Home Top (1440 x 150px)

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Confessions en temps de Corona – Spécial Diaspora : Lamia Charlebois

Confessions

RENCONTRE
23/03/2020

Dans ces moments inédits de confinement mondial, l’Agenda Culturel va à la rencontre d’artistes et d’acteurs culturels de la diaspora pour écouter leur ressenti en ces temps de Corona.

Lamia Charlebois

Consultante en relations publiques, conférencière, auteur et journaliste basée à Montréal, Canada. 

 

Pensez-vous que cette situation va amener à un changement ? et si oui, comment?

Elle a déjà amené un grand changement ici à Montréal : retourner à la simplicité, remettre les priorités à la bonne place, découvrir la peur. Au Canada où l’on a confort et sécurité, stabilité et justice, calme et paix, on peut parfois oublier la peur. J’ai grandi au Liban pendant la guerre et mon parcours de vie au Canada a été parsemé d’obstacles et de changements abruptes. La peur, je connais et je la hais, mais elle a la capacité de nous pousser à poser des gestes salvateurs, à apprécier les plus petits bonheurs, à profiter pleinement quand tout va bien. Les Canadiens sont formidables, c’est un peuple qui suit les consignes, qui respecte les lois, donc ça n’a pas été trop dur de les convaincre de changer leur mode de vie. Le changement qui s’opère actuellement est au niveau des valeurs et ça c’était très nécessaire…Cette crise va humaniser le monde à nouveau.

 

De quoi est fait votre quotidien en temps de confinement ?

J’ai de la chance, mon travail remplit la journée. J’ai déjà un bureau à domicile, je suis entrepreneur depuis 16 ans donc personne ne peut me « licencier ». J’ai bien sûr perdu quelques mandats, mais obtenu de nouveaux mandats liés au COVID-19. En temps de crise, il faut savoir communiquer avec finesse, de façon stratégique et ne pas passer pour opportuniste. Mon quotidien : boulot de 8 AM à 18h, entrecoupé de nouvelles, de drôleries sur whatsapp, de contact avec la famille et les amis partout au monde. On a encore le droit d’aller marcher dehors et il fait -1C maintenant (chob ! haha), donc je vais 1xjour sniffer de l’oxygène pour ma santé mentale. Bientôt on ne pourra plus sortir, nous sommes le 20 mars au moment où j’écris ces lignes, la route est longue encore.

 

Des petits bonheurs simples d’une vie active, qu’est-ce qui vous manque le plus ?

- Le gym !! Même si j’ai commencé à m’entrainer chez moi, jouer au Squash est impossible, Spinner, la camaraderie…. La communauté d’un club me manque. 

- Mes sorties : je sors 6 fois par semaine pour des événements client, au resto ou dans ma communauté libanaise. J’ai besoin de vivre en français, anglais et arabe. Besoin de fréquenter tous ces milieux différents.

- Les sorties culturelles: théâtre, spectacle… on peut voir des choses en ligne, mais on n’a pas le plaisir du rire collectif, des applaudissements, du souffle de toute une salle de spectacle… Et dès qu’on dit « souffle » aujourd’hui, on pense VIRUS ! Quelle folie !

 

- Embrasser et enlacer ! Je suis libanaise ! L’expression « distanciation sociale » n’existe pas dans notre ADN !

 

- Ce qui me manque le plus et qui brise mon cœur : ne pas savoir quand je pourrais prendre l’avion pour aller retrouver le Liban et ma famille. Je suis en état de manque, une junkie sevrée des siens……. La diaspora vit un peu de retour en retour, impossible de remplir notre cœur uniquement avec ce qu’on a dans le pays adoptif, même si ce dernier est bon et généreux.

 

Qu’est-ce qui ne vous manque pas ? 

La méga pression, les 180 emails par jour, le sentiment de devoir performer en permanence. En Amérique du Nord on a tout le temps un feu derrière nous… Là, tout le monde s’est calmé. Enfin ! 

 

Pour tromper l’ennui que suggérez-vous à nos lecteurs comme :

LIVRE : J’avoue que je n’arrive pas à me concentrer avec tout ce qui se passe

 

SERIE : Home sickness oblige, je suis tombée dans des séries libanaises, c’est comme si j’étais au Liban ! « Tango », « Al Hayba » et « Thawret el Felle7ines » on a d’excellents acteurs libanais, je suis fière. Pour les autres séries : j’ai adoré « Casa de Papel » « Call my Agent » « Fauda » « This is us »

 

ŒUVRE MUSICALE : j’écoute de la musique house sur soundcloud, je suis plusieurs DJs, j’aime le rythme et le fait qu’il n’y a pas de paroles me permet d’écrire.

 

PODCAST OU YOUTUBE A SUIVRE : Pour être bien informé sur le virus, suivre les conférences de presse de WHO ou CDC, des sources scientifiques et fiables. 

 

Un mot d’encouragement

Aux Libanais : habibet albeh ! Avec tout ce qui se passe depuis des années, je souhaite le plus grand bonheur pour tous ! Je m’agenouille à l’ombre de votre courage, vous êtes un modèle de résilience et de courage. Je vous aime !

 

Aux Canadiens : tous les tunnels sont ouverts de l’autre côté, celui là aussi ! On va passer à travers, on est quand même dans le confort de nos maisons. C’est en temps de crise qu’on reconnaît les héros, we can do this ! 

 

Photo ©Gaëlle Vuillaume

Articles Similaires

Article side1 top (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 down (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)