ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Impressions : Survivre sur les routes du Liban, une périlleuse aventure

13/04/2023|Dounia Mansour Abdelnour

C’est un radar SPY-7 le plus puissant au monde et non des yeux qu’il nous faudrait pour conduire en surmontant les obstacles routiers et arriver à bon port au Liban. 

 

Sur le bitume, c’est le folklore habituel où l’anarchie sur les routes est de mise. Les marquages au sol qui minimisent les risques n'existent pas, il faut deviner les bords du chemin laissés à l’entière appréciation des usagers. De temps à autre, on voit défiler une voiture sans plaque d’immatriculation, un incognito plus que hasardeux par les temps qui courent. Quant à la priorité, c’est une formule mathématique, celle-ci est proportionnelle à la masse des véhicules. Plus ils sont lourds, plus ils se considèrent prioritaires, ainsi, des camions surchargés constituent souvent de véritables dangers publics lorsqu’ils foncent à toute allure dans d’étroites ruelles, sans peur mais pas sans reproches, assurés d’avoir la suprématie vu leur masse de plus de 10 tonnes. De surcroît, les camions citernes ambulants à longueur de journée, laissent souvent derrière eux une traînée d’huile sur laquelle patinent, en perdant le contrôle, voitures et motos, dont les conducteurs ont des sueurs froides lorsque déportées, elles frappent de plein fouet d’autres voitures sur la route, alors que le camionneur se la joue ni vu ni connu. 

 

Au volant, nos sens sont aiguisés surtout dans les sens interdits d’où surgissent en face de nous, à tombeau ouvert, des motards, véritables trompe-la-mort, qui malheureusement finissent souvent au tombeau en nous laissant… interdits ; ces mêmes motards transportent des passagers adultes et une flopée d’enfants sans casque au mépris de toutes les règles de sécurité.

 

Où que l’on se trouve sur le bitume jalonné de nids de poule et de crevasses, nos nerfs sont mis à rude épreuve. L’administration qui devrait les boucher en appliquant l’enrobé à froid, est aux abonnés absents, alors des particuliers nous en bouchent un coin en les barrant eux-mêmes d’un pneu salvateur. Encore heureux que le système D fonctionne. De surcroît, ici et là, la prolifération anarchique des dos d’ânes vite faits, mal faits, trop longs, trop hauts, non signalés, nuisent au véhicule autant qu’aux passagers dont le dos est soumis à un pénible test d’endurance.

 

Aux embranchements, il faut avoir le cœur bien accroché. Les clignotants sont laissés au bon 

plaisir du conducteur et l’on doit freiner en dernière minute pour éviter la collision lorsque l’auto qui précède  s’engage, sans crier gare, dans une intersection. Pour sa part, le klaxon chez nous a un rôle singulier. Il sert moins à avertir de la présence du véhicule qu’à signaler l’agressivité du conducteur: ôte-toi de là que je m’y mette ! Dégage ! Quel imbécile qui s’arrête au feu rouge ! Pareillement, il existe un ordre clair émis par le klaxon harassant de la voiture qui nous suit dans une étroite ruelle, laisse-moi te dépasser morveux (traduction : saute au-dessus de la voiture qui te précède !).

 

La nuit, la sobriété lumineuse prévaut, pas  besoin d’éclairage, synonyme de pollution nocturne. Les conducteurs roulent dans l’obscurité totale, s’évertuant à trouver les limites invisibles du bitume en mettant en péril leur vie et celles des autres usagers. De son côté, le piéton, mal aimé des responsables de l’insécurité routière, royalement ignoré, négligé comme du menu fretin par les agents de la circulation n’a qu’à sauter, slalomer, esquiver les autos sur les rares passages piétons envahis sans scrupules par les voitures. 

 

Une fois tous les obstacles surmontés à l’instar des jeux vidéos, les usagers locaux sont au quotidien des rescapés de la route. C’est avec l’impression d’avoir survécu une fois de plus que nous arrivons sains et saufs à destination. 

 

(Photo : @blog baladi)

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo