ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Le corbeau et le regard

27/06/2023|Léa Samara

« Le Corbeau et le Regard: Beyrouth en Motifs II » n’est pas sans rappeler l’espiègle renard de la Fontaine, qui par l’odeur d’un jebneh, alléché, fixait la cime d’un arbre. Pourtant, l’exposition solo d’œuvres de l’artiste libanaise Dyala Khodary à la galerie Art on 56th n’a rien à voir avec le fabuliste du XVIIe siècle, et son conte sur la sagesse et l’humilité. 

 

L'artiste présente non pas une fable, mais un récit visuel autour de l'architecture de Beyrouth, ville de contradictions. Elle se concentre principalement sur deux éléments architecturaux :

 

*Le corbeau, une structure qui soutient l'ouverture du balcon et favorise l'accès à l'extérieur. Celui-ci est une des influences architecturales du mandat français, et de la nouvelle vague d’urbanisation qu’il a impliqué. Dyala s’y intéresse, dans le cadre de sa deuxième exposition sur les motifs beyrouthins, car le corbeau est beaucoup moins mis en avant que la triple arcade notamment, alors qu’il est tout de même un des symboles phares d’une architecture éclectique et hybride. 

*La bouche d'égout (regard), une ouverture couverte sur la route, qui favorise l'accès à ce qui se trouve en dessous. Parsemé de métaphores, l'encorbellement symbolise la volonté d'aller de l'avant et de s'élever, et la bouche d'égout incarne l'espoir, ainsi que la possibilité de s'échapper même lorsque l'on est au plus bas. « Le corbeau, c’est le haut, et le regard c’est le bas, représentant les ups and downs de Beyrouth » me dit Dyala.

 

Cette représentation « romanticisée » du regard, avec des feuilles mortes et des gouttes de pluie, est pour Dyala un ultime appel à la résilience, à « ne pas quitter », à « faire la paix avec le bas ».  En effet, pour l’artiste, « il y a toujours une issue ». 

Par ailleurs, le regard dissimule un certain mystère sous sa plaque de fer, mystère qui n’est pas forcément quelque chose de négatif selon l’artiste. Le concept en tant que tel est une métaphore d’un avenir incertain par essence, dans le prisme duquel il y a aussi des jours meilleurs. 

Dans le cadre de son étude du regard, outre les répliques des plaques au sol, Dyala en a fait de petites représentations en mixed medium, sur du lin, bois, et étain oxydé. Par dessus, la peinture acrylique et la résine définissent les détails de la forme du regard. Lorsque je m’approche, et pense découvrir les inscriptions habituelles que je vois dans les rues de Beyrouth, je remarque que certains regards sont gravés comme des pièces de monnaies. Avec la crise et la dévaluation dantesque de la monnaie, les pièces ne sont plus du tout utilisées, et j’avoue que je n’en avais même jamais vu, à part justement par terre. L’amalgame m’est confirmé par l’artiste.

Pour Dyala, cette exposition est une mission, étant une de ceux qui ont décidé de « ne pas quitter ». C’est un aboutissement de ce que l’artiste considère comme une période qu’elle donne à son pays, et qu’elle emploie à traduire la complainte lancinante des libanais sur les toiles. Par l’angle urbain, « j’exprime l’appel au secours des citoyens » qui, par antithèse, « ne sont que peu soucieux de leur devoir civique envers la ville ». Dyala se fait alors invocatrice de la sauvegarde de Beyrouth et de son espace urbain, présentant donc un travail engagé, qui cherche à provoquer un impact. 

Enracinées dans l'exploration urbaine, les peintures sont des instantanés de Beyrouth, capturant son architecture unique qui mélange l'ancien et le nouveau, le fonctionnel et l'esthétique, l'authentique et le cosmétique. Dans cette série d'œuvres d'art, Dyala expérimente les représentations de paysages urbains, en plaçant les compositions dans des perspectives angulaires afin de jouer avec les perceptions du lieu et du temps. Bien que les toiles soient dépourvues de toute présence humaine, elles rappellent des lieux habités, capturant des indices de la vie qui passe. Ainsi, les peintures sont aussi troublantes que fascinantes et constituent un hommage unique au vrai Beyrouth.

Pour ce qui est de la représentation plastique et du processus créatif, l’artiste s’est inspirée de monuments réels, dans des quartiers très différents de Beyrouth, vus des toits ou lors de balades à pied. 

La palette de couleur est très variée, on pourrait croire qu’un filtre de couleur est mis sur certaines toiles. Je m’interroge sur ces divergences : « le sujet me le dicte, le filtre vient intuitivement en fonction du mood ». En effet, Dyala oscille entre une monochromie pour faire ressortir la forme et les jeux d’esthétique architecturaux, et un réalisme qui capture plus qu’un moment, une ambiance. 

Les châssis ont cependant un dénominateur commun, ces étranges zip — fermetures éclairs — qui parcourent les toiles, peintes également. Ce sont des plaies, me dit Dyala. Mais lesquelles ? « Celles, globales, de la ville, mais surtout celles que chacun a envie de panser ». 

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

 

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo