ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Rencontre avec Roland Guenoun

19/10/2018

Roland Guenoun adapte le roman de Paul Fournel et présente le célèbre coureur cycliste Anquetil, décédé en 1987. Le metteur en scène nous parle de sa pièce Anquetil tout seul, qui se produira du 18 au 21 octobre au théâtre Monnot. 


Pourquoi avez-vous choisi d’adapter le récit de Paul Fournel Anquetil tout seul ? Avez-vous modifié le récit de Fournel ?
J’ai choisi d’adapter le récit Anquetil tout seul de Paul Fournel au théâtre pour la beauté singulière de son texte, la puissance évocatrice des courses de « Maitre Jacques » et l’intemporalité des thèmes abordés : le dopage, l’argent, la gloire, l’amour…
En posant des questions sur « qui était Anquetil ? », Paul Fournel tente de cerner ce qu’est un champion, ce qu’est la passion que chacun d’entre nous peut éprouver pour un champion, personnage hors du commun, « différent des autres hommes ». 
Son questionnement dépasse le sport cycliste. Il aborde le dépassement de soi, la souffrance consentie, la passion et la volonté d’être premier en tout et pour tout, le refus des destins joués d’avance, la rébellion contre les institutions, l’amoralité, la provocation : « vous croyez que l’on peut gagner de grandes courses à l’eau minérale ? Mais vous rêvez ! »
Qui dit adaptation, dit fidélité mais aussi trahison. Paul Fournel m’a encouragé à prendre des libertés pour faciliter la transposition théâtrale de son texte et pour mieux l’incarner. J’ai donc lu tous les ouvrages sur Anquetil, tous les articles de presse, toutes ses déclarations et vu tous les reportages, documentaires et témoignages sur ce personnage hors normes. Le texte définitif de la pièce est un composite mais la partie la plus dense et la plus importante reste le récit de Paul Fournel dans sa version originale ou dans une version dialoguée pour les besoins de la scène. 

Doit-on aimer le sport pour apprécier Anquetil tout seul ? 
Est-il nécessaire d’aimer les chevaux pour apprécier les westerns ? Je ne crois pas. Le sport est un contexte et le mode de vie du héros qu’était Anquetil, mais les thèmes et les problématiques abordés sont, comme dans le western, universels et dépassent largement le cyclisme pour trouver des résonnances en chacun de nous. 

En quelques mots, présentez-nous le spectacle et votre choix de mise en scène ?
Le personnage d’Anquetil est tout au long de ce « récit théâtralisé » sur son vélo, dans un effort physique non simulé, pour faire ressentir la réalité de la douleur du champion qui puise dans ses ressources les plus profondes. Il est entouré de sa femme Janine, qui joue de sa beauté, de sa détermination, pour conduire habilement le destin de son champion. Il est également entouré et d’une cohorte d’autres personnages célèbres qui surgissent au fil du récit.
Pour exprimer l’étendue et la force de ce livre d’images, j’ai choisi d’utiliser largement les images vidéo soutenues par une musique originale.

Comment a été reçue la pièce en France ? 
L’accueil du public et de la critique ont été au-delà de nos espérances. Le spectacle a été un succès à Avignon deux années consécutives et il tourne dans toute la France. Dans le contenu, les commentaires soulignent toujours l’originalité du spectacle, la très grande qualité de l’interprétation et le fait de se sentir, en tant que spectateur, intimement concerné par ces personnages et les questions posées au-delà du sport et du cyclisme.


Pour en savoir plus, cliquez ici
 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo