Home Top (1440 x 150px)

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Beyrouth by day : Horch

Livre

Beyrouth by dayLIVRE
17/03/2021|Tania Hadjithomas Mehanna

Forêt des pins longtemps interdite, tu as été le poumon de la ville. Seras-tu un jour totalement à nous ? 

 

Textes de Tania Hadjithomas Mehanna

Photos de Ghadi Smat

Tirés du livre Beyrouth by Day, en vente dans les librairies Stephan, Antoine et Antoine Online

Les bénéfices de la vente du livre seront reversés aux ONG locales. 

 

Verte est la couleur de ce quartier. Couleur d’espoir mais aussi couleur d’histoire. Étendu et vaste, Horch donne des envies de partance, d’exploration et de découverte. Le quartier qui tient son nom de la forêt de pins plantée là comme un miracle, est clairement divisé en deux pôles distincts. La partie Badaro où de charmants immeubles des années 50 sont ombragés d’arbres curieusement indemnes et une autre composée de larges avenues et de murailles élevées qui protègent bâtiments légendaires et forêt délicate. 

 

La pinède de Fakardin : c’est ainsi qu’Alphonse de Lamartine, émerveillé, nomma cette forêt qui jouxtait la ville et où les habitants venaient respirer l’odeur des pins et se rafraîchir à l’ombre de ces arbres qui auraient été plantés par Fakhreddine II au XVIIe siècle. En réalité, une certaine confusion historique règne autour de cette belle étendue verte de 350 000 mètres carrés. Guillaume de Tyr, chroniqueur du XIIe siècle, la cite déjà sous le nom de Sapinoye de Beyrouth. Il raconte que les Croisés se servaient des arbres pour fabriquer leurs machines de guerre. Plus tard, pour mieux lutter contre les dunes de sable qui devenaient envahissantes, Fakhreddine II s’entoure d’experts italiens qui réaménagent la forêt et plantent de nouveaux pins. Les autorités ottomanes veillent à l’entretien de cette pinède et construisent des kiosques à musique et des cafés pour une population en mal de divertissement. Une mosquée est même érigée sous le nom de Mosquée du Horsh. Incendiée lors de l’invasion israélienne, la forêt présentait un triste aspect. Le Conseil régional d’Ile-de-France, désireux de contribuer à aider le Liban dans sa voie vers la reconstruction, décide en 1991 d’octroyer des fonds pour tenter d’injecter un peu de verdure dans un Beyrouth surpeuplé. Un projet superbe voit le jour. Il consiste à refaire toute l’infrastructure du parc, planter de nouveaux arbres, des arbustes fleuris, aménager des aires de jeux, des fontaines, une roseraie et un amphithéâtre. La première phase du projet, soit la réhabilitation de quelque 25 000 mètres carrés, est inaugurée le 25 janvier 1999. Quarante mille plantes dont des pins parasols, des pins d’Alep, des eucalyptus, des cyprès, des ficus, des jacarandas, des mimosas sont plantés. Les systèmes d’arrosage, l’éclairage, les sentiers, les bancs, tout est en place pour accueillir les Beyrouthins en mal de nature. Dix ans plus tard, le parc n’est toujours pas ouvert au public en raison notamment du coût élevé de son entretien. 

 

Parmi les arbres et bien à l’abri derrière de hautes murailles et un dispositif sécuritaire impressionnant, la Résidence des Pins est bien plus qu’un palais, un véritable témoin de l’histoire. Les premières pierres de ce Qasr el Sanawbarseront posées en 1915 sous l’impulsion du wali de Beyrouth, Azmi Bey, qui pense ouvrir un cercle de jeux. Désigné par le wali pour mener à bien ce projet, Alfred Moussa Sursock signe un accord avec la Municipalité de Beyrouth qui lui concède une partie de la forêt pour une période de 50 ans. En 1917, le casino est prêt à recevoir d’éventuels joueurs mais les hasards de l’Histoire en décideront autrement. Dès la signature de l’armistice de Moudros, l’Empire Ottoman est en pleine débâcle. Ce sont des militaires qui occuperont le Cercle ; des Turcs d’abord qui le transforment en hôpital militaire puis les Français. Quand, en 1918, François Georges-Picot s’installe à Beyrouth c’est dans le Cercle du Parc qu’il reçoit ses visiteurs et organise ses réunions. Deux ans plus tard, c’est sur ses marches que le général Gouraud y proclamera la création du Grand Liban. Auréolé de tout un nouveau symbolisme, le Cercle du Parc est choisi par le haut-commissaire Gouraud comme lieu de résidence. Par delà les toits du Qasr el Sanawbar, l’Histoire suit son cours et, le 29 juin 1941, la Royal Air Force bombarde la Résidence des Pins lui infligeant de sérieux dommages. Les choses vont alors très vite et c’est le drapeau français avec la croix de Lorraine hissée sur la Résidence qui accueille un autre symbole, le Général de Gaulle, qui adressera le 14 août de la même année, du bureau de cette maison, un message à la France Libre. Le bail concédé à la France vient à expiration en 1964 et une décision doit être prise. Après bien des hésitations, les Français inscrivent dans leurs projets l’achat de la Résidence. Mais l’Orient est compliqué et les négociations vont durer des années. C’est finalement en 1972, après d’âpres palabres, que la France devient officiellement propriétaire de ce lieu. Mais c’est la guerre qui s’installe dans le quartier. Au cœur même des combats sur cette ligne de front qui désormais sépare la ville en deux, la Résidence est sérieusement meurtrie par les obus et les balles. En 1994, l’ambassadeur Lafon initie la reconstruction de la Résidence. Classée enfin monument historique par la Direction générale des antiquités à la fin de l’année 1995, la Résidence réhabilitée est officiellement inaugurée par le président Jacques Chirac. 

 

L’atmosphère qui règne les dimanches après-midi à l’hippodrome est très particulière. Les paris exacerbent les nerfs et si les chevaux ne semblent pas perturbés par les cris et les interpellations, la tension est perceptible dans les tribunes. Mais on peut également choisir de s’installer sur la terrasse du haut, muni d’un éventail et d’un chapeau, pour suivre les courses à la jumelle et encourager Teffaha, Ibn el leil ou Antar, de superbes purs-sangs arabes qui appartiennent à des écuries passionnées. Les chevaux ont toujours été une tradition à Beyrouth et les premières courses ont été organisées à l’hippodrome de Bir Hassan dès 1885. Dans la foulée du cercle de jeux créé en 1915 dans la forêt des pins, l’hippodrome du parc de Beyrouth pour l’encouragement des races chevalines arabes au Liban et en Syrie est né. L’âge d’or des courses hippiques ne débute néanmoins que dans les années 30 avec des réglementations strictes, de magnifiques chevaux arabes, et l’engouement des élégantes et des beaux messieurs pour ces dimanches après-midi pas comme les autres. Aujourd’hui la Municipalité de Beyrouth, propriétaire du site du champ de courses et de tous ses aménagements a confié à la société SPARCA, société pour la Protection et l’Amélioration de la race chevaline arabe, la gestion du lieu. Après avoir longtemps souffert de la guerre, de la désaffection et de l’abandon, l’hippodrome semble renaître avec la tenue du Garden Show tous les mois de mai et, depuis 2008, le dîner de gala de la Beirut Race Cup, au cours duquel les chapeaux rivalisent d’élégance et d’originalité et où le tout-Beyrouth trépigne dans les tribunes. 

 

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)