ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Beirut Physical Lab, l’art du mouvement comme un outil d'expression

25/10/2023|Nadine Fardon

Beirut Physical Lab, fondé en novembre 2021, est un organisme qui a pour objectif d'introduire une approche novatrice de la danse et du théâtre physique (théâtre du corps) au Liban. En créant un centre d'art et d'exploration basé sur le mouvement, ce concept cherche à moderniser la danse contemporaine en y intégrant la richesse de la culture libanaise et arabe, tout en la rendant accessible à tous. Bassam Abou Diad, fondateur et directeur artistique, répond à nos questions.

Qu’est-ce que Beirut Physical Lab ?

Beirut Physical Lab est un organisme qui s’adresse aux artistes locaux et internationaux en leur permettant de se connecter, d'échanger des idées et de collaborer tout en favorisant un environnement créatif riche. Il a aussi pour but approfondir l’approche de l'art physique créé à partir de la culture locale et de permettre à la danse contemporaine et au théâtre physique de devenir une forme d’art multifacette.

Beirut Physical Lab encourage les artistes à découvrir leur corps, à développer un regard critique, à prendre part à des conversations, à observer et à conseiller de manière constructive, sans jugement ni stéréotypes.


Quels sont vos objectifs principaux ?

L’un de nos objectifs est d’instaurer à Beyrouth et au Liban une approche différente de la danse. Nous voulons aller à l'encontre de l'idée de ce à quoi un danseur « devrait »  ressembler, et plutôt trouver du sens dans la physicalité, utiliser les mouvements de la vie quotidienne et trouver des espaces qui ne sont pas typiquement dédiés à la danse (des espaces ouverts, des espaces publics, des musées, des expositions d'art et des centres) et parvenir à y inclure le mouvement. 
Nous voulons également créer un lexique pour la danse contemporaine qui vient de notre patrimoine culturel et de notre langage corporel.

Mais aussi, faire de la danse une profession durable pour les artistes et trouver des collaborations entre le Liban et d'autres pays afin de promouvoir les échanges culturels.

Nous essayons de créer des performances qui sont liées à l'environnement dans lequel nous vivons, liées aux problèmes auxquels nous sommes confrontés, aux questions que nous avons en tant qu'êtres humains. 
Nous souhaitons ainsi mettre les arts de la performance dans une perspective contemporaine. Notre objectif n'est pas de copier d'autres initiatives internationales, mais de créer la nôtre et d'accueillir des danseurs et metteurs en scène du monde entier pour qu'ils viennent l'apprendre, l'explorer ou le découvrir.
 

Rencontrez-vous des difficultés pour maintenir votre concept en vie ?

L'accès à un financement et à des ressources limitées est un vrai défi dans n'importe quel contexte, mais cela peut être particulièrement difficile à Beyrouth en raison de facteurs économiques. Aujourd’hui, la plupart des artistes au Liban ne peuvent pas être des artistes à plein temps de manière durable. C’est pourquoi nous essayons de nous adapter à cela en programmant par exemple toutes nos sessions d’entrainements après les journées de travail. 

De plus, étant donné que Beyrouth manque de transports publics fiables et que la crise économique actuelle a affecté le prix du carburant, il arrive parfois que certains étudiants ne peuvent pas payer leurs transports, ce qui entrave leur participation. Pour éviter cela, nous faisons de notre mieux pour mettre en place un système de covoiturage.
Enfin, le manque de prise de conscience de l'importance de l'art de la part du gouvernement représente un frein au développement d’organisations telles que la nôtre.

 

Quels sont les différents programmes/ateliers que vous proposez ?

Beirut Physical Lab propose des cours de danse contemporaine deux fois par semaine pour les débutants et les danseurs de niveau intermédiaire. 
Nous collaborons également avec des artistes locaux et internationaux pour donner des ateliers qui initient notre communauté à différents styles de danse, différentes approches de la danse contemporaine et de nouvelles façons de se connecter avec nos corps. Nous organisons des laboratoires intensifs de danse avec des chorégraphes invités. Ces pratiques permettent aux artistes émergents d'améliorer leurs compétences et d'apprendre auprès d'un artiste expérimenté. Les artistes participants sont traités comme des professionnels et font partie du processus de création, ils se produisent à Beyrouth et dans certaines régions du Liban.
Enfin, nous organisons chaque année « BeiRoot Bodies », qui est un programme de formation au théâtre physique gratuit qui dure trois mois et se déroule à Beyrouth. Un groupe d'artistes émergents suit un programme intensif d'ateliers et de cours conçus pour développer les compétences dont ils ont besoin pour lancer leur carrière d'artistes.

 

Quels sont vos projets pour l'avenir ?

Nous prévoyons d'inviter des artistes locaux et internationaux à des festivals de danse contemporaine/théâtre physique. Nous voulons créer une plateforme pour des performances diverses et développer les expériences artistiques à Beyrouth. Ces festivals offriront des opportunités de réseautage pour les artistes locaux et internationaux, favorisant les collaborations et les échanges culturels.

Il est également primordial pour nous de parvenir à établir et à fournir un espace de pratique dédié aux artistes contemporains à Beyrouth - un espace répondant à leurs besoins spécifiques et favorisant la créativité, la collaboration et la croissance. Nous offrirons un environnement favorable aux artistes pour développer leurs compétences, créer de nouvelles œuvres et échanger des idées. Nous visons à mettre en place des résidences artistiques et des espaces de location pour des ateliers et des répétitions, et espérons faciliter le développement de la scène de danse locale.
Au Liban, les danseurs pratiquent la danse pendant quelques années avant de se lancer dans des carrières plus "stables". Il n'y a pratiquement pas d’institutions de danse où ils peuvent s'épanouir, ni de réelles opportunités de travail ou de débouchés pour les danseurs contemporains au Liban. Par conséquent, les danseurs ne s'investissent pas pleinement et véritablement dans l’art. C'est pourquoi Beirut Physical Lab s'engage à créer une communauté de performers dédiés à changer la scène, à collaborer et à travailler, en impliquant constamment la ville dans cette forme d'art largement incomprise dans la culture générale.
 



A savoir
@beirutphysicallab
beirutphysicallab.org
 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo