ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Le blé et l’argent du blé

02/08/2022|Myriam Nasr

De lassitude, de désespoir quelques colonnes de nos silos ont fini par rendre l’âme, par abandonner la partie.


Elles ont essayé de tenir bon, de faire comme si. De leur côté intact, elles étaient fières d’avoir protégé une partie de Beyrouth et de l’autre, elles montraient leur face défigurée, éventrée, hideuse n’en finissant pas de s’excuser de ne pas avoir pu protéger l’autre partie de la capitale.


Ce silo, ces colonnes, c’est chacun de nous qui, vaille que vaille, continuent de vivre, de faire comme si, tout en se consumant doucement de l’intérieur. Comme le blé. 

Ce blé nous nourrissait, puis il a pourri, puis il a brulé. 

Ce blé est hautement symbolique c’est le pain, le pain quotidien.

Le blé veut aussi dire l’argent. L’argent du nitrate. L’argent aussi qu’ils ont volé au nez et à la barbe des déposants. L’argent qu’ils n’arrêtent pas de voler dans les caisses de l’état laissant la population dans le noir sans blé, sans pain, sans argent. 

 

A l’instar de ce qui reste des silos, nous sommes encore debout, mais vacillants et fumants. Pour certains. Pour d’autres la partie est presque terminée, ils abandonnent et pour d’autres encore, ils ont laissé derrière eux les silos dans les sillons tracés par un avion qui les emmènent au loin. Meurtris. 


Pour ce pays exsangue, pour ces femmes et ces hommes qui savent si bien cacher leur traumatisme et leur peine, il faudrait leur, nous, dédier un monument. A eux, à tous ceux qui aident, s’aident, s’entraident, gardent un visage souriant et avenant, à ceux qui tendent la main. 


Et pour les hommes au pouvoir votre criminel silence depuis deux ans est assourdissant.

Pas un mot. Pas une reconnaissance des faits. Pas de deuil national. Pas un mot, pas un geste. 

 

Je ne sais pas si un jour quelqu’un de nous aura gain de cause, si vous allez payer, si nous allons gagner, si la justice arrivera un tant soit peu à reprendre ses droits, mais en attendant ce sont les femmes et les hommes du Liban qui portent la vie et sa sève et à vous, nous vous laissons la mort et sa philosophie. 

 

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo