ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Le festival Reef clôt sa cinquième édition à Kobayat et met le cap sur le Hermel

07/09/2023

Près de 6000 personnes du Akkar et de toutes les régions du Liban ont participé au festival REEF qui s’est tenu du 31 août au 4 septembre à Kobayat. Mettant à l’honneur l’environnement, le cinéma, le spectacle vivant et la ruralité, cette cinquième édition a offert des temps forts en émotion acclamés par le public. Le public du Hermel accueillera du 8 au 10 septembre la première édition de REEF sur les rives de l’Oronte. 3 prix et 2 mentions spéciales pour les compétitions de courts et moyens métrages

 

Pour en savoir plus, lire aussi LE FESTIVAL REEF VOUS INVITE À SA 5ÈME ÉDITION


11 films arabes, projetés lors du festival, faisaient partie de la sélection du concours de courts-métrages parmi 120 candidatures reçues par l’équipe du festival. Présent dans le public, le jury de la compétition de courts-métrages était constitué de la comédienne Nada Bou Farhat, le réalisateur Hady Zaccak et l’expert en effets visuels et post-producteur, Mahmoud Korek.   

Le premier prix a été décerné au court-métrage « The Claw Machine » de George Salameh. Selon le membre du jury, Mahmoud Korek, « en adoptant une forme simple composée de papier, de stylo, de gribouillis en noir et blanc et de quelques paroles, cette œuvre nous a embarqués au cœur de transformations terrifiantes. Nous y avons vu Gaza, Beyrouth, Bagdad, Alep, Homs ainsi que tous ces villes et villages qui sont transformés par ceux qui y restent et ceux qui en partent. Le film se penche sur ces tenailles que nous sentons autour de nous sans les voir. Ce court-métrage nous rappelle que les transformations ne font pas que nous changer mais elles nous dévorent aussi. » 

 

Le second prix du jury a été attribué à Jihad Saadé pour son film « Pas loin d’ici ». Le jury a salué la performance des deux acteurs Rabih El-Ahmar et Léa Jarih. Nada Abou Farhat a déclaré que « le film nous emporte doucement et simplement avec brio vers des transformations invisibles. Ce film ne nous raconte rien car l’histoire n’est plus possible dans la ville de Beyrouth. Beyrouth, l’embouteillée, est restée la ville des frontières et des barrages qui désormais vivent en nous. Au cœur de cette équation, se trouve l’impossibilité de la rencontre ». 

 

Le jury professionnel a également ajouté à ce palmarès une mention spéciale au film d’animation « How My Grandmother Became a Chair” de Nicolas Fattouh. Pour Hadi Zacack, « le film transforme les thèmes de la vieillesse de nos ainés, des liens familiaux et des différences de classe en une œuvre poétique caractérisée par ses éléments visuels et auditifs. C’est une œuvre muette qui nous en apprend beaucoup. » 

 

Grâce à Aflamuna co-organisateur de REEF, le concours de courts-métrages du monde arabe se poursuivra en ligne avec un prix du “grand public” qui sera décerné fin septembre. 9 films courts sont à visionner gratuitement sur le site aflamuna online sous le thème des transformations pendant la durée du concours.

 

En tant que jury amateur, les “Jeunes ambassadeurs REEF” ont choisi de récompenser le moyen-métrage colombien « Sonic Forest » de Josh Thome and Simón Hernández tout en mentionnant le film russe « Haulout » de Maxim Arbugaev et Evgenia Arbugaeva sur les morses en Arctique qui souffrent de la fonte des glaces.  Les 10 membres de ce jury composé d’adolescents de 13 à 16 ans habitants du Akkar ont souligné la capacité du film « Sonic Forest » d’éclairer le rôle nourricier de la forêt ainsi que le combat des autochtones colombiens pour préserver leur patrimoine naturel. Le jury amateur a également apprécié le lien que met en évidence le film entre les sons émanant de la forêt et la musique créée par l’homme.

 

Une expérience à renouveler « les jeunes ambassadeurs REEF »

Outre la compétition de moyens-métrages, le programme d’ambassadorat, proposé pour la première fois, a permis d’accompagner les jeunes volontaires pendant 5 jours pleins. Leur emploi du temps était partagé entre des sessions d’information sur les sujets environnementaux, des activités ludiques, des initiations à la critique cinématographique et la réalisation d’entretiens journalistiques qu’ils ont pu pratiquer lors du festival. Le premier bilan réalisé avec les jeunes concernés confirme l’intérêt de poursuivre et d’élargir cette initiative lors de prochaines éditions de REEF. 

 

Salles combles pour les performances autour de la création et du spectacle vivant  

Nouveau partenaire de REEF, le Collectif Kahraba a présenté 3 performances adaptées pour le festival et le thème de sa cinquième édition « les transformations ». Le spectacle « Géologie d’une fable » a proposé un conte nocturne sous les yeux ébahis du public. Créé pour la localité de Hamanna, le concept de balade artistique en forêt a connu sa première adaptation dans une autre région libanaise. Une centaine de personnes ont découvert, au fil de leur balade, sept performances (opéra, conte mythologique, performance théâtrale, musique, danse contemporaine, représentation acrobatique dans les arbres) dans le cadre naturel de la vallée de Helsban. Le clown « Vol Terre » a visité la maison de retraite du village d’Andket. 
Intitulé « Rouh » (âme), le défilé de mode « upcyclée » proposé par Rytta Couture a offert un grand moment d’authenticité et de joie. Les vêtements créés par Rytta Tanios ont été portés par les habitantes et habitants des villages alentour. 

 

Une célébration de la créativité féminine des femmes Akkar
Animé par The Knowledge Workshop en collaboration avec BAHH, l’atelier d’expression artistique féminine a choisi pour thème « Nabh el banat » (« la source des filles » située dans la région). Utilisant l'écriture créative, le mouvement physique sensoriel et le chant, des femmes de différents villages du Akkar, sans aucune expérience théâtrale, ont présenté une performance empreinte d’émotion. Le public du festival a découvert également les films d’une minute réalisés par des femmes du Akkar lors d’un atelier organisé par la cinéaste égyptienne Amal Ramsis pour la deuxième année consécutive. 

 

Echanges croisés autour d’un avenir meilleur 

Les conférences proposées lors du festival ont porté sur “Les transformations et les opportunités de développement dans le Akkar”, organisée par l’association Legal Agenda ; « La souveraineté alimentaire, maintenant !” organisée par Rosa Luxemburg Stiftung – Beirut Office à Kobayat et dans le Hermel ; “Ce qu’il reste d’écologie et d’économie” organisée par Knowledge workshop. Elles ont permis de partager avec les acteurs locaux concernés les problématiques environnementales liées notamment à la pollution des sols et des sources, la souveraineté alimentaire, l’agriculture paysanne et des pistes pour penser un modèle de développement durable et pour le Akkar. 

 

Cap sur le Hermel !

Le fleuve de l’Oronte (El-Assi) sera au centre de la première édition de REEF dans le Hermel du 8 au 10 septembre. Longtemps surexploité alors qu’il constituait un site de loisirs et de tourisme local, l’Oronte est aujourd’hui gravement pollué. Les temps forts du festival dans le Hermel comprendront :

  • Deux matinées d’activités dans la nature :autour de l’Oronte intégrant rafting et randonnée et dans les hauteurs du Hermel, le “jird”, afin d’y explorer les richesses naturelles et les dangers qui les guettent ;
  • des projections de films arabes et internationaux et la diffusion des films d’une minute réalisés par les femmes du Hermel ;
  • des conférences sur les enjeux de préservation de l’Oronte avec différents experts du Hermel qui exposeront les défis et les solutions pour préserver cette ressource vitale ainsi qu’une conférence sur la souveraineté alimentaire ;
  • un concert avec le musicien et joueur de Oud, Hussein Khalil et les talents du Hermel ;
  • un atelier créatif pour les plus jeunes

 

Ces animations auront lieu dans les locaux de l’Association culturelle du Hermel et à la Maison de l’Oronte. Le programme détaillé est à retrouver sur le site internet et les comptes sociaux du festival. 

 

Consultez le porgramme en cliquant ici

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo