ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Une nouvelle jeunesse pour les 100 ans du Prophète de Gibran

17/11/2023|Maya Trad

Commandé par la maison d’Edition Seghers à l’occasion de son centenaire, Le Prophète de Gibran, ce petit livre de 100 pages, traduit dans toutes les langues et vendu à des millions d’exemplaires se déploie dans une forme nouvelle sous le crayon de Zeina Abi Rached qui nous en offre une version amplifiée, dans une bande dessinée de près de 350 pages. En noir et blanc, elle fait danser dans ses bulles la prose poétique et prophétique de Khalil Gibran, et dessine une chorégraphie tourbillonnante, telle une danse soufie, qui donne à lire et à voir sous un jour nouveau ce grand livre intemporel.   

 

Publié en 1923, ce petit grand livre spirituel et universel, guide philosophique et leçon d’apprentissage de vie, ne semble pas avoir pris une ride. Au contraire. Limpide et poétique, le message de Paix universelle qu’il prodigue, nous est d’autant plus essentiel devant les violences d’aujourd’hui. 

 

Zeina Abi Rached elle- même, tout en étant libanaise, ne l’a redécouvert qu’au moment de cette commande. Autrice de plusieurs romans graphiques depuis 2006 ( Catharsis : Beyrouth (2006) 38, rue Youssef Semaani (2006), Je me souviens (2008), Le jeu des hirondelles (2007), Le Piano oriental (20015), Prendre Refuge (2018) )qui portent tous sa même patte en noir et blanc, elle y a plongé, un crayon à la main, et s’est laissée porter et guider par les paroles d’ Almustafa ; ces 28 commandements qu’ils prononce en réponse aux questions du peuple d’Orphalèse réuni autour de lui au moment de son départ pour sa cité natale. 

 

On y entre comme dans un conte. Les premières pages s’ouvrent sur un paysage éthéré et calme, silencieux. Quelques bulles apparaissent au bas d’une page, comme de tout petits sons de musique qui sonnent comme un prélude à la mélodie à venir. Le navire est attendu, l’heure du départ a sonné, on voit une mer, un soleil, un paysage paisible, et enfin à la 6ème double planche, on découvre le regard inquiet d’Almustafa qui scrute la mer, chargé de doutes et le cœur lourd.

 

Zeina Abirached avoue elle même que l’Introduction est le moment qu’elle préfère dans le livre de Gibran car les doutes d’Almustafa avant son départ font écho à tous ceux qui ont dû un jour émigrer loin de chez eux ou alors y retourner une valise à la main. Voilà pourquoi elle a voulu lui donner une place qui respire. Laisser voguer les pages, comme le silence de l’attente et de la contemplation.

 

Viennent ensuite les 28 commandements que le prophète énonce aux villageois comme s’il leur faisait part d’un héritage, d’une transmission. L’amour, le mariage, les enfants, le don, le travail, les maisons, la liberté, la joie et la peine, la beauté… On écoute les paroles sacrées de cet apprentissage tout en regardant se tisser les mots de Gibran aux dessins de Zeina Abi Rached. Autant de courbures calligraphiques, de motifs, de formes géométriques, de représentations figuratives, de faune et de flore, qui défilent sous nos yeux comme une chorégraphie d’images qui nous emporte dans la spirale hypnotique du récit. Le choix du noir et blanc semble tout au mieux servir les énoncés du prophète car ils sont eux aussi fait du même contraste et renferment chacun la chose et son contraire, comme le yin et le yang, le vide et le plein, la vie et la mort, la joie et la peine.. L’apprentissage qu’il nous délivre est celui d’accepter la vie dans sa dualité. Il en est ainsi de ces phrases : «Car au même moment l’amour vous couronne et vous crucifie. Il vous fait croître tout en vous élaguant », « qu’est ce que la peur de tomber dans le besoin, sinon le besoin lui-même », « Le jour de la séparation sera-t-il celui des retrouvailles » « dira-t-on que mon crépuscule était en vérité mon aurore » « votre joie est votre peine sans masque, elles sont inséparables ». Des énoncés qui sous une forme simple et accessible peuvent se comprendre de nombreuses manières. Et comme si on participait à une danse de derwiche tourneur, on entre dans cet état d’expansion de l’être qui se fond dans l’infiniment plus grand de la cosmologie. Car le prophète est le livre qui fait la jonction entre les différentes religions chrétiennes ou musulmanes, et les différentes cultures de pensées de la Grèce antique à l’Extrême Orient.

 

Signature du livre ‘Le Prophète’ de Zeina Abirached l Éditions Seghers le samedi 18 novembre de 11h00 à 13h00 à Tawlet à l'occasion du SOUK EL KOTOB WAL WARAK

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo