ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

La musique de Nicolas J. Chaanine programmée aux Musicales de Baabdath

08/10/2023|Zeina Saleh Kayali

Alors que trois de ses œuvres sont jouées par le tout nouveau Beirut Chamber Orchestra dans le cadre des Musicales de Baabdath, le compositeur Nicolas J. Chaanine répond aux questions de l’Agenda Culturel. 

 

Comment vous est venue la musique ?

Mon milieu familial n’était pas vraiment musical mais plutôt théâtral. Mon père est auteur de théâtre et il n’y avait pas d’instruments à la maison. Toutefois tout le monde était très mélomane et nous écoutions beaucoup de musique classique. Quand mes parents ont constaté que j’écoutais attentivement et que je chantais tous les airs que j’entendais, ils m’ont inscrit au Conservatoire. J’avais neuf ans et j’ai ainsi débuté l’étude du violon. Le professeur de solfège dit alors à mes parents que j’ai une excellente oreille et qu’il convient de surveiller mon cursus musical. Je n’ai toutefois pas poursuivi le violon car mes études générales accaparaient tout mon temps. 

 

Et la composition alors ?

Dès l’âge de 15 ans j’ai eu l’opportunité de composer de la musique pour la télévision, mon père étant directeur d’une chaîne. Mais n’ayant pas étudié l’écriture, je composais sur l’ordinateur et orchestrais à base de sons. Au bout d’un moment j’ai vu les limites du système et j’ai décidé de m’inscrire à des cours en bonne et due forme. J’ai donc commencé l’apprentissage du piano, de la guitare et surtout des matières théoriques (écriture, composition, harmonie, contrepoint) à l’Université Saint Esprit de Kaslik. C’est à ce moment-là que j’ai pu commencer à écrire véritablement des pièces de forme classique. 

 

Votre rencontre avec le chef d’orchestre Jean-Pierre Schmitt a été déterminante dans votre parcours de compositeur ? 

Absolument. C’est lui qui m’a encouragé à écrire, notamment pour le saxophone classique et qui m’a commandé une pièce pour le Classical saxophone project à New-York. A partir de là, j’étais lancé et tout s’est enchaîné. 

 

Comment définiriez-vous votre musique ? 

Mon langage musical est plutôt contemporain sans pour autant être atonal.

 

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Elles sont multiples. Notamment la poésie de Nada Skaff dont Transmutanti (transhumances) qui m’a inspiré une œuvre du même nom. Il s’agit d’un voyage dans le temps et l’espace à une époque où les frontières n’existaient pas. Je suis également inspiré par les événements de la vie courante et notamment les histoires d’amour.

 

C’est le thème de Feniciana, votre deuxième pièce au programme du concert ? 

Oui, elle m’a été inspirée par une histoire d’amour interdite entre deux personnes de religion différente et qui ont dû renoncer à s’aimer à cause de la pression sociale et familiale exercée sur eux. L’œuvre est écrite pour orchestre, sous forme de Concerto grosso, c’est-à-dire que chaque groupe d’instruments prend la parole à tour de rôle.

 

Et la troisième œuvre au programme ?

Il s’agit d’Adamo, une pièce à l’origine écrite pour soprano et orchestre à cordes sur un poème de Nada Skaff mais que j’ai transcrite sous forme d’aria pour saxophone alto et qui a été créée à New-York par le saxophoniste Javier Oviedo. C’est lui-même qui la jouera, accompagné du Beirut Chamber Orchestra dont c’est la première apparition publique, tous placés sous la direction du maestro Jean-Pierre Schmitt. Cet orchestre qui vient de se former est composé de certains instrumentistes de l’Orchestre philharmonique du Liban ainsi que d’un certains nombres d’autres musiciens. 

 

Le Liban est-il présent dans votre musique ?

Bien sûr ! Dans Transmutanti et Feniciana, le Liban est très présent sous sa forme antique de Phénicie. Quant à mon langage musical, il est plutôt d’essence occidentale, bien qu’en tant que Libanais je ne puisse pas vraiment échapper à l’influence orientale ! 

 

A savoir

Concert en l’église de Baabdath le mardi 10 octobre à 20h

Entrée libre

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo