ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Dialogue pictural entre Maroun et Fouad Tomb

10/02/2023|Randa Sadaka

Parcours de Maroun Tomb 

 

À la fin du XIXème siècle, de nombreux libanais s’installent dans une Palestine sous mandat britannique. Les parents de Maroun Tomb choisissent Haïfa.

Maroun Tomb y nait en 1911 et étudie la gravure auprès de l’allemand Hermann Struck et de l’autrichien Paul Konrad Hoenich.

Dès 1933, ses manifestations picturales sont un succès. Sa dernière exposition individuelle en Palestine se tient le 29 novembre 1947, jour de l’adoption par les Nations-Unies du plan de partage du pays. Les Tomb fuient le pays le 29 avril 1948.

Au Liban, l’homme se réinvente à la tête du département artistique de l’Iraq Petroleum Company avant d’ouvrir son bureau commercial en 1965. 

Jusqu’en 1981, date de son décès au Liban, son art culmine dans les grandes galeries libanaises ainsi qu’à deux éditions de la Biennale d’Alexandrie en 1968 et 1970. 

 

EXPOSITION

La rétrospection inédite est produite par la Fondation Fouad et May Tomb pour les Arts, accueillie par Dar El Nimer, sous le commissariat de Randa Sadaka. Elle s’étend du 22 février au 13 mai 2023. La manifestation picturale comprend quatre volets. 

 

- Section 1 : Palestine, les débuts (1911-1948)

Les recherches de la fondation Fouad et May Tomb pour les Arts, avec le concours du chercheur Mazen Qupty, ont permis de retrouver plus d'une douzaine de gravures à l'eau-forte. 

 

- Section 2 : Liban, l'âge d'or (1949-1981) 

Maroun Tomb rejoint l'Iraq Petroleum Company à Tripoli en 1949 et prend la tête de son département artistique. Il écrit et dessine pour la revue Ahl An-Naft. En 1954, des œuvres du peintre figurent au Salon du Printemps du Ministère de l'Education Nationale et des Beaux-arts au palais de l’Unesco. En 1957, il intègre l’Association des artistes peintres et sculpteurs libanais. En 1965, il inaugure son bureau de graphisme à Beyrouth.  

 

- Section 3 : Dialogue père-fils (1981-aujourd’hui)

Maroun Tomb est le père de Fouad Tomb. Dès 1969, ils forment un tandem au bureau de graphisme fondé par le père. Imbibé de la même inspiration impressionniste, le binôme explore à des années d’intervalle les mêmes sujets. 

 

- Section finale Réinterprétation par Fouad Tomb de l’œuvre de Maroun Tomb

Fouad Tomb opère un tournant dans sa vie professionnelle dans les années 1990 en se consacrant à l’art. Il décroche un diplôme en dessin et peinture de l’Université du Québec (Montréal) avant de participer à d’importants séminaires dans les techniques des grands maîtres ainsi qu’à de multiples ateliers de mise en pratique avec des confrères au Canada et aux États-Unis. Le peintre choisit l’éducation comme second pôle d’activité. Avec son épouse May Ziadé, il fonde l’école Arts et Renaissance et y forme des générations d’artistes un quart de siècle durant. Ses propres réinterprétations de l’œuvre paternelle tendent vers une semi-abstraction colorée incarnant le riche héritage, avec l’identique message d’amour. Ces toiles sont exposées en première mondiale. 

 

INFORMATIONS 

- Conférence sur la musique et la Palestine le 25/02/2023 à 11h à Dar El Nimer avec Zeina Saleh Kayali et Fadia Tomb El-Hage en format présentiel ainsi que la participation de S.E.M. Mounir Anastas par Zoom (langue arabe).

 

La contribution des compositeurs palestiniens de musique savante abordera les perceptives relatives à la promotion du patrimoine artistique, ainsi que le rôle joué par la musique dans la vie de Maroun Tomb qui fut le principal soutien de la carrière vocale de ses trois filles.

 

Zeina Saleh Kayali est musicologue, chargée de mission à la Délégation du Liban auprès de l'UNESCO, directrice de la collection « Figures musicales du Liban » éditée par Geuthner, vice-présidente du Centre du patrimoine musical libanais (CPML) et co-fondatrice du Beit Tabaris Résidence artistique Beyrouth.

 

Mounir Anastas est Ambassadeur et conseiller culturel de la délégation en Palestine auprès de l'UNESCO à Paris. Il est également compositeur de musique.

 

Fadia Tomb El-Hage est soliste d'opéra. Elle a commencé sa carrière musicale à l'âge de quatorze ans avec les frères Rahbani. L’interprète est l'une des rares à maîtriser et à combiner les traditions de la musique classique occidentale et moyen-orientale.

 

- Les lecteurs de l’Agenda Culturel bénéficieront d’une visite guidée de l’exposition par Fouad Tomb, le 25/02/2023 à 12h à Dar El Nimer en langue française. Durée 45 minutes.

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo