ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Les défis du Bustan

02/03/2022|Nelly Helou

« Nous sommes heureux ce soir de vous reconnecter à l’orchestre philarmonique libanais » affirme Laura Lahoud dans un mot d’accueil face à une église pleine. « Ce concert était un grand défi », dit-elle. « Comme vous le savez notre orchestre national souffre énormément à cause de la situation du pays, de nombreux musiciens ont dû partir vers des horizons meilleurs, mais malgré tout nous avons tenu à organiser ce concert ensemble et nous en sommes fiers. Trois musiciens de l’orchestre national syrien, et quatre de l’Académie royale de Londres ont rejoint l’orchestre pour ce concert. Et nous sommes aussi heureux d’accueillir pour la première fois au Liban une jeune cheffe d’orchestre de 26 ans d’origine venezuelienne Glass Marcano, qui nous a déjà conquis par son charisme ». Laura remercie Docteur Walid Moussalem pour son soutien continu, ainsi que les responsables de l’église Saint Joseph.  « Dans la matinée de ce même jour, poursuit-elle, nous avons eu un moment très émouvant en invitant les élèves de 13 établissements scolaires d’enfants défavorisés, à venir assister à la répétition générale. Les élèves d’une de ces écoles saint-Joseph de Ain Ebel située à la frontière sud du Liban a mis trois heures pour arriver. Certains assistaient pour la première fois à un concert de musique classique, et la joie brillait dans leurs yeux ».  

 

Le charisme vénézuélien 

Face à l’orchestre philarmonique libanais sous les voûtes de cette belle église restaurée après les lourds dégâts du 4 aout 2020, se tient une jeune femme originaire du Venezuela, au visage souriant et habillée simplement. Avec une énergie débordante qui « brule en elle » comme elle dit, Glass Maecano conquiert très vite son auditoire tout comme ce fut le cas en France. Venue à Paris en dépit des difficultés financières et de la pandémie, pour participer au premier concours « La Maestra » en septembre 2020, elle obtient le prix spécial de l’orchestre. Elle séduit le public français et elle est nommée cheffe principale invitée de l’orchestre Région Centre-Val de Loire pour la saison 2022.  

Il va sans dire qu’elle a aussi séduit l’auditoire libanais en cette soirée par son enthousiasme, son énergie débordante sa vivacité à diriger l’orchestre et à lui insuffler son dynamisme  

Ce fut un beau concert avec en ouverture « la Valse des fleurs » de Casse-Noisette de Tchaïkovski. Le plat de résistance fut la symphonie no 4 du même compositeur et chacun des quatre mouvements fut mis en évidence par la maitrise de la conductrice à faire ressortir le jeu des musiciens sur les instruments, et en clôture la vivace « ouverture William Tell » de Rossini. Cerise sur le gâteau, Glass Marcano a offert en extra à un parterre conquis, des rythmes vifs et enjoués vénézuéliens et nous étions appelés selon ses directives à rythmer la cadence en tapant des mains. En sortant nous étions tous remplis de l’énergie de cette jeune conductrice, de son enthousiasme et son amour de la musique. Elle a de même exprimé son attachement au Liban sa présence à Beyrouth pour « témoigner de sa solidarité avec un pays confronté à de multiples problèmes tout comme son pays le Venezuela ». 

 

Wadia Sabra 

Dans le cadre des conférences culturelles qui accompagnent le Festival, son comité a choisi cette année de porter un éclairage sur le compositeur libanais Wadia Sabra 1876 -1952, peu connu. 

Au Musée Sursock, en pleine restauration après les destructions gigantesques qu’il a subi suite à l’explosion quasi nucléaire du 4 aout 2020, Zeina Saleh Kayali a donné à l’auditorium, une brillante conférence sur le parcours de Wadia Sabra. Qualifié de « père fondateur de la musique savante libanaise » il est le compositeur de l’hymne national libanais sur les paroles de Rachid Nakhle. La conférencière qui a écrit un livre sur la vie et l’œuvre de Sabra a impressionné un public nombreux par des informations inédites et fort intéressantes sur l’ensemble du parcours. 

Le baryton Fady Jeanbart lui s’est carrément passionné pour l’œuvre musicale de Sabra, dont il a publié les notes dans deux fascicules tel un travail d’orfèvre. Il nous a interprété plusieurs morceaux du compositeur. Ce fut une rencontre fort intéressante.         

 

Consultez le programme en cliquant ici

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo