ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Cannes à Beyrouth: Un tour du Monde de réalisateurs émergents

23/06/2019|Aina de Lapparent

Née en 1962, la Semaine de la Critique de Cannes a vocation de révéler les nouveaux talents cinématographiques. Ainsi Wong Kar Wai, Gaspard Noé, Ken Loach ont vu leurs carrières propulsées après que leurs films aient été sélectionnés. Pour trouver les heureux participants, le comité de sélection réalise une recherche approfondie à travers le monde arrivant même à des pays sans industrie cinématographique. Après Cannes, le tout premier rendez-vous international de ces films est comme chaque année en juillet au Cinéma Metropolis à Beyrouth. Rencontre avec Nisrine Wehbé, la directrice de programmation de Metropolis.
 

 

Comment est née l’idée de reprendre à Beyrouth la semaine de la Critique ?
Au début la Semaine était organisée par l’Institut français du Liban et puis Metropolis a ouvert en 2006. Notre tout premier événement a été la reprise de la semaine de la Critique. Au fil des éditions, Beyrouth est souvent la toute première tournée internationale des films sélectionnés. 

Pouvez-vous nous parler du film d’ouverture J’ai perdu mon corps?
À la présentation à Cannes tout le comité de sélection a été très touché par ce film. Au final, il a remporté “Le grand prix”, le deuxième prix plus important, après la Palme d’Or. C’est la première fois que le lauréat est un film d’animation. J’ai perdu mon corps” a aussi remporté le Cristal du long métrage et le Prix du public au festival d’animation d’Annecy. Il faut fuir les idées reçues qu’on peut avoir sur l’animation, c'est un film avec beaucoup de subtilité et d’amour. L’équipe technique est très douée, il y a la musique de Dan Lévy et le scénario a été adapté par Guillaume Laurent, qu’on connaît pour Amélie Poulain. Le film a été vendu à Netflix qui va le diffuser fin 2019. C’est donc une chance pour nous de pouvoir le montrer à Beyrouth car Netflix accepte très rarement de passer des films dont il est le propriétaire à des festivals.

Combien de spectateurs ont assisté au festival l’année dernière et combien en espérez-vous cette année ?
L’année dernière, nous avons eu plus de 1.000 entrées. Cette année, au vu de la sélection des films, nous attendons 1.500 spectateurs. Car il y a une représentation importante du monde arabe. Et le compositeur de la bande sonore du film Ceniza Negra, Wissam Hojeij, est libanais. 

À votre avis est-ce que cette édition a révélé des talents?
Dans cette édition, on peut découvrir des films provenant de pays dont on entend peu parler dans le monde du cinéma, comme le Guatemala. Nuestras Madres a gagné La Caméra d’or, un prix décerné à la meilleure Opera Prima. C’est un film sur les disparus de la guerre, un sujet qui peut aussi intéresser les libanais. Également à découvrir, l’actrice Hafsia Herzi, qu’on connaît par le film Abdellatif Kechiche La Gaine et le Mulet, qui révèle qu’elle a de multiples cordes à son arc. Dans Tu mérites un amour, elle écrit, joue et dirige. Finalement, nous sommes très fiers du court-métrage égyptien Fakh de Nada Riyah, car elle a participé à Talents Beyrouth, un des workshops qu’on organise pour les jeunes talents du monde arabe.

Votre coup de cœur ?
Mis à part le film d’ouverture, Vivariumet l’islandais White White Day m’ont beaucoup marqué. Le premier est une expérience de cinéma qui transporte et réussi à te faire oublier tout ce qui t’entoure. Pour le deuxième, j'apprécie beaucoup le cinéma islandais, qui a un style particulier.
 


 

Programme
 

Lundi 22 juillet
‘Mardi de 8 à 18h’ de Cecilia de Arce
‘J’ai perdu mon corps’ de Jérémy Clapin

Mardi 23 juillet
‘Fakh (The Trap)’ de Nada Riyadh
‘The Unknown Saint (Le Miracle du Saint Inconnu)’ de Alaa Eddine Aljem

Mercredi 24 juillet
‘Ikki illa meint’ de Andrias Høgenni
‘Tu mérites un amour’ de Hafsia Herzi

Jeudi 25 juillet
‘Kolektyviniai sodai’ de Vytautas Katkus
‘Hvítur, Hvítur Dagur’ de Hlynur Pálmason

Vendredi 26 juillet
‘Naptha’ de Moin Hussain
‘Vivarium’ de Lorcan Finnegan

Samedi 27 juillet
‘Journey Through a Body’ de Camille Degeye
‘Please Speak Continuously and Describe Your Experiences as They Come to You’ de Brandon Cronenberg
‘Demonic’ de Pia Borg

Dimanche 28 juillet
‘Dia de festa’ de Sofia Bost
‘Litigante’ de Franco Lolli

Lundi 29 juillet
‘Abou Leila’ de Amin Sidi-Boumédiène

Mardi 30 juillet 
‘Lucía en el limbo’ de Valentina Maurel
‘Ceniza Negra’ de Sofía Quirós Ubeda

Mercredi 31 juillet
‘The Manila Lover’ de Johanna Pyykkö
‘Nuestras Madres’ de César Díaz

Jeudi 1er août
‘Ultimul Drum Spre Mare’ de Adi Voicu
‘Les héros ne meurent jamais’ de Aude Léa Rapin

Vendredi 2 août 
‘Chun jiang shui nuan’ de Gu Xiaogang

Samedi 3 août 
‘Tenzo’ de Katsuya Tomita
‘Invisível Herói’ de Cristèle Alves Meira


A savoir
Du 22 juillet au 3 aout 2019 à 20h00
Metropolis
 

01 204080 ; www.metropoliscinema.net


 

Photo : © Thala Films / In Vivo Films 
 


 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo