ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

MAB « Mohtaraf Anachar Basbous », une invitation à travers le temps

26/09/2022|Maureen Dufournet

Surplombant la ville de Batroun, Rachana est un petit village traditionnel qui a été rendu célèbre grâce aux frères Basbous : Michel, Alfred et Youssef. Ils ont eu la volonté de redonner vie au village en le transformant en musée en plein air. Dès lors, des sculptures ont envahi les rues et embelli les petites maisons en pierre, faisant de Rachana la capitale de l’art contemporain libanais. Ce projet accentue le charme de ce petit hameau en lui offrant un enrichissement perpétuel. 

C’est dans ce cadre qu’est né Anachar Basbous qui depuis sa naissance porte l’héritage artistique de sa famille. Suivant les traces de son père et de ses oncles, il s’essaye dès le plus jeune âge à la sculpture et produit sa première œuvre à l’âge de dix ans. Baigné dans la beauté et la création depuis tout petit, ses parents n’étant autre que le grand sculpteur Michel Basbous et la poétesse et romancière Thérèse Aouad, il s’initie àl’art sculptural pour le transformer et se l’approprier. Ce lien familial est omniprésent puisqu’une pièce transcendée par la lumière naturelle dégageant ainsi une ambiance mystique, rend hommage aux œuvres de ses parents : « deux être qui m’ont tout donné, m’ont créé, et surtout, m’ont terriblement aimé » (Anachar Basbous). 

 

Voulant agencer un endroit consacré à ses sculptures pour se démarquer de son père, Anachar a sollicité l’aide de l’architecte Jawdat Arnouk pour construire un bâtiment hors du commun. C’est sur un lieu porté d’histoire que s’est établi MAB « Mohtaraf Anachar Basbous » . Le site s’élève sur un terrain baigné de lumière et foisonnant d’oliviers. Avec la particularité de surplomber la mer d’un côté, et de s’ensevelir dans la terre de l’autre, la disposition initie un dialogue entre le bâtiment en béton brut et les formes très organiques qui l’entourent.Pour Anachar « le lieu était primordial, je souhaitais que mes sculptures soient rassemblées dans un même endroit pour ne plus être affectées par de multiples déplacements. Je voulais par ailleurs créer un espace non seulement pour mettre en valeur mes œuvres mais aussi qui soit ouvert au public et s’intégrant pleinement à son environnement. 

 

 

L’influence architecturale, liée à ses études, parcourt également son travail. La répétition d’une même unité, encore et encore, afin de bâtir une entité particulière est sa technique de prédilection. Il offre une accumulation de formes verticales et horizontales, un mélange de formes rondes, très féminines et de formes plus rudes, plus masculines. Cela donne un véritable rythme à ses productions, il introduit le mouvement, le temps qui passe, notamment grâce au Corten. Utilisé pour sa couleur et sa texture, cet acier à la particularité de changer avec les intempéries et la météo. Ses sculptures sont alors en évolution permanente et laissent aux spectateurs une liberté totale d’interprétation. 

 

Son art évoque avant tout la déconstruction, depuis l’enfance il décompose la matière et la reconstruit. Il a la volonté de renouer avec le passé tout en se projetant dans le futur et c’est réellement ce voyage dans le temps que veut offrir Anachar à son public. 

 

Le MAB « Mohtaraf Anachar Basbous »  est ouvert sur rendez-vous depuis le 26 septembre 2022.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo