ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

‘Sleeping with the Enemy’ : Trois artistes entre compétition et collaboration

09/05/2019

La galerie KAF, dans le quartier Saint Nicolas, accueille depuis le 18 avril et jusqu'à ce jeudi 9 mai, la performance de Semaan Khawam, Fadi Elchamaa et Ghylan Safadi ‘Sleeping with the enemy’. Ces trois artistes peintres se sont lancés le pari un peu fou de partager un studio de création pendant trois semaines et d'y peindre chaque jour de 11h à 19h. Pour le meilleur et pour le pire.

Dans la galerie KAF, à Achrafieh, il faut se frayer un chemin entre les dessins à l'acrylique, au fusain ou à l'encre qui tapissent le sol pour espérer atteindre les trois artistes. Semaan, Fadi et Ghylan sont à l'ouvrage. Ils se sont fixés un objectif : peindre ensemble pendant trois semaines dans une galerie ouverte sur l’extérieur. Un vrai défi pour trois amis qui s’apprécient, mais qui sont portés par un fort esprit de compétition. Ils se sont fixés une règle, les prix de vente des œuvres sont les mêmes pour les trois artistes, ils diviseront équitablement les gains réalisés et l'ensemble de leur création, invendus compris, leur appartient à tous les trois. ‘‘Le monde de l'art est un espace de compétition, commence Fadi Elchamaa. Les artistes sont des rivaux qui n'hésitent pas à se donner des coups au-dessous de la ceinture. Cette expérience c'est pour nous l'occasion de nous exprimer sans avoir à enfiler des gants de boxe’’. Le titre ‘Sleeping with the enemy’ fait allusion à cette compétition sans merci et silencieuse que se livre les trois hommes. Silencieuse, pas toujours. Il leur arrive régulièrement de s'écharper au cours de débats théoriques ou même en peignant : ‘’Si l'un commence un peu trop à marcher sur le terrain de l'autre, en s'inspirant un peu trop, ça peut faire des étincelles’’, ajoute Fadi. ‘’Au Liban, il y a trop de problèmes pour que les artistes fassent de l'art pour l'art. C'est forcément quelque chose d'engagé et de politique. Nous avons tous les trois un background différent, un positionnement philosophique moral ou politique singulier’’.

Mais c'est quand même l'inspiration mutuelle qu'ils retiennent de l’expérience. En un peu moins de trois semaines, ils ont produit près de 350 peintures et dessins, soit beaucoup plus que leur production habituelle. ‘‘Parfois on arrive au studio et on a pas d'idée, note Seeman Khawam. Mais si l'un d'entre nous commence quelque chose, ça motive les deux autres à se lancer’’. Leurs échanges, disputes, leurs moments de doute ou de joie sont filmés par une équipe de vidéastes qui passe régulièrement prendre le pouls de l’expérience. A terme, les trois artistes pensent en tirer un documentaire.
La seconde difficulté de l'exercice, c'est la présence constante de visiteurs, intrigués par l'effervescence qui règne dans cette galerie aux portes grandes ouvertes : ‘’Peindre avec des gens dans votre dos qui regardent et discutent, c'est comme se retrouver tout nu. D'une certaine façon en peignant, on a l'impression de s'habiller’’, explique Ghylan Safadi. C'est aussi pour les artistes l’occasion d'échanger avec les visiteurs sur leur pratique de la peinture et sa signification : ‘’La vie d'un artiste, c'est souvent de rester enfermé dans son studio avec ses peintures. Avec cette expérience, c'est complètement différent. On a une vraie interaction avec le public et ça vient nourrir ce que l'on fait’’, ajoute Fadi Elchamaa. Le vernissage de l'exposition aura lieu le jeudi 9 mai et sera visible jusqu'au jeudi 16 mai.
 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo