Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Les NFT pour les nuls

Tendance

ACTUALITE
20/04/2021|Yaël Assayag

Les NFT (jetons non fongibles en français), ça vous dit quelque chose ? Ne vous inquiétez pas, au bureau, personne n’en avait entendu parler non plus. Pourtant, il semble primordial, selon Myriam*, pour être dans le coup, d’y comprendre quelque chose. Alors on s’est penchées dessus pour que vous aussi, vous puissiez crâner dans les conversations mondaines. Et puis, ça fait un sujet alternatif au covid et aux lollars dont on a, entre nous, tous ras-le-bol de parler.

Les NFT sont des actifs numériques. Ils fonctionnent comme certificat d’authenticité pour l’achat d’un bien. Ils vont venir authentifier un actif numérique obtenu par achat via la technologie blockchain. Ces actifs appartiennent une fois achetés, à leurs propriétaires grâce à une signature numérique.

 

Ils restent cependant accessibles en ligne. Ça veut dire qu’ils peuvent donc être copiés mais la copie n’a pas la même valeur que l’original, au même titre qu’une reproduction d’oeuvre d’art. Pour illustrer, Courrier international utilise la Joconde, qui est “une œuvre d’art originale”, et qui ne peut pas être échangée “contre un poster de la Joconde de la boutique du Louvre”.

 

Chaque NFT est traçable. Leur particularité est qu’ils sont non fongibles, c’est à dire qu’ils ne peuvent pas être remplacés par un objet similaire, au contraire de la monnaie : un billet de 10 euros et 10 pièces de 1 euro ont la même valeur sous des formes différentes. Ce n’est pas le cas pour les NFT qui ne peuvent prendre qu’une forme et sont donc uniques.

 

Qu’est ce qui peut alors être vendu comme NFT ? Quasiment tout actif numérique accessible en ligne. Cela peut être aussi bien des œuvres d’arts numériques que des tweets, des morceaux de musique ou des passages de matchs de basket. De nombreuses célébrités comme Elon Musk s’y sont déjà mis très sérieusement.

 

En 2020, plus de 300 millions de dollars ont été échangés sur le marché des NFT, contre 63 millions de dollars en 2019. Il se pourrait donc bien que l’avenir du marché de l’art réside dans ces (plus tant que ça) mystérieux NFT, même si ce marché comporte de nombreux risques. En effet, il peut amener des usagers malintentionnés à s’enrichir sur le travail des autres, ou à long terme, à remplacer les œuvres physiques par des œuvres numériques. Néanmoins, l’heure est à la curiosité et à l’apprentissage.

 

 

 

Pour mieux cerner le sujet, nous avons demandé à Jérôme Pons, CEO de la société Music won’t stop, de nous donner son éclairage en tant que spécialiste de la blockchain appliquée aux secteurs de la culture.

 

Pouvez-vous expliquer le NFT a quelqu’un qui n’en a jamais entendu parler ?

Le NFT est un outil cryptographique permettant de lier un objet physique ou numérique unique, par exemple une oeuvre d’art, à une personne physique, par exemple un ayant droit comme son propriétaire. Plus précisément le NFT est un jeton non-fongible qui appartient à la famille des crypto-actifs (cryptoassets) que la technologie blockchain permet de créer. La technologie blockchain constitue en effet l’infrastructure permettant la création et l’échange d’actifs (assets) ou jetons (tokens) tout comme elle permet la création et l’échange de crypto-monnaies (cryptocurrencies) [1]. Il existe principalement deux catégories de jetons avec le jeton fongible (FT, pour fungible token), qui peut être émis en grande quantité (par exemple 1 000 000 jetons) et est divisible (0,013 jeton ou 0,5 jeton peuvent s’échanger), et le jeton non-fongible (NFT, pour nonfungible token), qui est émis en un seul exemplaire (1 jeton) et est indivisible (seule l’intégralité du jeton peut se voir associer un propriétaire).

 

Quels avantages/défis pour le NFT dans le domaine du marché de l’art ?

Le jeton non-fongible est assez proche d’une oeuvre d’art de par son unicité et son indivisibilité, si bien que leur association est évidente pour créer en quelque sorte un double numérique qui permettra d’identifier l’oeuvre d’art et d’y associer un ayant droit qu’il s’agisse d’un artiste (vivant ou ses descendants) ou d’un collectionneur au sens large (musée, fonds d’oeuvres d’art comme les FRAC en France, galeriste, collectionneur-particulier). D’autant plus que, contrairement à d’autres secteurs de la culture comme la musique ou le cinéma, qui sont dotés de bases de données exhaustives d’œuvres musicales et cinématographiques les identifiant et les associant à leurs ayants droit (compositeurs, auteurs, scénaristes et autres), le marché de l’art peut difficilement atteindre une telle exhaustivité. Pour cela, il faudrait recenser toutes les œuvres d’art possédées par les descendants d’artistes ou acquises par des collectionneurs-particuliers, qui n’émergent qu’à l’occasion d’une vente chez Christies, Drouot ou Sotheby's, puis les identifier, leur associer un ayant droit et les stocker dans une base de données mondialement accessible. C’est là que l’infrastructure blockchain intervient, en tant que registre distribué mondialement accessible, notamment le système Ethereum. Il suffit alors d’associer une œuvre d’art à un jeton non-fongible qui se voit allouer dès sa création un identifiant et un ayant droit grâce à un contrat intelligent (smart contract) [2].

 

Quel avenir pour le NFT ? Peut-on le considérer comme quelque chose de durable ?

Les principales catégories de jetons, fongibles et non-fongibles, sont créées actuellement sur le système Ethereum, lancé en juillet 2015, qui constitue une infrastructure durable de par le nombre de noeuds répliquant le registre distribué (quelques milliers) et de par les perspectives d’évolution de ce système en termes de performances transactionnelles et environnementales (la version Ethereum 2.0 est en cours de déploiement à cet effet). Ainsi, les jetons créés sur cette infrastructure le seront durablement. Les services qui proposent de créer des jetons NFT et de les associer à des œuvres d’art et à des ayants droits sont moins durables car plus vulnérables, notamment aux cyberattaques, et doivent garantir la triple association entre l’objet du jeton (l’œuvre d’art), la personne physique (l’ayant droit qui a la propriété du jeton NFT et donc de l’œuvre d’art) et le lien hypertexte (URL) pointant vers le jeton NFT stocké sur l’infrastructure blockchain (officiant comme certificat de propriété).

L’avenir du NFT passera d’abord par sa compréhension puis par son adoption par des services fiables de création de jetons, proposés par des acteurs sectoriels comme les fonds d’œuvres d’arts, les musées, les salles de ventes d’oeuvres d’art ou les galeristes de renommée internationale, réunis par exemple autour d’un consortium.

 

Pour aller plus loin :

[1] J. Pons « La blockchain, une révolution pour les industries culturelles ? », INA Global / Revue des médias, 13 mars 2017

[2] J. Pons « La mise en oeuvre de la blockchain et des smart contracts par les industries culturelles » (Annales des Mines / Cairn.info, 1er août 2017

 

*Myriam Nasr Shuman, directrice de l’Agenda Culturel

 

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)