ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Baalbek, j’ai rêvé de toi

24/11/2021|Jorge Ballif

On ne présente plus Mazen Rifai sur la scène artistique libanaise. L’artiste et architecte basé à Beyrouth est connu depuis de nombreuses années pour son style avec lequel il peint la ville de Baalback et la vallée de la Bekaa, qui sont restées sa source d'inspiration au fil des ans. Cette fois-ci, c’est à la Agial Art Gallery à Hamra qu’il nous présente ses dernières œuvres. À travers ces 16 toiles, l’artiste nous plonge dans une expérience immersive et intimiste au cœur de sa ville natale. On y arpente les rues d’une ville haute en couleur, à la géométrie rectiligne et abstraite, entre souvenirs d’enfance et voyage psychédélique. Le soleil inonde ces rues étroites, il projette les ombres des maisons sur les murs instiguant le trouble dans notre rapport au temps, tant ces ombres nous donnent parfois l’impression d’être plongé dans la nuit noire. 

 

La largesse et l’épaisseur du coup de pinceau est contrebalancé par un quadrillage des toiles au fusain, mêlant ainsi figuration et abstraction géométrique, comme si le peintre et l’architecte s’exprimaient tour à tour. Ce faisant, l’artiste inocule de l’air entre les différents espaces de ses compositions, ce qui permet de laisser respirer les surfaces, et au visiteur de se repérer dans ce paysage qu’il sait familier mais dominé par l’abstraction. Le terme de « transformation de la réalité » serait d’ailleurs certainement plus juste à employer, car au fond ce n’est pas la réalité de la ville de Baalbek que l’artiste peint mais bien un ressenti, un souvenir, la contemplation d’un rêve éveillé. Plonger dans l’œuvre de Mazen Rifai, c’est s’ouvrir à la découverte de ce qui n'a pas été prévu. C’est laisser son imagination s’aventurer un peu plus loin, un peu plus profondément dans ces rues et ces maisons qui n’ont pas d’autre dessein que d’être ce qu’ils sont : des lieux où reposent l’âme. Initialement mis au service de la beauté d’un lieu, le trait du peintre s’attarde ici à saisir les sentiments de son créateur, le rythme d’une ballade onirique, la forme d’un rêve partagé. 

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo