ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Les Villes Intelligentes à l’ordre du jour à l’Ordre des Ingénieurs et des Architectes

13/11/2018|Nicole V.Hamouche

L’Ordre des Ingénieurs et des Architectes s’est donné comme mission, entre autres, d’organiser tous les ans une conférence autour d’une thématique particulière qui concerne l’urbanisme et la vie de la cité. Cette année, c’est à la Quatrième Révolution Industrielle et à ses enjeux que l’Ordre a choisi d’exposer le Liban. Sous ce grand chapeau, quatre conférences successives : la première ayant eu lieu en Septembre, intitulée la Quatrième Révolution Industrielle ; la deuxième, les 6 et 7 novembre à l’Ordre à Jnah intitulée Smart Cities ou Villes Intelligentes, la troisième qui aura lieu en février sur l’Intelligence Artificielle et son impact sur l’économie ; et la quatrième concernant l’enseignement en architecture et en ingénierie et la nécessité d’adapter les cursus. Les conférences sont ouvertes au public et gracieuses. 

‘‘Toute ville peut devenir intelligente’’ affirme Wissam Tawil, Président du Comité Scientifique de l’Ordre ‘‘et toutes les villes ont des problèmes. Le problème chez nous est qu’il n’y a pas de bonne gouvernance, pas de planning, pas d’infrastructures’’, conditions sine qua non pour la création de villes intelligentes. Pour aller vers celles-ci, il faut selon Wissam Tawil ‘‘un plan, la mobilisation des capacités, et une vision pour y arriver. La technologie n’est qu’une affaire d’implémentation de ce plan et de cette vision’’. Il donne l’exemple des secteurs où ceci peut être mis en œuvre : le transport, les énergies renouvelables, l’électricité, la gouvernance électronique, la mobilité, les soins médicaux. S’il est plus difficile de faire des choses directement à grande échelle comme dans la ville de Beyrouth vu les enjeux politiques et autres, Wissam Tawil fait remarquer que des initiatives peuvent être entreprises à des niveaux moins amples dans des villes et cités comme Byblos, Tyr ou Zahle. Il donne l’exemple de la transformation de Byblos ces dernières années sur l’impulsion du président de sa Municipalité, Ziad Hawat. ‘‘On peut dépasser les challenges de l’environnement’’ dit Wissam Tawil en imaginant ‘‘des initiatives semi-publiques ; des collaborations entre le privé et le public à l’échelle locale, des municipalités par exemple’’ qui jouissent d’une autonomie relative. 

Certaines initiatives germinent comme celle du Center for Remote Studies, le Centre pour les Etudes à Distance qui est lié au CNRS. Sara Najm qui dirige ce centre a fait un mapping de tous les immeubles de Beyrouth via satellite, recensant les surfaces bâties et les hauteurs des immeubles ainsi que la consommation en électricité de chaque immeuble, élaborant à partir de ceci un modèle d’optimisation de la consommation d’électricité. ‘‘Nous avons voulu faire la lumière sur l’activité de ce Centre pour dire que des données et des études existent et que le gouvernement, le Ministère de l’Environnement et l’EDL peuvent les utiliser pour prendre des décisions, ainsi basées sur des données scientifiques, aussi bien pour ce qui est de l’électricité que de l’eau par exemple’’.

Les autres sujets traités durant ces quelques jours sont la résilience urbaine, entre le high tech et le low tech : l’exemple français de la Défense a Paris a été donné ; l’idée est de voir comment les simulations permises par la technologie, notamment la 3D et le calcul des fluides dynamiques peuvent permettre d’estimer l’impact des constructions prévues sur les résidents. L’aspect low tech concerne l’implication des citoyens et résidents dans les processus décisionnels et de planification ; dans une approche participative. L’exemple de Hamar en Norvège a été notamment cité. Celui de la cité de Tartu, petite ville estonienne de 75 000 habitants a également été partagé, pour montrer que la ville intelligente n’est pas une question de taille. Antonio Vives, ex vice-président de la Municipalité de Barcelone a également partagé son expérience de la transformation de la ville catalane, notamment en termes de mobilité et de communications, et à son passage vers la ville intelligente. Il a été actuellement retenu comme consultant dans la construction de Néon, la nouvelle ville en cours de développement en Arabie Saoudite

Yara Nagi, diplômée de l’AUB a également fait part de son expérience dans ce qu’elle appelle ‘agritecture’, du nom du cabinet de conseil new yorkais auquel elle collabore, ou comment introduire l’agriculture à grande échelle dans le contexte urbain-même. La thématique tient particulièrement à cœur à Nina Zeidan, membre du sous-comité Smart Cities de l’Ordre des Ingénieurs et des Architectes. ‘‘A l’heure où tous les propos sont axés sur l’épuisement des ressources de la planète et ou le pays est de plus en plus bétonné, y compris en dehors de la capitale, il nous faut réfléchir sur quoi on va tabler pour manger. C’est dans ce sens que nous avons voulu nous intéresser aux questions de urban farming et de vertical farming, etc’’ souligne Mme Zeidan, architecte urbaniste et Chef du département Paysage et Aménagement du Territoire à l’Université libanaise. On ne peut pas aménager le territoire sans tenir compte de la dimension sociale. On peut très bien planifier techniquement, mais si on n’engage pas les citoyens, cela ne passera pas. Ce sont eux qui font la ville, il faut que ça passe par eux », poursuit-elle appuyant le propos de Marcus Zepf, directeur de l’Ecole d’Urbanisme de Paris. ‘‘Nous nous devons également de penser aux personnes handicapées ou en difficulté de même qu’aux personnes âgées au regard du vieillissement de la population ; elles doivent pouvoir circuler dans la ville. La thématique de l’inclusion sociale est fondamentale’’. 

De nombreux intervenants étaient pour beaucoup, des libanais travaillant à l’étranger. Le Liban pourrait-il un jour bénéficier de leurs talents et expertise ? Cette initiative fédératrice de l’Ordre des Architectes et des Ingénieurs est un premier pas dans ce sens. 

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo