ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Adieu Raymond Audi

19/07/2022|Amaya Singh

Raymond Audi, esthète et grand mécène des arts et de la culture, est décédé le vendredi 15 juillet à l’âge de 89 ans. Co-fondateur de Bank Audi, ce pilier du secteur bancaire était particulièrement impliqué dans le développement de la vie culturelle libanaise. Il laisse derrière lui un héritage artistique éclectique. Nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec sa nièce, Christiane Audi, présidente de la Fondation Audi depuis 2017, qui est revenue sur le parcours et les aspirations de son oncle sur le plan culturel. 

 

La passion de Raymond Audi pour l’art pictural l’a amené à composer une collection de chefs d'œuvres qui ornent le siège social de Bank Audi. Le bâtiment situé au cœur de Beyrouth, œuvre architecturale du célèbre Kevin Dash, abrite une riche collection de sculptures (Dubuffet, Bernar Venet….) de toiles de peintres, tant français (Édouard Villard, Bernard Buffet, Pincemin, Rouan, Barré…) que libanais (Amine El Bacha, Chafic Abboud, Hanibal Srouji, Jean-Marc Nahas, Paul Wakim…). Attentif au fait que nous n’avons pas tous les mêmes goûts et qu’il faut donc toujours rester réceptif aux différents courants artistiques, il a soutenu des artistes très divers. C’est un mot d’ordre auquel Christiane Audi reste attachée. Elle précise également que plutôt que d’accorder de l’importance à la valeur marchande d’une œuvre, son oncle se laissait avant tout porter par sa sensibilité artistique lors de l’acquisition d’artéfacts. Il se caractérisait par sa volonté de vouloir démocratiser la culture, notamment auprès du jeune public, et d’introduire l’art et le beau dans le quotidien des gens. Au Bank Audi Plaza, la collection de peintures s’étend des sous-sols jusqu’aux salles de direction. Désormais responsable artistique de la banque, Christiane Audi nous a par ailleurs fait part du travail de restauration qui est actuellement en cours sur de nombreuses œuvres, endommagées lors de l’explosion du 4 août 2020. 

 

Raymond Audi s’est également consacré à l’embellissement du paysage urbain libanais à travers la restauration du patrimoine. Ayant une forte appétence pour la mosaïque, il rachète et transforme la Villa Blanche (Achrafieh), aussi connue sous le nom de Villa Audi, en un musée dédié à cet art ancestral. Parce qu’elle accueille des manifestations artistiques et culturelles en tout genre, la Villa Blanche a revêtu aussi la fonction de centre d’art contemporain. Très attaché à la ville qui l’a vu naître, Raymond Audi a parallèlement entrepris toute une série d’actions pour revaloriser le patrimoine socioculturel et architectural de Saïda. C’est une des missions de la Fondation Audi, créée en 2000 et située dans la demeure familiale sidonienne rénovée par les soins du banquier. L’espace accueille également le Musée du savon, une boutique dédiée uniquement à l’artisanat libanais ainsi qu’une cafétéria. Le musée thématique, installé dans une ancienne savonnerie, raconte l’histoire du savon au Moyen-Orient tout en explicitant son processus de fabrication. Le lieu se prête à divers évènements culturels (conférences, concerts, projection de films…) ouverts gratuitement au public. Le vendredi 22 juillet, un concert d’oud sera donné par Dr. Firas Abdallah sur les terrasses du Musée du savon : l’occasion d’honorer la mémoire de Raymond Audi, “dans la maison où il a grandi et dans cette ville qu’il aimait tant”...

 

Lire aussi RAYMOND AUDI, PDG DE BANK AUDI, GRAND MÉCÈNE

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo