ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Karine Zablit, passion cuisine

26/02/2024|Noha BAZ

Elle cuisine comme on peint avec passion et délicatesse. Chacune de ses œuvres est un tableau qui prend vie avec les saisons pour vous emmener explorer la richesse d’une éducation du goût bien menée. 

 

Dans ces soirées mondaines où tout était délégué à un traiteur, certaines maîtresses de maison croisaient sur leurs tables plusieurs talents.

J’avais repéré bien avant de la connaître le style de Karine Zablit dans les buffets de Beyrouth où ses présentations se démarquaient de toutes les autres. 

Il y avait ce petit supplément d’âme qui rend une tarte moins tarte et un rouleau de printemps intouchable de beauté qui vous entraine sur les chemins du zen en contemplations fleuries. 

 

Après l’explosion d’Aout 2020 et l’improbable crise économique qui s’en suivit j’appris que Karine avait démarré un projet traiteur à la lisière de Paris. 

Cap donc sur Montrouge pour une rencontre et la découverte d’une très belle personne pur sucre, pur bonheur qui confirma illico ma première impression. 

Son sourire et son élégance tranquille expliquait par le menu son travail. En plein Paris voilà que les goûts du levant se sont mis à interpréter un ballet dabké bien rythmé : le kebbé est présenté en tarte habillée de mouhammara, les aubergines bien rangées soyeuses enrobées de Tehini, la tarte au kcheif d’abricots vous fait de l’œil et vous enlace le palais pour une étreinte inoubliable.

 

Nous avons pris le temps d’effeuiller son parcours autour de délicieux sablés fleurs.

 

Pouvez-vous me raconter en quelques lignes votre parcours vers la cuisine ? 

Après de nombreuses années dans la communication et le graphisme au sein de l'agence Mind the gap que j’ai co-fondée à Beyrouth, je décide en 2010 de me consacrer à ma passion première, la pâtisserie fine et la cuisine. 

 

Depuis mon atelier à Beyrouth, une maison traditionnelle libanaise nichée au cœur de la ville, je prends un plaisir fou à cuisiner pour mes clients Beyrouthins qui me commandent plats et petites bouchées, salées et sucrées et pâtisseries fines françaises, ou qui réservent mon espace pour des évènements privés. Ils s’y sentent "comme à la maison" pour organiser un repas, profitant du moment avec leurs convives tandis que mon équipe et moi-même nous occupons du reste.

 

 

Fin 2021, suite à la grave crise économique et financière qui sévit au Liban depuis octobre 2019, je décide de quitter le pays pour Paris, où je me lance avec un concept qui s’inscrit dans la continuité de mon parcours beyrouthin, à la conquête des palais parisiens et franciliens.

 

Votre palette offre des goûts très vastes dans laquelle un métissage de plusieurs influences est bien visible. 

Sans doute inconsciemment influencée par mes multiples origines, européennes et orientales (libanaises, arméniennes d’Alep, allemandes, égyptiennes), mon histoire est nourrie de brassages et de voyages.

Au-delà de mes origines, mes déplacements entre Beyrouth et Bruxelles en passant par Nice et Paris durant mon enfance en raison de la guerre au Liban, ont accru cet enrichissement culturel. 

En m’installant à Paris, j’ai eu l’envie de partager, à travers ma cuisine, le mélange de ma culture occidentale et de mon héritage levantin. J’entraîne mes clients et convives dans des voyages gustatifs à travers des associations inattendues mariant les parfums d’Orient au savoir-faire de la cuisine et de la pâtisserie française.

 

C’est ainsi que, naturellement, mes créations se voient désormais marquées de saveurs orientales. Je réinterprète des plats libanais et alepo-arméniens que cuisinaient ma mère et ma grand-mère. Je me plais également à explorer d’autres cuisines levantines, toujours à la recherche de nouvelles combinaisons de saveurs.

 

Lorsque je prépare un repas pour un client et ses convives, je suis heureuse de leur expliquer les mets, mon interprétation ou la revisite du plat d'origine, les ingrédients et leur provenance. C’est un moment où je ressens toute leur attention et leur intérêt pour ce moment de partage et de découverte, je vois leurs yeux s’écarquiller à l'énoncé des plats qu’ils vont déguster, leurs sourires et parfois leurs applaudissements intimidants mais tellement touchants.

 

Avez-vous un plat préféré particulier qui vous relie à la maison de votre enfance ? 

 

Je ne sais pas si j’ai vraiment un plat préféré, mais j’ai plutôt une liste de plats que j’affectionne particulièrement parce qu’ils me font remonter à mes souvenirs de grandes tablées chez ma grand-mère qui réunissait ses 7 enfants et leurs moitiés ainsi qu’une foultitude de petits-enfants de tout âge, mais également aux délicieux plats affectueusement préparés par ma maman, toute aussi réputée pour sa cuisine que sa propre mère. Lorsque j’ai quitté le nid familial pour m’installer avec mon mari, ma maman ne pouvait s’empêcher de nous envoyer des "tupperwares" très régulièrement, et ce, jusqu’à ce que l’on quitte le pays mes enfants et moi. Bizarrement, je ne cuisine pas la plupart de ces plats. C’est comme si cette cuisine-là devait rester "celle que je mangeais chez ma grand-mère Nora ou celle que je mange chez ma mère, Chadia". Ce serait un somptueux plat de feuilles de vignes et leurs côtelettes d’agneau fondantes et tellement bien assaisonnées de jus de citron et d’épices, une délicieuse moghrabieh, une kebbé arnabieh à tomber…

 

Sur les tables de ma grand-mère et de ma mère, on trouvait aussi des kebbés bi beid ("Mais Chadia, comment tu fais pour faire rentrer l’œuf dur dans la kebbé???! s’étonnait un ami de mes parents). Kebbé bi beid que j’ai réinterprété en kebbé mimosa.

Et dans ses tupperwares qui me font envie là, en repensant, on trouvait la meilleure loubiyé bi zeit, une mousakaa divine et un adas bi hamod qui me fait saliver rien qu’en l’évoquant.

 

Une rencontre et une véritable reconnaissance dans les repères du bon. Passionnées de goûts métissés notre entretien aurait pu se prolonger des heures. Mais au pays des gourmands il faut savoir mesure garder. Nous nous  quittons donc lestées de saveurs , les yeux et le cœur remplis de couleurs et de saveurs et un extraordinaire Paris -Beyrouth assemblant la pistache et abricot pour conclure une rencontre pur bonheur !

 

Pour vos commandes

+33 06 75 22 87 21
www.Karinezablit.com

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo