ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

‘Once Upon A Time... A Revolution’ de Selim Mawad

09/07/2020

Parlez-nous de votre exposition

Il était une fois une révolution. L’exposition retrace la métamorphose du taureau, et consacre l’éloge de tant de révolutions échouées, une célébration de la démarche et de l’idéal de révolution même. Alors que la révolution libanaise touche à sa fin, le taureau se retire, l’humain ressurgit, massacrant le veau comme la révolution doit abattre les normes sociales dans lesquelles elle s’est vautrée - un crime vu à hauteur d’oiseau ! Et l’antilope émerge alors pour nous ramener à la raison et vers la citoyenneté laïque et non confessionnelle.

 

Comment avez-vous commencé votre travail d’artiste ? Quel a été votre déclic ?

Le Taureau émerge en Afrique et disparait à Beyrouth. Vingt-cinq ans de militantisme entre le Liban, l'Amérique latine, l'Afrique et l'Asie, j'ai été témoin de nombreuses révoltes et révolutions. J'en suis venu à comprendre le comportement du citoyen qui va parfois vers une révolution et ne finit que par une révolte. La plupart des soi-disant révolutions, notamment le printemps arabe et celle du 17 octobre 2019 au Liban, ont fini en hibernation. Mon art est un moyen d'exprimer mon militantisme par un autre support avec la détermination d'encourager les gens à continuer de se révolter pour aboutir vers une société laïque.

 

Pourquoi avoir choisi comme illustration un minotaure et une antilope
Mi-homme, mi taureau, le minotaure est impliqué dans la dynamique sociale qui mène à la révolte universelle, en tant que Soi collectif. Mon art est le symptôme de mon activisme, une manifestation simple d’un inébranlable combat pour les valeurs universelles que j’ai soutenu au cours des deux dernières décennies.

 

Que souhaitez-vous pour le Liban ? 

Je ne souhaite rien au Liban. Cependant, je souhaite que le citoyen libanais qui m'a battu et volé mon vélo le 29 octobre 2019, alors que je peignais sur les murs du Riad El Solh, me la rende. Tout comme je souhaite pour les libanais, citoyens et politiciens, qu’ils apprennent la culture de redonner ce qu'ils ont volé.

Notez Bien : Message au citoyen : j’accuse ceux qui nous volent la possibilité d'un État laïque en restant partisans et complices de l'élite politique corrompue et confessionnelle. Réclamant toujours leurs droits et jamais ne remplir leurs obligations envers l’État. Message aux politiciens, j’accuse ceux qui ont pillé la Nation et castré toute possibilité d’un projet sociétale laïque.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

 

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo