Les Musicales du Liban sont à Paris

Musique

FESTIVAL
11/11/2019

Co-fondatrice avec Georges Daccache des Musicales du Liban, premier festival en France entièrement consacré à la musique savante libanaise, Zeina Saleh Kayali répond aux questions de l’Agenda Culturel.
 

Comment est venue l’idée de fonder ce festival ?
De façon tout à fait naturelle. Le pianiste Georges Daccache et moi travaillons depuis plus d’une dizaine d’années de façon complémentaire à promouvoir le patrimoine musical libanais. J’écris des ouvrages, des articles, donne des conférences et organise des concerts, tandis que lui explore et défriche les trésors de la musique libanaise en mettant au jour tout le répertoire pianistique qui est d’une richesse incroyable. Aujourd’hui, nous en savons assez l’un et l’autre sur ce patrimoine musical pour pouvoir le concentrer en une série de plusieurs concerts.

Qui seront les interprètes de ces concerts ?
Un noyau de musiciens qui s’intéressent aux compositeurs libanais depuis un certain temps déjà. Tout d’abord Georges Daccache lui-même, qui est programmé dans deux des trois concerts, ensuite Betty Salkhanian Kourtian qui est sa partenaire pour le concert à deux pianos, puis le trio Marchais-Sieffert, Christine au piano, Marc au saxophone et Juliette au violoncelle. Ces trois excellents instrumentistes explorent les musiques libanaises par le biais de concerts, de master class et d’enregistrements depuis de nombreuses années. Leur CD La sève du cèdre est sorti en 2014 dans un anonymat honteux alors qu’il présentait des pièces de douze compositeurs libanais différents dont certains n’avaient jamais été enregistrés. Enfin, le dernier concert donnera à entendre des mélodies libanaises interprétées par la jeune et brillante soprano Marie-Josée Matar, dont la voix de cristal se prête parfaitement à ce genre de répertoire. Une comédienne, Elisabeth Drulhe, dira les textes poétiques de Nayla Chidiac.

Quel sera le déroulement du festival ?
En trois concerts sur trois week ends. L’ouverture se déroule le samedi 16 novembre, sous le thème De Erevan à Beyrouth, et jette un éclairage intéressant sur les compositeurs libanais d’origine arménienne et leur influence sur les musiques libanaises. Deux pianos dialoguent et se répondent avec Georges Daccache, et Betty Salkhanian Kourtian.
Le deuxième concert dimanche 24 novembre, est consacré à la musique de chambre libanaise avec Christine Marchais, Marc Sieffert et Juliette Sieffert qui feront découvrir, ensemble ou séparément, un répertoire méconnu et absolument inédit au langage musical qui va du classicisme le plus pur à l’expérimental le plus déroutant.
Le troisième concert, le dimanche 1er décembre, est consacré à un dialogue privilégié entre la poésie et la musique. Trois interprètes, Georges Daccache au piano, Marie-José Matar, soprano, et Elisabeth Druhle, récitante, se donnent la parole autour des textes de Nayla Chidiac.

Comment est financé le festival Les Musicales du Liban ?
Grâce à trois mécènes qui sont présents depuis le début du travail sur les compositeurs libanais : la Fondation Robert Alfred Matta (RAM) la société informatique Infocubed et la Banque Bemo. Ces trois institutions considèrent que la diffusion et la valorisation du patrimoine musical libanais est un vrai combat et se donnent pour mission de le soutenir. D’ailleurs RAM et Bemo sont également les mécènes du Centre du patrimoine musical libanais (CPML) situé au Collège Notre-Dame de Jamhour, qui, depuis 2012, rassemble et conserve les archives et la documentation des compositeurs et des interprètes libanais. Cette aide précieuse aux Musicales du Liban, permet au festival d’exister mais aussi de se passer de billetterie et donc de s’ouvrir au plus grand nombre.

Pensez-vous que cette première édition sera suivie d’autres ?
Je l’espère ! Le patrimoine musical libanais est si riche et les interprètes libanais et occidentaux commençant à s’y intéresser de plus près, il est fort à parier (et à espérer !) que cette première édition ne sera pas la dernière.

Trois compositeurs parlent de leur œuvre programmée aux Musicales du Liban
Sevag der Ghoughassian : Requiem pour deux pianos, interprété par Betty Salkhanian Kourtian (piano) et Georges Daccache (piano) le samedi 16 novembre : « C’est une pièce très personnelle que j’ai composée en 2016 et qui se révolte contre l’inévitable arrivée de la mort. Je laisse à l’auditeur la possibilité d’écouter cette musique sans la commenter moi-même. Elle se divise en sept mouvements :Introduction, The Little Lake (sur un poème de Bedros Tourian), Mortem, Resurrection, Confutatis, Dies Irae, la danse de la mort (sur un poème de Charles Baudelaire) ».

Naji Hakim : Our Lady's Minstrel interprétée par Christine Marchais (piano) et Marc Sieffert (saxophone) le dimanche 24 novembre
« Our Lady's Minstrel est un ensemble de deux œuvres d'après une idée de ma fille, Katia-Sofía Hakim : Prélude et Danse pour
clarinette et piano, et Trois poèmes pour soprano et piano, inspirés d'un conte de médiéval français, Le Jongleur de Notre-Dame. Les œuvres peuvent être interprétées séparément ou dans un même programme dans l’ordre suivant: Prélude - Trois poèmes - Danse. Le prélude paraphrase le Salve Regina simplex grégorien dans un style de valse lente et expressive. La Danse est de forme sonate plurithématique avec une valse sereine dans la partie centrale rappelant le prélude. Les Trois Poèmes pour soprano et piano utilisent des vers choisis de la traduction anglaise du Jongleur de Notre-Dame [1898, Isabel Butler] ».

Bechara El Khoury, Chant d’Amour sur un poème d’Alphonse de Lamartine, interprété le dimanche 1er décembre par Marie-José Matar (soprano) et Georges Daccache (piano) « Lamartine est un poète qui m’inspire d’autant qu’il avait des liens particuliers avec le Liban. Cette œuvre que j’ai écrite en 1987 sur un extrait des Nouvelles médiations poétiques, est de facture post-romantique, comme un hommage indirect à Richard Strauss ».


A savoir
Les Musicales du Liban
• Samedi 16 novembre à 20h30 de Erevan à Beyrouth
• Dimanche 24 novembre à 15h30 Musique de chambre libanaise
• Dimanche 1er décembre à 15h30 Liban en poésie et musique
Cathédrale Notre-Dame du Liban
17 rue d’Ulm 75005 Paris
Libre participation aux frais.

Articles Similaires