ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Hommage à Halim Jurdak (1927 – 2020) par Nadine Begdache

21/07/2020

Halim Jurdak (1927 – 2020)

 

C’est avec beaucoup de peine que j’ai appris ce matin la nouvelle du décès de Halim Jurdak, après plusieurs années de lutte avec la maladie.

 

Halim est parti sur la pointe des pieds, avec toute la discrétion dont il s’était entouré toute sa vie.

Discret, fin, sensible et cultivé, Halim n’était pas uniquement un grand peintre, mais aussi un grand penseur.

 

Né en 1927 au Liban, et passionné de l’art, Jurdak a entamé ses études à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts à Beyrouth et puis à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Il était le premier artiste Libanais à travailler la gravure depuis les années 50, mais il fut impossible de limiter sa vision avant-gardiste et sa créativité à un seul médium. Ses sculptures, gravures, dessins au Bic, au crayon à mine ou aux Caran d’Aches ont été travaillés avec autant de passion que ses peintures.

 

Attaché à ses oeuvres comme on s’attache à ses enfants, Jurdak en cachait souvent les meilleures. Son intérêt n’a jamais été de vendre toute sa production, mais il cherchait à faire reconnaitre la qualité de son travail et ambitionnait égaler les grands maitres, ce qu’il a bien réussi à faire.

Il a exposé à Dar el Fan en 1970, et j’ai eu de la chance de pouvoir lui organiser plusieurs expositions à la galerie Janine Rubeiz, dont la dernière en 2015.

 

Lié d’amitié à Etel Adnan, Yvette Achkar et Aref el Rayess, pour n’en citer que ceux-là, Jurdak est sans aucun doute l’un des peintres Libanais de la première grande génération, reconnu non seulement au Liban, mais internationalement aussi. Il a reçu des prix dans plusieurs pays, dont le premier prix de gravure de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1961, et une mention à la Biennale de la Méditerranée, Alexandrie en 1969, et son oeuvre fait partie de nombreuses collections prestigieuses.

 

La galerie Janine Rubeiz lui prépare une exposition hommage en Octobre 2020.

 

Les funérailles auront lieu le mardi 21 Juillet à 16h en l’église Sainte Takla dans son village à Ayn el Sindyaneh (Choueir), où il sera décoré aussi.

 

Nadine Begdache

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo