ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Un café avec Mario Jr Haddad

07/12/2020

Vous reprenez Villa Paradiso, quel sera votre concept ?

Le climat actuel étant ce qu'il est, j'ai décidé d'ouvrir un restaurant éphémère pour l'été à Batroun. J'ai réalisé très tôt que les gens ne voyageraient pas cette année en raison de la pandémie et de la crise financière. 

 

Le restaurant était situé à la Villa Paradiso, un bijou de maison d’hôtes dans le vieux Batroun. Le succès a été instantané et exceptionnel malgré les événements que le pays traverse. Cela nous a poussé à reconsidérer le statut temporaire du projet. Nous avons décidé de rester à Batroun et de reprendre aussi la gestion de l’hôtel tout au long de l’année. 

Nous déplacerons le restaurant dans un espace intérieur en hiver tout en ajoutant un bar. Nous garderons aussi les locaux ouverts aux activités culturelles et artistiques. 

 

Le Sushi Bar a gagné un prix international de design de restaurant. Quel est ce prix et pourquoi est-ce important pour le Liban ?

Le Sushi Bar a récemment reçu le prix du meilleur design de restaurant pour la région d'Afrique et du Moyen-Orient par le prestigieux Restaurant and Bar Design Awards, un concours international qui a lieu chaque année pour récompenser le design dans ce secteur. Nous étions parmi 586 autres restaurants en lice pour le titre répartis dans leurs régions respectives dans le monde et le seul restaurant à représenter le Liban. 

C’est une victoire importante car elle met en évidence l'immense richesse de créativité et de capacité technique de notre pays malgré les peu de ressources disponibles.

 

En tant que restaurateur, comment pensez-vous que votre secteur peut surmonter la crise que nous vivons au Liban ?

Je crois en notre capacité d'adaptation inégalée. La première chose qui aura lieu est une réduction du nombre de restaurants en fonction du nombre total de clients. Le second, c'est un changement de positionnement. Mais pour le moment nous devons survivre et faire tout notre possible pour conserver notre savoir-faire et garder les membres clés du personnel.

 

Enfin et dans un autre registre, après une pandémie mondiale de cette ampleur, comment voyez-vous l’avenir de l’industrie du cinéma ?

La pandémie a porté un coup dur à une industrie du cinéma déjà en difficulté. Mais le cinéma n'est pas seulement une question de films, mais aussi une sortie et en tant que telle, je m'attends à ce qu'il surmonte cette épreuve. Le cinéma a déjà survécu à la télévision, la vidéo et, plus récemment aux services de streaming. Les gens voudront toujours sortir, surtout après des mois de confinement. Je compare souvent le fait d’aller au cinéma à aller au restaurant alors que vous pouvez cuisiner à la maison ou commander un repas. Rien ne vaut la magie d'effectivement aller au cinéma !

 

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo