Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Concert de musique baroque par le chœur de l’USJ

Musique

CONCERTMUSIQUE
21/12/2020|Zeina Saleh Kayali

Il est rare d’entendre de la musique baroque vocale à Beyrouth. Et quand elle est interprétée de façon aussi remarquable que ce qui a été offert par le chœur de l’USJ et l’orchestre des Jeunesses musicales sous la direction de Yasmina Sabbah, la joie est à son comble. Ce programme tout à fait inédit était constitué d’extraits de messes du compositeur tchèque Jan Dismas Zelenka (1679-1745) et de chants traditionnels de Noël, entrecoupés par un conte de Noël très émouvant écrit et dit par Etienne Kupélian que chacun connaît comme l’excellent musicien et acteur qu’il est. 

 

Le chœur de l’USJ n’est plus à présenter et à chaque performance il séduit par la beauté et l’homogénéité de ses voix, mais ce soir-là, il était dans une forme éblouissante, sous la direction ferme et sensible de sa cheffe. Il est difficile d’imaginer à quel point ces instants de bonheur musical qui semblent couler de source, requièrent d’heures de travail forcené, d’engagement et de patience. Qui plus est, le chœur est affranchi de la partition ce qui lui permet d’être complètement au regard et à l’écoute de la direction stimulante de Yasmina Sabbah et de réagir à ses indications à la seconde près. Il en résulte que l’intention est toujours merveilleusement au rendez-vous, sans compter les départs et les finals d’une synchronisation parfaite. Une lumineuse confiance se dégage d’une approche baroque qui gagne en expressivité et dont l’intensité n’est jamais tonitruante comme dans le Crucifixus du Credo, sombre et inquiétant dans ses chromatismes. Yasmina Sabbah conduit avec intelligence le déploiement de la polyphonie notamment dans la superbe fugue qui clôt le Gloria.

 

L’orchestre est là, présent, et soutient avec efficacité l’édifice choral. Les solistes Gabrielà Eibenovà dont le soprano ambré apporte poésie et intériorité, Grace Medawar au beau timbre chaud de mezzo-soprano, Marco Angioloni, à la voix claire de ténor, Mohamed Haidar basse affirmée et sonore, contribuent à l’authenticité et la ferveur de l’ensemble. 

 

Ce sont des moments rares, comme ce concert, qui permettent de ne pas sombrer dans le désespoir. 

Articles Similaires

Article side1 top (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 down (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)