ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Les Darwishs à l’assaut du virtuel

17/02/2022|Léa Samara

Pouvez-vous nous décrire votre projet Darwish NFT ?

Mon projet consiste en une vente de mes acryliques sur toiles, mintées en format NFT, qui pourront alors être achetées en crypto monnaie. Ma série Darwish FNT sera composée d’au total 100 toiles, qui seront être ajoutées sur la plateforme par séries de 10. 

 

Pourquoi avoir choisi comme thème central la figure du Darwish ? 

La figure du Darwish est centrale dans mon travail depuis de nombreuses années. Pour moi, elle symbolise à la fois une personne simple, on ne peut plus « normal », et un super-héros. J’aime bien utiliser l’analogie avec Clark Kent, à la fois superman et ordinaire journaliste. Par ailleurs, le Darwish est une figure récurrente dans la culture orientale. Elle est donc ancrée dans le réel. Néanmoins, par son apposition sur une toile, elle pénètre aussi la sphère du virtuel. C’est ce qui me fait dire que mon projet en rapport avec les NFT est aussi plus que cohérent dans le fond. 

 

Qu’est-ce qui vous a décidé à vendre votre art en NFT ?

Je suis d’avis que les artistes doivent absolument suivre la tendance NFT. Si certains sont réticents à la considérer comme le futur du marché de l’art, on peut simplement le voir en tant que nouveau medium artistique ! Au même titre que le pastel, le collage, le montage vidéo… il faut s’essayer à tout ! 

 

Quel a été le processus d’organisation ? La conversion du prix de dollar à crypto-monnaie ? La mise en ligne du NFT ?

J’ai été mis en relation avec une société implantée entre Dubai et Londres, qui accompagne des artistes dans le processus de digitalisation de leurs œuvres physiques dans le but de les vendre en tant que NFT. Dans mon smart contract, il est précisé que la toile d’origine ne peut pas être mise en vente, elle sera donc retirée du marché et stockée en sécurité. Pour la toile Darwish Genesis, mise en vente sur la plateforme Looksrare, nous nous sommes mis d’accord sur une mise à prix autour de 3000$, équivalent à environ 1 Ethereum. Elle symbolise la genèse, le premier pas d’un projet en lequel j’ai confiance. Le reste de la série sera quant à lui disponible sur la plateforme Opensea. 

 

Depuis votre position d’artiste, quels sont les avantages à vendre votre art en NFT ? 

Ce qui me plait le plus, c’est la traçabilité que permet le système NFT, grâce à la technologie blockchain. De plus, contrairement à d’autres biens digitaux que l’on peut acheter en crypto monnaie, les NFT sont indivisible, ce qui leur confère une authenticité et une unicité incontestable. Comme je suis un des premiers artistes libanais à me lancer dans cette aventure, les retombées sur le moyen et le long terme sont encore un peu floues. Néanmoins, certains avantages se distinguent déjà, notamment en termes de créativité. Par exemple, j’envisage la possibilité d’adapter mes toiles au format 3D ! Pourquoi pas envisager l’univers des animations ? 

 

Essayons de changer de perspective, et imaginons-nous cette fois du côté client. Pourriez-vous acheter une œuvre d’art en NFT ? 

Oui, sans hésiter. Je le vois à travers le prisme de l’investissement, comme un pur produit financier, mais également à travers le prisme d’un collectionneur ! 

 

Pour en savoir plus, ne manquez pas l'article Les NFT pour les Nuls

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo