Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Thierry Van Biesen en trois photos

Photographie

Interlude PhotoRENCONTRE
24/11/2021|Emma Moschkowitz

Passionné de mathématiques, rien ne prédestinait Thierry Van Biesen à faire ce qui fait aujourd’hui son succès, la photographie. Pour l’Interlude Photo de l’Agenda Culturel, le libano-belge revient sur un parcours aux quatre coins du monde, de la haute-couture à la politique. 

“Quand j’étais jeune, j’étais un premier de la classe. Je voulais être ingénieur, ou professeur. Pour moi, la photographie, c’était un truc sans intérêt, de cancre. Et puis un jour, j’ai un ami qui m’a donné un appareil photo. Je faisais des études d’ingénieur, donc l’objet m’intéressait plus pour le côté technique, de l’optique, que pour le côté artistique. J’ai commencé à jouer avec, à prendre des photos, que je suis allé faire développer dans un laboratoire. Là, l’homme qui s’occupait de faire développer mes photos m’a félicité pour les tirages et m’a demandé pour qui je travaillais. Il pensait que j’étais photographe. Cela a créé une idée dans ma tête et j’ai décidé de quitter les études pour la photographie. 

 

J’ai commencé à faire de la photographie de mode. Je faisais les books des mannequins, je travaillais pour des agences en Belgique. En parallèle, j’ai eu envie de m’extraire de ce milieu et de réaliser mes propres projets. 

Depuis petit, j’étais fan de l’illustrateur français Moebius. Je voulais créer un projet avec lui. Alors, j’ai essayé de le contacter, par tous les moyens. Quand j’ai réussi à le rencontrer, il m’a écouté, et a accepté ma proposition. Mon idée s’est concrétisée : on a inventé une histoire autour de la fin du monde et j’ai pu faire un projet dans la mode avec une idole de mon enfance, c’était un rêve pour moi. 

Ensuite, j’ai déménagé à Londres, où j’ai travaillé pour des grandes marques et des magazines importants. C’est une grosse étape dans ma carrière, qui a pris un tour plus professionnel en Angleterre. Le Royaume-Uni m’a offert des connexions, des relations qui m’ont permis de m’ouvrir à une plus grande liberté de création. On m’a dit “fais ce que tu veux avec nos produits, tu as carte blanche, on te fait confiance”. Donc j’ai pu être très créatif. Moi, j’ai toujours aimé raconter des histoires. Ce sont des histoires que je me raconte à moi-même, puis que je raconte en images. Je fais des histoires de mode qui ont du sens. Je crois que c’est pour ça que ça a marché. Ce ne sont pas des photographies qui suivent ce que la mode fait. Je raconte des histoires pour la mode avec des histoires qui ne sont pas à la mode. Et puis, j’ai apporté, à un moment où la mode était très grunge, très dark en Angleterre, un côté optimiste et coloré. Et on m’a souvent questionné sur ces choix. Je crois que ça vient du Liban: moi je viens de la guerre, j’ai grandi dans la destruction; alors j’avais envie de voir autre chose, de créer de l’espoir dans l’image, avec des histoires. Et à l’époque, on racontait très peu d’histoires dans la mode, c’était le glamour qui primait. Moi, j’ai ajouté de l’humour au glamour. 

 

Plus tard, je me suis installé en France, où mon agent m’a encore fait monter professionnellement, à travers des travaux pour les Galeries Lafayette, Sony, etc. mais aussi à travers ma participation à une grande exposition au Musée d’Art Moderne de d'Hambourg sur la photographie de mode ('Archéologie de l'Elegance - 64 photos qui ont influencé la photo de mode 1980-2000').

J’ai ensuite vécu à New York pendant six ans, où j’ai réalisé, entre autres, une publicité de parfum pour Castelbajac ou encore une campagne pour le Cirque du Soleil à Las Vegas. 

Ces dernières années, il y a eu une transformation du marché de la photographie et de la profession de photographe. L’accessibilité de la photographie, grâce aux technologies et aux smartphones, à démocratisé l’utilisation de l’image. Avant, le photographe avait presque un statut de magicien, on se demandait comment il avait réussi à prendre une telle photo; aujourd’hui, on a un statut de prestataire ou de technicien. 

J’ai commencé à réfléchir à comment je pouvais continuer à faire mon métier. Mon ex-agent français m’a invité à m’associer à la fabrication d’une plateforme en ligne de mise en relation de photographes avec des clients. Ma tâche consistait à qualifier les photographes selon leur sensibilité afin de trouver au client la personne la plus adaptée pour leurs besoins. Donc, je me suis extrait du marché de la photographie pour aider les professionnels et les clients à se retrouver dans un marché en pleine mutation. J’ai arrêté cette collaboration il y a deux ans car j’ai eu envie de retourner à la photographie. 

 

Aujourd’hui, j’ai transformé ma fonction de photographe “magicien artiste” qui fait des images originales pour utiliser ma créativité dans la photographie corporate, d’entreprise. La question c’est: comment servir ces clients, qui ne connaissent que très peu ce milieu, à un prix qui leur conviennent et avec un résultat qui les sied? Avec Aude Monier, nous avons créé une entreprise que nous avons appelé les Corpographes. C’est un laboratoire de professionnalisation de la photographie corporate. Nous réfléchissons aux outils de gestion des commandes, aux relations avec le client, etc. de façon à ce que les clients puissent rencontrer des photographes qui parlent le même langage qu’eux. La demande est forte et le volume réclamé est important, mais il faut arriver à créer une expérience qui est agréable et montrer à ces entreprises qu'elles ont besoin d’un vrai photographe, dans une ère où Instagram a crédibilisé des non-professionnels. La satisfaction que je retire de ce que je fais aujourd’hui, c’est celle d’un artisan, capable de servir un vrai besoin. 

Nous co-créons avec nos clients la campagne. Et souvent, ces gens détestent l’exercice de la photographie. Alors on les fait réagir, on leur demande leurs avis, pour arriver à un partage dans lequel tout le monde sort content. Les employés d’une entreprise sont souvent des gens qui ne sont pas visibles habituellement. Avec nous, ils le deviennent, et peuvent même arriver à apprécier cela. On fabrique une expérience autour d’une interaction. Et on arrive même à faire des images décalées, avec une vraie production et des scénarios. 

Dans tout ce que j’ai fait, j’ai essayé d’être un peu à côté de la plaque de ce que tout le monde faisait.”

 

Lire aussi L’ART DU REGARD À LA BEIRUT PHOTO WEEK

 

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)