ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Dimension théologique de l’icône

08/05/2019

Le Père Nicolas Riachy B.C. (docteur en théologie pastorale et communication de l’université du Laterna -Rome et spécialisation en théologie de l’icône est l’organisateur de l’exposition ‘Images de la Transcendance, Icones melkites’ qui se tiendra du 10 au 29 mai à la Villa Audi. Il nous expose la genèse de cette exposition et sa présentation.


« Plus que jamais, nous réalisons la nécessité d’un regard nouveau, à l’égard du christianisme, qui impliquerait un retour aux sources, après avoir pris conscience du monde contemporain. Pour le croyant, c’est une nouvelle évangélisation qui semble un besoin urgent face à la globalisation emportant le tout. 

Cette exigence sera ressentie avec le devoir de communication, celui du message évangélique à une société qui semble, à bien des égards, de plus en plus sécularisée ou laïcisée. 

Une question se pose sans cesse : comment transmettre la foi dans le monde d’aujourd’hui, inondé par une marée d’informations et d’images quotidiennes et directes ? Quels seraient les meilleurs outils afin de communiquer avec transparence le contenu de la Foi et comment la théologie pastorale serait-elle en mesure de dialoguer avec une langue compréhensible au monde contemporain ? 

On ne peut occulter les néo-conditions de la société moderne qui nous obligent à revoir les méthodes, pour porter le message chrétien à l’homme d’aujourd’hui, absorbé par l’image directe de la technologie, de l’internet et des réseaux sociaux, comme un flash qui s’éteint sitôt éclairé. 

Le retour à l’image chrétienne et plus particulièrement à l’icône du patrimoine oriental chrétien est un moyen privilégié pour faire face au manque de culture religieuse. 

L’icône n’est pas seulement un art à part entière ; pas de place pour la liberté de création car cette image est tributaire de canons stricts et établis émanant des instructions ecclésiales (conciles, traditions...). Sa naissance résulte de règles précises. La dimension artistique et surtout théologique fait d’elle une scène de l’Evangile en couleur. C’est la Parole peinte, la théologie dans toute sa splendeur, un catéchisme qui nous mène directement au coeur du “teoptia“ ou la vision de Dieu. Vision de l’Invisible, elle est l’expression d’une réalité céleste au-delà d’une simple image artistique, sans aucune valeur esthétique et ornementale dans les acceptations de l’Eglise d’Orient, mais complètement liée à la liturgie. 

Dans l’Eglise Melkite, icône et liturgie ont un même visage à double face. Elles sont capables de réveiller et de rendre présent le mystère de l’Incarnation, le salut. Pour l’humanité, la vision de l’icône manifeste l’amour de Dieu au coeur humain, cet amour annoncé par les prophètes, à travers l’histoire. Un accomplissement qui est -Lui-, image du Dieu invisible, Jésus-Christ, Notre Seigneur. 

Il y a cependant des particularités propres à l’iconographie melkite, au-delà de l’influence byzantine. Elles sont dues à d’autres empreintes, comme celles de la tradition syro-antiochienne, arabo-islamique, ou encore latine, c’est-à-dire de l’art occidental. 

Cette exposition aura le souci de présenter des icônes melkites dont certaines inédites et qui n’ont pas encore été exposées. Beaucoup ont été choisies pour leur originalité dans le traitement de l’image ou leur rareté. Elles seraient parmi les plus importantes de l’iconographie melkite et font partie des collections de monastères melkites appartenant aux trois grands ordres religieux masculins et féminins, Basiliens Chouérites, Salvatoriens et Alépins, ainsi que de diverses collections privées. Elles ornent de nombreuses cathédrales et églises grecques-catholiques au Liban.

La variété des icônes, celles de l’école d’Alep par exemple (XVI-XIXe siècle) et la variété des sujets, nous donnerons une image très significative de l'iconographie melkite avec ses propres caractéristiques aussi bien byzantines que post-byzantines, latines et arabo-islamiques. Ces particularités ne s’arrêtent pas seulement sur la recherche de l'iconographie, mais sur une catéchèse iconographique aux idées théologiques et doctrinales, pour grandir dans la foi, contribuant au développement de nouveaux projets éducatifs, pastoraux et catéchétiques de l'Eglise Melkite. 

Un ouvrage plus détaillé est en préparation. Il traitera exclusivement de l’icône melkite »


 


 

A savoir
Exposition

IMAGES DE LA TRANSCENDANCE ICONES MELKITES
Vernissage jeudi 9 mai à 18h00 l Villa Audi, Achrafieh, (71) 136161
Exposition du 10 au 29 mai 2019
Tous les jours de 10h00 à 17h00 (sauf samedi et dimanche)

Conférences
•Les icônes d’Alep : JEUDI 16 MAI À 18H00 par Arch. Paul Nazha B.C. et
Dr Mahmoud Zibawi
•Les icônes d’Orient en leur temps : JEUDI 23 MAI À 18H00 par Dr Ray Jabre Mouawad et P. Dr. Nicolas Riachy B.C.


 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo