmoins par former un dialogue. Ces deux-là finissent par le biais de la littérature par se dire beaucoup de choses finalement.

C’est aussi l’histoire d’un exil intérieur, de deux « mauvaises herbes ». La guerre civile, qui est le décor de fond, n’est vue qu’à travers cet exil, cette solitude, la singularité de mes deux personnages qui se sentent complètement étrangers au monde à la dérive dans lequel ils vivent. C’est aussi l’histoire d’une longue perte. La perte d’un pays et d’un père au même rythme.

 

Est-ce votre premier texte abouti ou aviez-vous écrit d’autres textes avant ?

J’ai toujours écrit. Je me souviens de quelques textes écrits dès que j’avais été en âge de tenir un stylo et de former des mots. J’ai continué à écrire tout au long de ma vie mais plutôt des textes courts que je ne donnais jamais à lire. Quand j’ai achevé l’écriture de « Mauvaises herbes », je me suis rendue compte que j’avais un roman entre les mains et pour la première fois, j’ai eu envie de le donner à lire à deux ou trois personnes. Je n’étais pas du tout sûre de vouloir publier, ce n’était ni un accomplissement ni un fantasme pour moi d’être publiée. J’ai envoyé le manuscrit sans grande conviction à cinq maisons d’édition pour me donner bonne conscience, pour pouvoir me dire « j’ai été jusqu’au bout ». 

Finalement, la publication de ce livre est l’histoire d’une rencontre. Celle avec mon éditrice Sabine Wespieser. Elle m’a convaincue, dans tous les sens du terme et j’ai eu envie d’embarquer avec elle pour cette belle aventure. Je suis à présent extrêmement heureuse que « Mauvaises herbes » ne m’appartienne plus et aille rencontrer ses lecteurs. C’est très émouvant. 
 

Vous vivez en France depuis déjà de nombreuses années. Avez-vous coupé les liens avec le Liban ? 

Je n’ai absolument pas coupé les liens avec le Liban. C’est le pays qui m’a vu naitre et grandir et j’y retourne au moins une fois par an. Je parle arabe et ma fille a un prénom arabe. Entre le pays et moi c’est une longue histoire d’amour. Une histoire d’amour passionnelle, difficile, avec des périodes dures et d’autres d’accalmie. Je compose avec une enfance très difficile et un exil qui m’a profondément marquée. Je parviens de mieux en mieux à ne pas confondre dans ma tête « Liban » et « guerre civile ». Ce n’est pas toujours évident parce que je suis née en pleine guerre et j’ai quitté le pays avant la fin de la guerre. Donc toutes les années que j’y ai vécues sont des années de guerre. Mais mon rapport avec le pays est à présent plus apaisé. En ce moment, c’est particulièrement difficile d’assister de loin à la crise sans précédent que le pays est en train de vivre.  
 

Avez-vous déjà un autre projet de roman en cours ? 

Oui, je continue comme avant à écrire tous les jours et qui sait, je me lèverai peut-être un matin en réalisant que j’ai entre les mains un roman que j’ai 

envie de partager.

 

 

Propos recueillis par Georgia Makhlouf, Responsable du Prix France-Liban de l'ADELF 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo