ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Kyubin Chung : La valeur n’attend point le nombre des années

08/12/2023|Nelly Helou

Mardi 5 décembre au soir à l’Assembly hall de l’AUB (Université américaine de Beyrouth) un jeune talent coréen a offert à une salle comble en dépit du mauvais temps, un très beau concert de piano. Natif de Corée en 1997, Chung a fait ses études à l’Université nationale des arts de Corée. Très vite ses compétences se sont affirmées et aujourd’hui, à l’âge de 26 ans il est déjà détenteur de nombreux prix dont le dernier en date, le premier prix au concours international de musique de Tokyo.

 

Il s’est de même produit en tant que soliste avec de multiples orchestres dont les orchestres philarmoniques Slovaque et de Tokyo et les orchestres symphoniques Coréen et Nippon. Il est une fierté pour son pays et Beirut Chants qui au fil de son parcours de 16 ans a invité de jeunes talents performants le fait connaitre au public libanais par cette soirée et aussi par sa participation comme soliste à l’ouverture du Festival.  

 

Des choix judicieux 

A l’Assembly hall, Kyubin Chung a choisi de présenter des morceaux de quatre compositeurs célèbres de différents pays. Ce choix judicieux a permis surtout de révéler les talents du pianiste, la force et la maitrise de son jeu, la vigueur et en même temps la souplesse et l’agilité des doigts sur les touches, sa rigueur et sa sensibilité dans une symbiose totale avec le piano.       

                                                       

A tout Seigneur tout honneur. Le concert débute avec la Sonate no 30 en mi majeure opus 109 de Ludwig Van Beethoven (1770-1827). Sur le plan musical, cette œuvre, composée en 1820, se caractérise par une approche libre et originale par rapport à la sonate traditionnelle. 18 minutes, trois mouvements : 1-Vivace ma non troppo et Adagio expressivo, 2- Prestissimo, 3-Andante, molto cantabile et expressivo. Le jeune pianiste a su mettre en relief la densité et les nuances de cette sonate où alternent des thèmes graves et d’autres vivaces. Et c’est toujours un vif plaisir d’écouter une œuvre bien interprétée de ce grand compositeur allemand. 

 

Deuxième morceau : Prélude, Choral et Fugue, FWV.21 de César Frank (1822-1890) Belge naturalisé français. Composé en 1884, ce triptyque pour piano de 17 minutes fut joué pour la première fois le 25 janvier 1885 à la société nationale de musique en France. Ce fut un triomphe. De forme cyclique le thème réapparait dans les trois mouvements, il est récitatif dans le prélude et l’énoncé du choral pour devenir le cœur même de la fugue. Cette œuvre fait l’objet de plusieurs transcriptions pour orchestre, pour orgue, et elle est utilisée au cinéma. On l’entend tout au long du film « Sandra » de Visconti. Grace à l’interprétation sentie et maitrisée de Chung, ce fut pour nous un moment privilégié. 

 

Place alors au compositeur Tchèque Leos Janachek (1854-1928) avec la sonate de 12 minutes composée en 1905: « From the street ». Une mélodie plaintive liée à un évènement tragique. Par son jeu sensible le pianiste a fait ressortir la gravité de ce morceau. 

 

La soirée s’achève en beauté avec un morceau de 28 minutes, Humoreske op 20, du compositeur et pianiste allemand Robert Schumann (1810-1856), dont la musique s’inscrit dans le mouvement romantique qui domine, au début du XIXe siècle, une Europe en pleine mutation. La pièce humoresque se rattache d’ailleurs au genre romantique, où figurent le rêve et l’humour. Elle consiste en un seul mouvement mais composé de six sections contrastées allant d’une rêverie au lyrisme chantant, à une voix intérieure, pour s’achever par une tendre méditation. Le mouvement est soit rapide ou plus lent, et le pianiste a réussi à nous faire vibrer aux différents rythmes ses doigts coulant comme un flot sur les touches pour redevenir plus apaisés et méditatifs. 

 

Vivement applaudi après chaque morceau, ovationné en finale Kyubin Chung nous a offert une soirée musicale qui a nous a enchanté. Un bon jeu de piano a toujours le mérite d’apaiser les esprits et de réjouir les cœurs et on en a tant besoin.

 

Consultez le programme de Beirut Chants

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo