ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

BEYROUTH BY DAY: Jnah

02/06/2021|Tania Hadjithomas Mehanna

Mar Elias, ses rues animées, ses petits commerces et sa foule bigarrée laissent la place vers le sud à un nouveau quartier résidentiel joliment appelé Jnah ou « ailes ». Est-ce la proximité de l’aéroport qui a donné cette dénomination à ces grands boulevards ou plutôt le fait que ce quartier n’en finit pas de s’étendre là où il n’y avait, il n’y a pas si longtemps, que des dunes et des figuiers de Barbarie ? Avec deux vagues démographiques successives, l’arrivée des Palestiniens en 1948 et de druzes de la montagne en 1970, Jnah qui s’appelait alors Raml el Ali s’est peuplé peu à peu. Mais le contraste est flagrant entre les immeubles luxueux des grands boulevards et les petites maisons collées les unes aux autres dans les toutes petites ruelles remontant vers Mar Elias. D’aucuns se rappelleront le premier grand supermarché de la région de Beyrouth, le Spinneys, inclus dans un des premiers grands centres commerciaux où chaque déplacement pour emplir ses caddies l’allure d’un petit voyage. 

Les vastes étendues de Jnah pas encore totalement prises d’assaut par l’urbanisation galopante laissent le champ à de drôles de rencontres. Derrière une haie de grands arbres, dans ce qui était visiblement un stade de football, trois chevaux paissent tranquillement. Le mâle Ya’soub s’approche de temps à autre de la jument Sanadi qui préfère rester près de son poulain Bourak. Adel Halim Saab est le gardien des lieux. Cet ex-jockey n’a pas eu d’autre choix que d’accepter de s’occuper de ces chevaux qui appartiennent à une famille arménienne et de vivre avec sa femme et ses cinq enfants dans une modeste masure. Mais les yeux de Adel sourient : « J’adore les animaux et il n’y a rien de plus noble que de s’en occuper. J’ai trois chiens, des dizaines de poules et beaucoup de pigeons. Je m’occupe des chevaux et c’est moi qui ai aidé Sanadi à mettre bas. J’aime être là, parmi les animaux et les arbres même si ce n’est pas facile tous les jours. Je suis de Ras Beyrouth mais mon père a perdu toute sa fortune au casino. Je ne possède plus rien. J’essaie de survivre avec 200 dollars par mois. J’ai mal à la hanche, je suis inquiet et ma fille passe son brevet. Priez pour qu’elle réussisse. Et regardez comme ils sont mignons mes petits poussins ! »

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo