ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Lancement d'une étude sur l'artisanat à Bourj Hammoud: une opportunité économique en temps de crise

30/01/2020

L'Association "Nahnoo", en coopération avec l'Association "Badguèr" et sous le parrainage de la municipalité de Bourj Hammoud, a lancé l'étude socio-économique sur l'artisanat au Liban, "L'artisanat à Bourj Hammoud: Une vision pour une politique publique" lors d'une cérémonie qui s'est tenue le 28 janvier à l'archidiocèse arménien orthodoxe.

 

La cérémonie se tenait en présence de Najwa Bader du ministère des Affaires sociales, du président de la municipalité de Bourj Hammoud, Mardik Boghossian, de Mohamed Ayub, président de l'association «Nahnoo», d’Arpi Mangassarian de l’Association Badguèr et d’un groupe de personnalités sociales et médiatiques ainsi que des artisans de diverses régions libanaises. 

George Krikorian, membre du conseil municipal de Bourj Hammoud, a ouvert les discussions en évoquant l'importance du sujet de l'artisanat et du travail de la municipalité dans ce contexte en termes de soutien au travail des artisans et de mise en réseau avec les autorités compétentes.

 

Le président de l'association «Nahnoo», Mohamed Ayub, a ensuite pris la parole, expliquant les raisons pour lesquelles l'association a participé à cette étude, notamment en termes d'objectifs de l'association pour la préservation du patrimoine culturel, et il a ajouté que la deuxième phase de cette étude portera sur une enquête complète sur les artisans couvrant l'ensemble des régions libanaises. 

 

 

 

Les participants ont notamment relevé l'importance de la présence des artisans et de leur rôle principal dans le domaine du développement économique, mais aussi la forte concurrence des importations étrangères, les coûts de production élevés et des difficultés administratives. 

Pour sa part, Najwa Bader a estimé que le ministère des Affaires sociales était accusé en permanence de ne pas respecter cet aspect, alors qu'en réalité, le défaut est en termes de moyens humains et financiers. Elle a évoqué les nombreux défis auxquels le ministère est confronté en matière d'artisanat, en particulier la mise en réseau avec d'autres ministères concernés, notamment le ministère du Tourisme, de l'économie et de la culture. 

 

Mohamad Ayoub a insisté sur l’importance pour les ministères de reconnaître l'artisanat comme faisant partie du patrimoine culturel immatériel au Liban et la mise en place d'un mécanisme de coopération entre les différents ministères impliqués dans la production, la protection et la promotion de l'artisanat. Il a aussi souligné la nécessité d'adopter une loi et des politiques efficaces pour présenter les artisans en tant que groupe avec une entité spécifique, fixant des normes spéciales pour l'organisation de leur travail et les aidant à se développer en tant que secteur productif.

Enfin, Ayub a encouragé la création de liens entre les nouveaux designers et les artisans, soulignant que l'association « Nahnoo » avait un rôle à cet égard, et certains designers avaient déjà commencé à coopérer avec certains artisans de Bourj Hammoud.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo