ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Festival du Monde arabe de Montréal : Flamenco Roots, spectacle de clôture pour concilier les cultures

14/11/2023|Gisèle Kayata Eid, Montréal

S’il n’existait pas, il aurait fallu l’inventer en ces temps de haine généralisée. Alors que la barbarie mène le bal au Moyen-Orient, que les enfants sont assassinés, que les vieux fuient juchés sur les épaules de leur fils et que les vieilles claudiquent péniblement pour abandonner dans la terreur leur maison et leurs terres où tous ne demandent qu’à vivre comme tout un chacun sur la planète, le Festival du Monde arabe a encore une fois réuni autour de l’art, de la musique et du dialogue, des artistes de tout le bassin méditerranéen. 

 

J’ai connu le FMA en 2012 lors d’une soirée de clôture inoubliable intitulée tout simplement Dieu en 3 D et j’annonçais mon article en ces termes : « Les trois hommes qui se donnent l’accolade face à 1500 personnes, font une louange à Dieu et chantent d’une même voix la paix, le pardon. L’un est un rabbin, le second un cheikh musulman et le troisième un prêtre chrétien. »De quoi rêver. 

Une création de Joseph Nakhlé, directeur infatigable du FMA, depuis 2009 : « Sous les feux ardents de la prière à Allah ou dans les volutes bleues irréelles des incantations religieuses, les trois communautés se sont unies dans une alchimie propre à la production, sur une scène bien réelle, comme pour donner un avant-goût de ce que pourrait être la vie dans ce coin de terre béni des dieux… Prières? Cantiques grégoriens? Versets du Coran? De l’arabe? Du latin? Du grec? De l’hébreu? On ne sait plus, on ne comprend plus. Qu’importe! Les harmonies liturgiques des trois religions monothéistes nous élèvent, nous transportent. Allah est là, parmi ces moines à la tunique brune embaumant le parterre de leurs encensoirs. Allah est là dans les voix de la chorale soufie. Il est encore là dans les sons gutturaux des hommes au talit, ce long châle blanc de prière hébraïque.
Yahvé récité, Rabbi psalmodié, Seigneur invoqué… »

Dans la même verve et toujours en termes de convergence des cultures au-delà des religions, une autre création du FMA, en 2019, offrait un spectacle intitulé « Et la femme chanta Dieu », concert de trois chanteuses (Ghada Chbeir notamment) qui ont donné leur voix aux chants sacrés juifs, soufis et chrétiens, orientaux ou grégoriens. 

 

C’est donc une tradition du FMA de réconcilier les cultures et leurs divergences les plus viscérales sous la bannière de la musique, la danse, la poésie, le cinéma, les débats d’idées et les arts de la scène. Cette dernière édition, la 24ème, n’a pas fait exception. 

 

Puisant dans l’imaginaire de deux grandes traditions venues d’Irak et d’Andalousie, oud et flamenco se sont conjugués magistralement, lors d’une généreuse prestation de trois heures, pour offrir un spectacle ambitieux inspiré par l’œuvre de Munir Bashir, et particulièrement son chef-d’œuvre Flamenco Roots. Accouplées à travers leurs histoires qui partagent des racines communes, les méditations profondes des maqamat-taqasim ont épousé la fougue ardente du flamenco lors d’une réjouissance flamboyante sur les planches du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts à Montréal. 

 

Omar Bashir, oudiste exceptionnel et gardien de l’héritage de son père, Carlos Piñana, guitariste espagnol des plus réputés du flamenco, la voix rauque et enfiévrée de la chanteuse de flamenco Ana Mochón, claquettes magistrales de l’impétueux danseur Cristobal Muñoz, cajon endiablé de Miguel Angel Orengo, et percussions enfiévrées de Phyras Haddad se sont surpassés devant une salle comble (et comblée)… L’espace d’une soirée inspirante qui nous a fait croire qu’aussi loin que les civilisations puissent s’écarter et s’entretuer, la musique leur reste un terreau commun… à s’y accrocher et à célébrer, ne serait-ce que pour garder l’espoir d’un jour meilleur. 

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo