ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Vous avez dit neutralité ?

15/07/2020|Gisèle Kayata Eid, Montréal

Ok nous avons été volés, pillés, ruinés.

OK les coupables ne font pas cas de nous, trop préoccupés à leurs magouilles.

OK le gouvernement, forcé ou de plein gré, piétine et piaffe.

OK la corruption est exécrable, inimaginable, impardonnable.

OK nous sommes les premiers fautifs d’avoir laissé pourrir la situation.

OK nous sommes emprisonnés dans notre propre pays.

OK plus personne n’a plus de quoi manger, ni s’éclairer, ni éduquer ses enfants.

OK ce sont des voyous, des vauriens, des sans cœurs, des monstres…

OK sur tout… Mais de grâce épargnons-nous les lamentations sur ce « pauvre » pays. Arrêtons de partager ad nauseum les reportages sur notre situation plus que désastreuse. Et, par pitié, oublions la nostalgie. OK il y a des gens qui quittent le bateau qui coule, mais il y en a d’autres qui essayent de vider le pont inondé à la façon Sisyphe désespéré. Il y a des hommes et des femmes sur le terrain qui vivent, qui luttent, qui espèrent, qui résistent. Ressasser les doléances jusqu’à plus soif ne leur sert à rien, sauf à torpiller encore plus la Révolution du 17 octobre, celle de tous nos rêves brisés.

 

Alors quoi ? Sustine et abstine ? Supporter et ne rien dire ? Peut-être oui, dans un premier temps. Parce que remuer le couteau dans la plaie continuellement ne conforte que ceux qui veulent saper le moral des troupes. Puis, en deuxième temps, réfléchir :

1 - De l’intérieur, il n’y a plus rien à espérer. Les « lignes rouges » sont bien tracées, bien campées, infranchissables. On a essayé, à notre corps défendant, de les contourner, de raviver des consciences endormies, d’espérer des dénonciations magiques suivies de procès mirobolants. Rien n’est arrivé. Nous sommes les personnages-marionnettes d’une pièce théâtre de l’absurde le plus sordide. Nous luttons contre des moulins à vent… Ça, nous le savons.

2 – De l’extérieur, la diaspora ronronne. Déclarations, refus, exigences. Quand on est bien au chaud, pourquoi se mouiller ? Alors on patine. La diaspora est peut-être forte dans l’humanitaire, mais pour le politique, laissez-faire. Ils ont quitté pour avoir la paix. On les comprend.  

Donc ? Réfléchir encore et encore à une solution qui transcenderait tous les courants avec lesquels nous DEVONS composer. Logiquement, puisque 40, 50 ans de guerres froides, meurtrières ou larvées n’ont pas abouti, peut-être penser arrêter la confrontation dé-fi-ni-te-ve-ment avec tous les belligérants et leurs sponsors. Et oui, une neutralité juridique garantie par les Nations Unies pourrait bien être la solution.  C’est dans cette direction qu’il faudrait entretenir les débats sur la place publique. Inviter juristes et constitutionnalistes à trouver la formule qui obligerait tous les bourreaux confondus à arrêter de prendre en otage la population victime, quelle que soit son allégeance. C’est à ce genre de gymnastique intellectuelle qu’il faudrait qu’on s’attèle; quitte à ne pas s’accrocher à une jurisprudence confirmée mais à oser envisager une situation qui génèrerait un précédent… De quoi rentrer dans l’Histoire par la grande porte.  

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo