ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Antonia Carver : ’’Art Dubai la plus grande vitrine des artistes du Moyen-Orient’’

27/02/2013|Cristiana di Marchi, Dubaï

A l’occasion de la tenue de la septième édition d’Art Dubai, du 20 au 23 mars à Madinat Jumeirah, nous nous sommes adressés à Antonia Carver, directrice de la foire, qui nous parle des nouveautés 2013, de la place de la foire à l’international et de son importance.


Quelles sont-ils les nouveautés pour cette édition d’Art Dubai ?
Chaque année, la foire se développe de plus en plus avec de nouveaux programmes et un nombre plus grand de visiteurs. Nous sommes ravis d'annoncer de nouveaux thèmes et initiatives pour 2013. ‘Sculpture on the Beach’, est un nouveau ’’parc’’ organisé par Chus Martinez où sont exposées les œuvres de grande envergure proposées par les galeries participantes. La section ‘Marker’, réservée aux œuvres commanditées, sera cette année dédiée à l'Afrique occidentale ; pour cela nous avons collaboré avec la conservatrice Bisi Silva (du Lagos) qui a sélectionné cinq espaces artistiques dynamiques pour participer à la foire. Il s’agit là de l’un de nos objectifs prioritaires qu’Art Dubai soit une "foire de découverte’’. 
De plus, Art Dubai Education dispose désormais d'un programme pour les enfants nommé ‘Sheikha Manal Little Artists’, un programme qui a été développé en collaboration avec Sheikha Manal bint Mohammad bin Rashid Al Maktoum. Enfin, nous avons lancé un programme à l’intention des artistes et des curateurs émergents basés aux Émirats arabes unis : il s’agit d’une vraie ’’école’’ qui se tient un week-end par mois, pendant six mois (de janvier à juin 2013). 

Les collectionneurs semblent être le principal bénéficiaire d'une foire d'art. Est-ce vrai ? Et dans quelle mesure Art Dubai 2013 s’adresse-t-il à eux ? 
Nous avons été ravis que 90% des galeries qui ont participé à l’édition 2012 ont soumis à nouveau leur candidature pour participer à Art Dubai 2013. Ceci est la preuve du fait que la grande majorité des galeries a trouvé que ça vaut la peine d’être présentes, en raison du vaste nombre de collectionneurs, conservateurs, directeurs de musées… qu’ils ont eu l’occasion de rencontrer, sans oublier les ventes qu’elles ont pu effectuer. 
Attirer les grands collectionneurs est évidemment crucial, et nous avons une équipe qui, toute l'année, travaille sur ce point. Celle-ci encourage les collectionneurs reconnus à visiter la foire et aide les jeunes collectionneurs en leur prodiguant des conseils et leur fournissant une assistance professionnelle. Mais ceci n'est qu'un élément de l'écosystème qui constitue une foire, ou du moins un élément d’intérêt au-delà des préoccupations commerciales immédiates. Nous avons un programme très fourni et spécialement dédié aux musées et aux délégations des musées : en 2012, plus que 75 groupes de musées (directeurs et conservateurs de musées, et leurs conseillers en mécénat inclus) ont visité Art Dubai. Les conservateurs sont intéressés par le programme VIP, qui inclut des visites des ateliers d'artistes, des expositions, et des grands événements simultanés tels que, cette année, la Biennale de Sharjah. Nous sommes reconnus comme une foire spécialement attentive aux artistes, étant donné que plus de 40 artistes participent à notre programme non lucratif ‘Art Dubai Projects’.

Quels sont les critères qui ont guidé le comité dans le choix des nouvelles galeries qui exposeront pour la première fois cette année? Quelle importance constitue le fait de s’ouvrir à de nouveaux marchés tenant compte de la qualité ?
Le comité de sélection est indépendant de la foire, mais travaille dans les objectifs de la foire - c’est-à-dire de parvenir à un équilibre entre les galeries établies et les ‘’nouvelles découvertes’’, d'être une foire d'envergure internationale tout en maintenant notre position reconnue, celle d’être la plus grande vitrine des artistes du Moyen-Orient. Nous sommes soucieux de préserver l'approche ’’intime’’ d’Art Dubai. Avec 75 galeries, il est possible pour les acheteurs de découvrir de nouveaux artistes, de se livrer à de véritables conversations, d’assimiler de nouvelles œuvres et concepts d'une manière significative. 
Avec le soutien de nos sponsors (Abraaj Group, Cartier, Jumeirah in primis), nous sommes en mesure de se concentrer sur l'augmentation de la qualité et de ‘’l'empreinte globale’’ de la foire, plutôt que d'accroître le nombre de galeries. Ceci, bien sûr, rend le processus de sélection très difficile, mais nous ne voyons pas qu'il y existe un conflit entre les nouveaux marchés et la qualité. En effet, chaque année cela est illustré par la section ’Marker’, dans laquelle nous sommes constamment en mesure de présenter des artistes incroyables et des galeries qui n’ont pas eu jusque là accès à une plateforme internationale. C'est notre but de fournir un ‘’foyer’’ pour ces jeunes galeries et de leur offrir une assistance dans la planification de leurs stands, à côté des plus établies, et de présenter toutes les galeries de manière égale. Avec 30 pays représentés, nous sommes l'une des foires les plus internationales dans le monde, et une foire qui est de plus en plus vue comme une passerelle vers l'Asie et l'Afrique, ainsi que le Moyen-Orient.

Art Dubaï est-il en train de construire un dialogue avec Dubaï ? 
Nous sommes absolument ancrés à Dubaï et, en même temps, nous reflétons et sommes un catalyseur de la croissance phénoménale de la scène artistique locale. En 2007, quand la foire a commencé, Dubaï avait une poignée de galeries, et maintenant il y en a plus que 40, et est reconnu comme le centre régional de l'art contemporain, et la foire a joué un rôle tout à fait significatif dans ce développement. 
Art Dubaï est un modèle très différent de foire d'art : la foire joue un rôle essentiel dans le développement de la scène artistique locale, à travers un vaste programme non commercial parallèle à l'activité commerciale. Nous gérons un programme de résidence en collaboration avec le Dubai Culture & Arts Authority, Tashkeel et Delfina Fondation qui héberge 6 artistes et un curateur pendant trois mois chaque année ; Campus Art Dubai, notre "école" du week-end qui s'étend de janvier à juin ; en plus, nous travaillons en partenariat avec toutes les galeries, les institutions et les musées locaux pour présenter la ‘Art Week’, programme-cadre qui favorise et qui vise à promouvoir une multitude d’activités artistiques à travers les Emirats au cours du mois de mars - ainsi que des événements collatéraux, tels que la Design Days Dubai (le premier salon du design en Asie / Moyen-Orient), et la Biennale de Sharjah qui coïncide tous les deux ans avec la foire.

En Europe, nous avons récemment assisté à un questionnement sinon à une vraie insatisfaction envers le format proposé par les foires d'art. Quel est aujourd'hui leur rôle? Avons-nous vraiment besoin d’un nombre toujours grandissant de foires d’art ?
Bonne question ! C'est vraiment le sujet de notre discussion ci-dessus : avec Art Dubai, nous visons à imaginer un nouveau format et rôle pour les foires d'art, et nous encourageons nos principales partenaires (les galeries participantes, les artistes, le conseil des mécènes) à jouer un rôle à cet égard. Nous croyons que des foires avec une identité claire et une forte détermination, des foires qui veulent servir leur communauté proche aussi bien que le monde de l'art international, des foires qui disposent d'un programme novateur, ainsi que les grandes galeries, peuvent non seulement survivre, mais prospérer. Chaque année, nous voyons un intérêt accru de la part de galeries, institutions et collectionneurs provenant d’Europe et, sur la base des réservations que nous avons reçues jusqu'à présent, nous sommes prêts cette année à accueillir un nombre de visiteurs provenant de l'étranger qui dépassera considérablement celui des éditions précédentes. Le désir d'être connecté et la soif de "marchés nouveaux", qui s’ajoutent à l'accès fourni par un carrefour stratégique, tel que Art Dubai, aux régions sous-exploitée, semble nettement augmenter, tout comme le monde de l'art devient de plus en plus à envergure mondiale.

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo