ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Lecture 3 : Premier Sang, Amélie Nothomb, Albin Michel, 2021, Prix Renaudot 2021

04/01/2022|Gisèle Kayata Eid

30ème livre et toujours la même griffe

On peut ou pas avoir rendez-vous avec Amélie Nothomb à toutes les rentrées littéraires. Des trois livres qu’elle noircirait chaque année, il y en a toujours un qui est publié et qu’on se précipite à découvrir… Ou pas. 

 

Cette année, outre la curiosité de savoir ce qu’elle a encore « déniché » comme matière à raconter et le plaisir de jouir de son humour assez élégant, c’est le prix Renaudot qu’elle a gagné qui nous pousse à tirer du lot « le dernier Nothomb ». 

 

Ce roman autobiographique (encore un) est un hommage au diplomate à qui elle n’a jamais consacré de livre mais « qui, en fait, est lui-même un héros de roman à part entière », comme elle l’a reconnu dans une de ses interviews. C’est après sa mort, en plein Covid, quand elle a été empêchée d’accompagner son père dans ses derniers moments qu’Amélie Nothomb a senti le besoin de lui dédier un roman. Il lui porta bonheur. 

 

Pour ce 30ème opus, le Renaudot lui a fait une part belle. Pour son talent insatiable d’écrivain, pour son imaginaire débordant mais aussi peut-être parce que l’hommage à ce consul belge qui a su traiter la plus grande prise d’otages au Congo, en tant que négociateur, est le livre le plus « personnel » de cette plume foisonnante. On pourrait penser que le jury du deuxième plus grand prix après le Goncourt y aurait découvert quelque chose de différent chez l’assidue auteure belge. Mais non. On y retrouve toujours la même plume fantasque qui a fait la signature d’Amélie Nothomb : très concernée par la nourriture, amoureuse des mots, gourmande de détails invraisemblables… 

 

C’est toujours la même conteuse assumée, extravagante qui se cache derrière cette fiction autobiographique qui raconte les 28 premières années de la vie de son géniteur… Avant même qu’elle ne naisse ! Une histoire si rocambolesque qu’on a de la peine à y croire. Le talent de la romancière y est pour beaucoup. Pierre Nothomb, très tôt orphelin de père, largué par une mère, plutôt veuve joyeuse, en « vacances » chez ses grands-parents paternels dans un environnement sorti des contes de Grimm est aussi étonnant qu’un homme qui compte ses dernières secondes avant d’être abattu par un peloton d’exécution. 

 

La narration est toujours aussi irréelle, exagérée, fabuleuse et vous ne vous y tromperez pas, c’est bien de l’Amélie Nothomb tout le long de 180 pages très faciles, comme d’habitude, à parcourir. À vous d’y succomber… ou pas.

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo