Entre octobre et octobre, il y a une Thawra

Actualités

16/10/2020|Myriam Nasr Shuman

Cela fait un an que nous vivons tant d’évènements inédits. 

 

La révolution d’une population, le poing levé. 

 

Une autre révolution, un tour complet du 17 au 17 qui avec une force centrifuge a tout dynamité sur son passage nous forçant à nous remettre entièrement en question.

 

Un ouragan aux allures de crises économique et financière qui a explosé nos habitudes, nos acquis, nos mentalités, nos convictions, notre pays, notre patrie. 

 

Un virus qui nous a poussés dans nos retranchements nous amenant sur un terrain que l’on pensait être le bout du monde. 

 

Une explosion, une catastrophe, un cataclysme, un 4 août qui nous a montré que l’impensable était encore plausible. 

 

C’est exsangue, six pieds sous terre, à bout de souffle, la poitrine comme ensevelie sous une chape de béton que nous nous retrouvons à la veille du 17 octobre 2020. 

 

Mais de cette nouvelle année qui s’ouvre à nous, plutôt que d’attendre, abattus, la fin inexorable de notre ancien système pourri jusqu’à la moelle, constatons déjà les fabuleuses petites révolutions positives dans notre société, celles qui sont les premières pierres de la fondation de notre future nation. 

 

Des pierres qui portent, entre autres, le nom de réveil citoyen, de fissures dans les vieilles mentalités, de solidarité, du respect des droits des femmes, de considération pour les travailleurs émigrés, de respect des animaux, de l’environnement, et enfin, de l’essor d’une jeunesse formidable éduquée et disciplinée, créative et portant en elle la sève fertile du changement. 

 

Au lieu de penser fédérer notre minuscule bout de pays pour mieux s’enfermer, fédérons nos générations pour que l’expérience des uns serve la fougue des autres et ensemble allons vers le chemin escarpé mais fabuleux d’une liberté que l’on retrouvera. Certainement.  

 

Thawra !

Articles Similaires

Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)