ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Les calendriers de Philippe Saleh

04/12/2023

Qui a dit que le tout digital devrait être la norme? Efficacité, rapidité synchronisation sont les maitres mots qui dirigent nos vies. Mais il est bon aussi de savoir prendre son temps, et quoi de mieux pour cela que d’acquérir ou offrir un calendrier. Oui, celui-là en papier que l’on accroche à la cuisine ou que l’on pose sur son bureau! Philippe Saleh, créateur des Calendriers du Liban est un amoureux au patrimoine libanais et un fana du papier. Il nous offre cette année des calendriers sur le thème des temples du Liban. Rencontre. 

 

 

Comment vous est venue l’idée de produire des calendriers et quel est votre objectif? 

Pour répondre à cette question je vous invite à faire avec un court voyage dans le temps, un peu avant l’an 2000. Trois jeunes gens, à peine les études universitaires terminées, rassemblent les quelques rares ressources touristiques (dans ce qui s’appelait dans le temps des livres) sur leur pays pour aller à la découverte de ces merveilles méconnues. Chose importante à dire du contexte historique, si la toile était encore dans sa tendre enfance, les réseaux sociaux eux, n’étaient même pas encore nés. Du coup aventures et découvertes étaient exclusivement pour la joie personnelle, pour la joie de la découverte, et pour faire le plein de souvenir. 

Et les calendriers avaient leur place d’honneur surtout sur le mur de la cuisine. Cette dernière n’était complète sans un calendrier bien grand, bien visible avec une belle photo pour chaque mois, et surtout sur lequel on pouvait écrire nos notes les plus personnelles avec une écriture incompréhensible par les autres membres de la même famille.

Dans ce contexte-là, au début des années 2000, la saison des calendriers (de septembre à janvier) manquait de calendriers locaux. Ceux-ci étaient rares. Devant mes archives grandissantes de photos de paysages et de monuments du nord au sud (juste après mai 2000) du pays, du littoral à la Békaa, de photos prises durant toutes les saisons, l’idée de partager cette passion sous forme de calendriers commence à pointer. Pour voir le jour en 2005 avec notre première édition en trois variantes: deux grands formats pour accrochage au mur, et un petit format pour le bureau. Vous me direz pourquoi un calendrier et non pas un livre, pour la simple raison qu’un calendrier trône continuellement pendant douze mois devant vos yeux. 

 

Vos calendriers présentent-ils uniquement des photos prises par vous?

Depuis la première édition de 2005 jusque l’année combinée de la pandémie du covid et de la crise, toutes les photos étaient les miennes. Depuis, les aventures et excursions se sont considérablement réduites, et j’ai eu le soutien de beaucoup d’amis ainsi que de connaissances qui ont aimablement partagé leurs photos. 


Parlez- nous du choix des photos

Pour les Temples of Lebanon 2024, toutes les photos des 12 temples de l’époque romaines sont les miennes. Ceux ne sont pas les temples majeurs, mais des temples peu connus, et pas toujours inclus dans les tours guidés. En plus du calendrier mural avec ces 12 temples, le calendrier du bureau contient 12x2 temples, donc le même mois au recto-verso avec une photo d’ensemble du temple, avec une autre vue en gros plan ou d’un détail.


Pensez-vous que le patrimoine libanais soit en danger?

Ce qui me fait grand plaisir, c’est d’arriver à un site archéologique au milieu de nulle part et de voir un gardien des lieux d’une amabilité et politesse extrême vous souhaiter la bienvenue et partager avec vous avec son accent local magique, quelques phrases mémorisées sur l’histoire du lieu. 

Avec le peu de ressources financières dédiées au patrimoine culturel de grands efforts sont néanmoins déployés pour la préservation des lieux. Mais par ailleurs, une question se pose : est-ce bien de partager et de promouvoir ces lieux, peu connus mais riche en culture et histoire sur les réseaux sociaux ? Est-ce le grand public qui met en danger le patrimoine ou est-ce, au contraire, le public qui peut le sauvegarder?

 

A savoir
Facebook ; Instagram

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo