ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Jabal s’expose à l’hôtel Le Gray

08/05/2013

La Fransabank a créé dès 1998 le salon ‘Jabal’ (Jeunes artistes des beaux-arts du Liban) qui a pour vocation de promouvoir la jeune création plastique libanaise actuelle et a présenté jusqu’en 2006 plus de 300 artistes. Cette exposition regroupe à chaque édition plusieurs dizaines d’artistes peintres, sculpteurs, photographes, installateurs et designers du Liban, originaires de toutes les "montagnes" et régions du pays, reconnus par leurs pairs, mais n’ayant pas encore eu accès à une exposition individuelle de leurs œuvres dans une galerie. Pour cette édition, 25 artistes ont été sélectionnés sur 107 dossiers. 

Parmi les 150 œuvres présentées à l’Hôtel Le Gray, le public pourra admirer l’humour cynique de Mhamad Saad avec ses grandes compositions, telles sa version ultra contemporaine du ‘Radeau de la Méduse’ sur laquelle apparaissent les icônes de la pop culture et des politiciens. 
Cyrine Gautier, elle, nous emporte dans un univers humoristique et caricatural à travers des scènes de la vie quotidienne libanaise. Son coup de crayon est à la fois incisif et naïf.
Les amateurs de dessin pourront également apprécier l’humour de Hala Dabaji avec ses personnages de Walt Disney ou Zobi La Mouche !

Les formes classiques et langoureuses des bronzes et terres cuites de Nada Hourié nous plongent dans un univers de douceur. En revanche, Fadi Al-Hamwi traite avec violence de l’omniprésence des conflits armés dans nos sociétés contemporaines. Tamara Haddad se plait à dépeindre l’évolution de paysages figuratifs en utilisant des tons sombres, témoins d’une forme de solitude. Paul Gossian, l’un des plus jeunes artistes du cru ‘Jabal’ 2013, au style académique, reprend les sujets d’actualité avec poésie, à travers ses soldats en miniature par exemple ! 
La designer Anastasia Nysten crée divers objets, en démultipliant, parfois à l’infini, sa forme hexagonale faite d’inox aux allures de miroir. Pour ‘Jabal’, Anastasia a tout spécialement conçu un formidable mobile !

Le pinceau coloré de Rita Adaimy caresse ses toiles en représentant des personnages emplis d’émotions sur des décors rappelant le Street art. Les photographies esthétiques de Marwan Tahtah jouent entre ombre et lumière sur des détails de paysages. Entre construction et déconstruction, Nour Ali utilise toutes les ressources de la céramique pour créer des formes légères, transparentes et élégantes. A travers différentes techniques, Liane Mathes Rabbath nous offre de grandes compositions s’appuyant tout autant sur la couleur, la matière et le signifiant. La designer Sibylle Tamer Abillama reprend des objets de la vie quotidienne pour leur donner une esthétique ultra contemporaine. Badeeh Abla reprend ‘la grenade’ qu’il adapte ou insère, tel un décor, dans ses objets créés. Son travail est très influencé par la culture ottomane.

Walid Aouni, l’artiste sous toutes ses formes, à la fois danseur, chorégraphe, peintre et dessinateur se livre à de grandes compositions naïves, tels des décors de théâtre. Avec ses vidéos, Wafa’a Céline Halawi plonge le spectateur dans un univers de femmes où la danse devient un moyen d’expression. Yasmine Nachabe nous plonge dans les années 30 avec ses impressions photographiques aux couleurs vintages, inspirées de journaux égyptiens de cette même époque. Ses compositions reprennent des sujets phares de l’actualité de cette période. Yasmina Alexandra Nysten, vivant entre New-York et Beyrouth, réalise de grandes compositions, entre affiches déchirées et dessins, enlever virgule évoquant l’univers de la scène américaine des années 80. Jinan Moussa se met régulièrement en scène dans ses techniques mixtes sur toile, avec des couleurs principalement claires et bleutées. Le thème de la plongée ressort dans beaucoup de ses œuvres. Telles des bulles d’oxygène, des scènes de vie des banlieues de Beyrouth nous ramènent à la réalité. 

Nour Ballouk nous transporte dans son univers consacré uniquement à la femme. Ses dessins de personnages féminins proches de l’illustration se perdent dans une composition abstraite. Les formes mystérieuses et colorées de Janet Hagopian représentent des silhouettes animales et humaines, surréalistes, appelant à la réflexion. Louma Rabah, à la fois graphiste designer et peintre, crée des compositions architecturées où la couleur est omniprésente. Sabyl Ghoussoub, à la fois photographe, designer et vidéaste, nous transporte dans un univers politique et sociologique, avec des œuvres toujours lourdes de significations. Dans sa série ‘Le Rêve Imaginaire’, le keffieh est à la fois le symbole de la cause Palestinienne mais également un objet pouvant se révéler dangereux… Il s’agit de Yazan Halwani que les Libanais connaissent bien à travers ses grandes compositions calligraphiées et/ou pixellisées qui ornent les murs de Beyrouth (Hamra, Pont Charles Hélou, etc). Grâce à ‘Jabal’ 2013, le public pourra découvrir une autre facette de son talent ! Quant à Youssef Nehme, il crée à l’aide de composants électroniques des œuvres reprenant les images de l’histoire de son peuple mais également de son quotidien à Sabra. 

Chaque œuvre offre donc une double lecture aux spectateurs de ‘Jabal’ 2013. Cette nouvelle édition regorge de nouveaux talents et saura surprendre les visiteurs en quête de découvertes artistiques.


'Jabal'
Hôtel Le Gray
Du 8 au 12 mai 2013
Vernissage le mercredi 8 mai à 18h00
(01) 971111
 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo