Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Le crépuscule d’un monde et le naufrage du Liban

Livre

LIVRE
09/06/2021|Ibrahim Tabet

Nous autres civilisations, nous savons maintenant

que nous sommes mortelles »

Paul Valéry

« Le véritable exil n’est pas d’être arraché à son pays,

c’est d’y vivre et de ne plus rien trouver

de ce qui le faisait aimer 

Edgar Quinet

 « Né il y a trois-quarts de siècle, le soir de ma vie s’accompagne du crépuscule de mon monde. Libanais et Français de nationalités et de cœur, il m’a été donné d’assister au naufrage du Liban et  d’éprouver le sentiment de déclin de la France. Citoyen d’un monde menacé par un désastre écologique, le bilan catastrophique de la pandémie du coronavirusillustre à mes yeux « l’insoutenable légèreté » de la condition humaine et de notre civilisation postmoderne. Est-il concevable que, malgré les progrès de la médecine, nous soyons réduits à nous calfeutrer chez nous pour prévenir la propagation de la maladie ? Que resurgissent les grandes peurs, comme celles que provoquait la peste au Moyen âge ? Grandeur et misère de la condition humaine ! Les dieux ont-ils voulu punir les hommes d'avoir voulu les égaler après les avoir mis à mort ? Je doute que le transhumanisme qui croit que les progrès de la biologie et de l’intelligence artificielle fabriqueront un post-humain aux capacités supérieures à celles des êtres actuels créera « le meilleur des mondes ».

 

Attaché à mon identité culturelle chrétienne bien qu’agnostique, j’observe avec tristesse l’inexorable érosion de la présence chrétienne en Orient et avec effroi la menace de la montée de l’islamisme radical sur la région et le monde. Un monde désenchanté par le déclin des idéologies profanes et où le crépuscule de Dieu en Europe contraste avec son retour vengeur au sein de l’islam, accréditant la thèse du choc des civilisations.

  […] Comme les individus, des pays peuvent changer de visage sans changer de nom. C’est le cas du Liban d’antan dont j’ai fait mon deuil. Trente ans après la fin de la guerre du Liban (1975-1990), l’hégémonie du Hezbollah, la venue au pouvoir d’une classe politique corrompue et la mauvaise gouvernance ont provoqué l’effondrement du pays, dont la situation est encore plus désespérée que durant ces quinze années de braise. Et, comble de malheur ! Une explosion cataclysmique au port de Beyrouth, le 4 août 2020, a dévasté le cœur de la ville faisant plus de 200 morts s’ajoutant aux victimes du Covid 19. Je ne pense pas que ma génération verra le bout du tunnel, mais me console en me disant que mes fils et mes petits-enfants vivent en Europe loin de ce paradis perdu que fut le pays des Cèdres. 

   […] J’ai eu la chance de vivre en France durant la décennie où legénéral deGaulle étaitrevenu auxaffaires etprésidaitaux destinées dupays. Cette grande époque  et les trente glorieuses où la France jouissait du plein emploi appartiennent àun passé révolu.  Tandis que la montée du séparatisme musulman et le mouvement des Gilets jaunes révèlent la profondeur des clivages de la société française. 

   […] L’essor et le déclin des civilisations, des empires et des nations est une constante historique. L’Europe occidentale n’atteignit le niveau de développement qui était le sien avant les invasions  barbares de l’Empire romain d’Occident qu’à la Renaissance. Et après avoir dominé le monde au XIXe siècle, elle est aujourd’hui en déclin. La chronique annoncée  du déclin de l’Occident est un thème récurent et ses nouveaux cassandres dénoncent l’anémie des valeurs fondatrices de la civilisation occidentale. C’est le cas d’Éric Zemmour qui dans « Le suicide françai », analyse la perte de valeurs qui caractérise la France depuis mai 68. Et de Michel Onfray qui dans « Décadence », retrace la naissance, la croissance puis la sénescence de la civilisation judéo-chrétienne.      Le relativisme culturel et moral, la théorie du genre et la légalisation du mariage pour tous, bien que pouvant passer pour des signes d’humanisme et de tolérance, sapent en réalité les fondations de la société.On dirait que le complexe de supériorité de « l’homme blanc » a fait place aujourd’hui à un sentiment de honte envers lui-même et son histoire. La dénonciation du colonialisme de l’antisémitisme et de l’islamophobie versant parfois dans un sentiment de repentance et de culpabilisation.

 

Les grandes idéologies laïques (nationalisme, libéralisme, socialisme, communisme) dont la naissance a autrefois été favorisée par « la mort de Dieu » sont moribondes ou, comme le communisme, ont rejoint Dieu dans la tombe, créant un vide de sens au sein de la société de consommation occidentale.  Tandis que l’européisme, victime du désamour de beaucoup de citoyens européens envers l’Union européenne, peine à être une idéologie de remplacement 

  […] La crise de l’Union européenne est infiniment moins grave que celle du monde arabe en proie à la régression culturelle causée par le cancer islamiste et partagé en sphères d’influence entre les États-Unis, la Russie, et les héritiers des deux grands empires historiques de la région : l’Iran et la Turquie.Parallèlement à la réislamisation de la Turquie, le « nouveau  sultan », Recep Tayyip Erdogan, veut rétablir l’influence de son pays au Moyen-Orient et en Afrique du Nord sur des terres qui firent jadis partie de l’Empire ottoman. Et la République islamique, héritière de l’ancien Empire perse dont elle a repris à son compte les ambitions hégémoniques, s’emploie à constituer un arc chiite s’étendant de l’Iran au Liban en passant par l’Irak et la Syrie. Tandis qu’Israël est le principal bénéficiaire de la dislocation du monde arabe  et de son impuissance.

Un chapitre du livre est consacré au sort de la Syrie envers qui j’éprouve des sentiments ambivalents. Je me sens proche de son peuple et compatis aux souffrances qu’il endure depuis 2011, année de l’éclatement de la guerre civile et étrangèrequi y fait encore rage. Mais j’en veux à son régime qualifié « d’Etat de barbarie » par Michel Seurat pour son rôle négatif au Liban et les horreurs perpétrées contre sa propre population.

 

L’émergence de l’islamisme présente beaucoup de similitude avec le communisme et le nazisme : même nature totalitaire et pouvoir de mobilisation d’autant plus grand qu’il se réfère à la sacralité du Coran. L’instrumentalisation par l’islamisme d’un levier encore plus puissant que les idéologies laïques,celui de la religion, laisse craindre qu’il ne mette encore plus de temps à être vaincu que le communisme et qu’on ne découvre pas de si tôt un vaccin contre ce mal. Si le monstre Daech a été écrasé militairement cela n’a pas pour autant mis fin aux attentats terroristes.   

    […] Alors que les riverains  de la « mare nostrum » romaine faisaient partie d’une même civilisation les Européens  la voient comme une voie de passage de flux migratoires indésirables, voire de terrorisme. Dans l’Antiquité la Méditerranée était le centre du monde, puis celui-ci, franchissant l’Atlantique, s’est déplacé de l'Europe aux États-Unis et est en passe de traverser le Pacifique vers la Chine qui va bientôt retrouver le rang de première économie mondiale qu’elle occupait jusqu’au XVIIIe siècle, méritant à nouveau son nom « d'Empire du Milieu ». Cette montée en puissance n’est pas sans inquiéter l’Occident. Surtout les États-Unis qui craignent de perdre le statut d’unique superpuissance mondiale qui est le leur depuis la chute de l’URSS et considèrent de plus en plus la Chine comme leur principal adversaire avant la Russie.

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)