ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Thème et variations : La musique du temps qui passe

23/05/2021|Zeina Saleh Kayali

Le défi, aujourd’hui, consiste à vous présenter dix siècles de musique savante occidentale en un article pas trop long ! Comment la musique a-t-elle évolué en Occident depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, quels en sont les différents genres, les styles, les langages etc. C’est bien sûr extrêmement succinct, mais c’est juste pour vous donner une idée générale. 

 

Commençons par le tout début, c’est-à-dire la préhistoire où déjà l’homme connait un éveil sonore par les bruits de la nature, le vent, l’eau, le cri des animaux, l’écho et qui commence déjà à fabriquer les tous premiers instruments de musique à l’aide d’éléments de la nature : roseau ou peau de bêtes pour les premières percussions. 

 

C’est au moment de l’antiquité et plus précisément au 6e siècle avant JC qu’apparaissent les premières notations musicales et certains historiens affirment qu’elles sont dues au mathématicien Pythagore qui vivait à Sidon. D’ailleurs dans la Grèce antique, la musique est considérée comme un art majeur et, dans le cadre des jeux olympiques, le chant est une discipline. 

 

Déjà, 1500 ans avant JC, l’on retrouve des traces prouvant la présence de la musique : les phéniciens l’utilisent surtout pour couvrir les cris des victimes qui brûlaient dans les brasiers et l’Egypte et l’Extrême-Orient ont des systèmes musicaux organisés. C’est une époque où de nouveaux instruments font également leur apparition : harpe, cithare, flûte, tambourin.

 

1- Musique médiévale

Le Moyen-âge commence au 5e siècle après JC au moment de la chute de Rome et se poursuit jusqu’au 15e siècle, au moment de la Renaissance. Pendant ces presque 1000, la musique a considérablement évolué. Elle est essentiellement vocale. Les instruments existent bien sûr mais ils servent surtout à accompagner la voix. Tout ce qui n’est pas musique religieuse n’est pas considéré comme musique savante. Les chants des troubadours et des trouvères sont assimilés à la musique populaire. C’est au Moyen-âge que se développe le chant grégorien, considéré comme le premier sommet de la musique occidentale. On l’attribue à un évêque du nom de Grégoire qui a écrit le premier livre de chants autour du 9e siècle. Il se chante exclusivement en latin et a cappella. Il est monodique et récitatif.

 

Hildegarde von Bingen religieuse bénédictine (1098-1179) 

 

2- Musique Renaissance

A partir du 11e siècle, la polyphonie est introduite dans la musique religieuse et elle va atteindre une très belle apogée au 15e siècle avec ce que l’on va appeler le motet. C’est là que commence également à se développer le répertoire profane avec le madrigal italien qui pendant les siècles précédents était considérée comme populaire. La musique purement instrumentale évolue durant cette période, et de nouveaux instruments font leur apparition, l’orgue (que l’on connaissait déjà depuis l’antiquité mais qui renaît), la mandore (ancêtre de la mandoline), la guiterne (genre de luth) et le psaltérion (à cordes pincées couché)

 

Pierre Passereau (1509-1553)

 

3- Musique Baroque (1600-1750)

C’est une période très faste pour l’épanouissement de la musique qui se complexifie et s’orne. C’est un âge d’or pour les instruments : Stradivarius (Antonio Stradivari, 1644-1737) orgue clavecin théorbe

 

C’est à l’époque baroque que naît l’opéra qui emmène le public dans une autre dimension, fantastique sortilèges, burlesques, tragique, tout en même temps avec des livrets inspirés de la mythologie. Le 24 février 1607, l’Orfeo de Claudio Monteverdi est considéré comme le premier opéra. 

 

Orphée est un héros de la mythologie grecque qui charme les dieux et la nature par son chant. Le jour de son mariage avec Eurydice celle-ci meurt, piquée par un serpent. Orphée inconsolable, descend aux enfers pour essayer de la récupérer et il charme Hadès le dieu des enfers qui accepte de lui rendre Eurydice à condition qu’il ne se retourne pas pour la regarder pendant qu’ils remontent vers le monde des vivants. Mais arrive ce qui doit arriver, Orphée se retourne et il perd définitivement son Eurydice. Le mythe a inspiré beaucoup de compositeurs dont Gluck à l’époque classique, Offenbach à l’époque romantique et plus près de nous, en 1959, Orfeo negro un film musical brésilien qui revisite le mythe à la sauce de Rio de Janeiro. 

 

Claudio Monteverdi (1567-1643)

 

La période baroque est très riche en compositeurs. En Italie Vivaldi père du violon, dit « le prêtre roux », Pergolese mort à 26 ans dont on connaît le célèbre Stabat Mater, en Angleterre Henry Purcell qui se meurt d’amour pour la reine Mary dont il écrit la musique d’anniversaire et les funérailles. Il la suivra dans la tombe à peine six semaines plus tard, à l’âge de 36 ans. En France, Lully, dont on a redécouvert les opéras ces dernières années, mais aussi Couperin, Rameau, Charpentier…

 

Jean-Philippe Rameau (1683-1764)

 

Dirigeons nous vers l’Allemagne maintenant avec Jean-Sebastien Bach dont Ciroan le philosophe roumain a dit « la seule preuve sérieuse de l’existence de Dieu c’est JS Bach ». Ce compositeur a écrit pour toutes les formations, instruments seuls, sonates, musique de chambre, orchestre, chœur a cappella, chœur accompagné, des cantates, des passions, des motets, une messe (lui le luthérien !)

 

Jean-Sébastien Bach (1685-1750)

 

L’autre grand allemand de la période baroque c’est bien sur Haendel qui forme une excellente synthèse européenne. Il est né en Allemagne où il a grandi, a vécu en Italie où il a écrit des opéras sublimes comme Alcina ou Jules César, et finalement s’est installé en Angleterre où il a développé l’oratorio anglais dont l’exemple le plus connu est le Messie et où il a fini ses jours. Ne vous avisez pas de dire en Angleterre que Haendel est allemand. Vous vous feriez étriper !

 

Georg Friedrich Haendel (1685-1759)

 

4- Musique classique (1750-1830)MUSIQUE CLASSIQUE (1750-1830)

L’ère classique c’est la recherche de la perfection et de l’équilibre. On en a un peu assez des simagrées baroques des monstres des débordements burlesques. L’orchestre s’agrandit et se développe c’est la naissance de la symphonie. Essor du concerto et âge d’or du quatuor à cordes. La musique commence à sortir des églises et des cours, la révolution française précipite la musique dans la rue. Premières salles de concert.

 

Principaux compositeurs, Mozart Haydn (que Mozart appelait papa Haydn), Gluck qui était autrichien mais qui avait suivi Marie-Antoinette à la cour de France, car il était son professeur de musique, ce qui fait que les Français se le sont approprié !

 

L’un des géants du classicisme est bien sûr Beethoven avec ses 9 symphonies, mais Beethoven est aussi un romantique. On dit qu’il est exactement le passage entre les deux courants. D’ailleurs ses œuvres de jeunesse sont très comparables à la musique de Mozart et de Haydn tandis que dans la deuxième partie de sa vie sa musique est beaucoup plus passionnée et débridée.

 

 

Ludwig van Beethoven (1770-1827)

 

5- Musique romantique (1820- 1913)

 

Retour du sentiment de l’émotion de la nature des amours malheureuses. Le héros romantique se suicide par amour, l’héroïne romantique meurt de consomption. Le clavecin est petit à petit évincé par le piano. L’orchestre s’agrandit encore et devient symphonique puis philharmonique.

 

On voit apparaître un genre nouveau Le lied allemand et la mélodie française qui mettent en exergue la poésie. Les livrets des opéras se basent maintenant beaucoup sur des grandes œuvres de littérature, Traviata de Verdi (La Dame aux Camélias de Dumas) Rigoletto et Ernani de Verdi (Le Roi s’amuse et La Bataille d’Ernanide Victor Hugo), Wertherde Massenet (d’après Goethe), Eugène Oneguine de Tchaikovski d’après Pouchkine

 

Les principaux compositeurs de cette période sont Mendelssohn, Schumann, Schubert, Brahms, Chopin, Wagner etc.

 

Robert Schumann (1810-1856)

 

6- Musique moderne (première moitié du 20ème siècle)

Plusieurs mouvements dont l’impressionnisme qui est un courant musical prédominant dans les années 1890-1920. Il se caractérise à la fois par une volonté d'idéaliser l'univers qui le rattache au symbolisme, et par un usage pictural des sonorités. Inauguré par le Prélude à l'après-midi d'un faune, l'impressionnisme musical connaît dans les années 1890 une extension rapide, principalement en France (Claude Debussy, Maurice Ravel, Albert Roussel) et en Angleterre (Frederick Delius, Franck Bridge). Il atteint ensuite l'Allemagne (Franz Schreker), l'Italie (Ottorino Respighi), la Pologne (Karol Szymanowski) et les États-Unis (Charles Griffes). Cette esthétique tombe en désuétude après la Première Guerre mondiale.

 

La musique savante commence alors à se trouver mâtinée d’influences extérieures : musiques issues du jazz (Gershwin), des folklores (Bartok Kodaly).

 

Claude Debussy (1862-1918)

 

 

7- Musique contemporaine (après la deuxième guerre mondiale)
On y retrouve plusieurs mouvements : électroacoustique, qui utilise des éléments extérieurs comme des bandes sons pré enregistrées et dont les principaux représentants sont Edgard Varèse, Karlheinz Stockhausen. Sérielle, technique de composition fondée sur l'utilisation de séries d'éléments musicaux (Pierre Boulez). Répétitive, désigne plus spécifiquement l'ensemble des œuvres utilisant la répétition comme technique de composition. (Steve Reich, Philip Glass, et John Adams). 

 

Philip Glass (né en 1937)

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo