ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Serge Najjar en trois photos

18/11/2021|Emma Moschkowitz

“Les trois photographies que j’ai choisies sont très différentes les unes des autres. Toutes, à leur façon, représentent mon approche du Liban, ma façon de regarder le pays. Car en effet, depuis dix ans, j’ai commencé à regarder le Liban autrement, et à essayer de mettre de l’ordre dans ce chaos urbain. 

Mon travail se focalise autour des scènes tirées de leur contexte. J’abstrais des moments géométriques, auxquels j’ajoute la présence de personnages, mais c’est une présence qui n’est jamais préparée, ce sont des gens de passage, des ouvriers, je ne fais pas de mise en scène. J’ai beaucoup conduit à travers le Liban, selon mon instinct ; je me suis laissée guider par mes envies, prendre une route, m’arrêter, me perdre, continuer. C’est devenu une thérapie par rapport à mon pays, car j’y ai trouvé la satisfaction de pouvoir créer en regardant le Liban différemment, en décelant la beauté dans le laid ou là où on ne l’attendait pas forcément. C’est aussi une façon d’inviter les gens à mieux regarder leur ville, à essayer de voir les choses positivement. J’essaie de prendre l’approche de quelqu’un qui remet en cause ce que l'œil voit, pour penser que l’on ne doit pas se fier uniquement à ce que l’on perçoit, mais au-delà, ce que cela peut engendrer de surprises. 

 

 

Domino, 2019, 87,5x70cm, Inkjet on ultra smooth paper 

Cette photographie représente une façade verte, sur laquelle sont projetées des ombres noires, de part et d’autre des murs et un personnage, qui se tient debout. C’est une photgraphie en couleur qui mais qui, étonnamment, donne l’impression de noir et blanc ; c’est cela qui m’a séduit dans cette scène, la force de l’ombre, le contraste de lumières. 

 

Golden Path, 2016, 87,5x70cm, Inkjet on ultra smooth paper 

Ici, j’ai photographié un sapin de Noël qui avait été installé dans la ville de Byblos en 2016. Ce qui m’a interpellé, c’est le côté très angulaire de la structure, le doré et le blanc qui réfléchissent la nature environnante. Le point de vue que j’ai adopté donne un côté très architectural, avec les angles et les lignes géométriques de ce qui s’avère être un sapin de Noël. Et puis cet homme, qui s'apprêtait à écrire son nom sur le sapin, comme beaucoup d’autres avant lui. 
 

 

 

Polaroid Sea, 2021, 87,5x70cm, Inkjet on ultra smooth paper

Cette photo est inhabituelle, par rapport à mon travail.  Je l’ai appelée Polaroid Sea car je trouve que l’ouverture rappelle les photos prises avec un appareil polaroid. Elle amène à beaucoup de questionnements je trouve. Cette vision, à partir de l’intérieur, vers l’extérieur symbolise l’illusion de sécurité : de l’intérieur de ce chantier, on observe la mer, tout semble bien aller, mais en fait ce n'est pas le cas car la réalité de ce lieu, c’est un chantier en construction, non-terminé, on peut même apercevoir deux câbles qui sortent de l’ouverture, en haut à droite de la photo. L’horizon de la mer peut laisser penser aux frontières : à quel point a-t-on des frontières au Liban ? Des frontières internes ? Des frontières avec l’extérieur ? 

Cette photographie a été exposée au Grand Palais, à l’occasion de l’édition 2021 de Paris Photo et y a été primée par la JP Morgan Private Bank, partenaire de l'événement depuis 10 ans. 
 

 

 

Aujourd’hui, je diversifie mes activités. Mon premier ouvrage est sorti et a même reçu le prix HiP au Salon de la Photographie à Paris. C’est un livre-photo sur Beyrouth, sur les dix années que j’ai passé à photographier cette ville. C’est aussi une page qui se tourne dans ma vie car je suis désormais établi à Paris. Je suis d’ailleurs en train d’organiser une résidence d’artistes en Normandie, avec le Ministère de la Culture en France. Je sors de plus en plus de ma zone de confort. 

A l’occasion de la Beirut Photo Week, j’anime un workshop sur le copyright. Je reprends un peu ma casquette d’avocat, pour parler d’un sujet qui me tient à coeur et qui a toute son importance au Liban car les professionnels de la photographie au Liban ne connaissent que trop peu leurs droits et la loi.” 

Lire aussi L’ART DU REGARD À LA BEIRUT PHOTO WEEK

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo