Home Top (1440 x 150px)

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

BEYROUTH BY DAY: Furn el Hayek

Livre

Beyrouth by dayLIVRE
10/02/2021|Tania Hadjithomas Mehanna

C’est une boulangerie aux spécialités appréciées qui a donné son nom à ce quartier dont les maisons méritent d’être contemplées, aimées, restaurées et préservées.

 

Textes de Tania Hadjithomas Mehanna

Photos de Ghadi Smat

Tirés du livre Beyrouth by Day, en vente dans les librairies Stephan, Antoine et Antoine Online

Les bénéfices de la vente du livre seront reversés aux ONG locales. 

Qui dit vieilles maisons typiques libanaises, pense tout de suite aux quartiers de Gemmayzeh, Yessouiyeh, Mar Maroun et Aïn el Mreisseh. Ou encore Zokak el Blat et Sérail. Mais Furn el Hayek a aussi beaucoup à offrir. Le charme de ce quartier résidentiel se laisse découvrir au fil des rues Sélim de Bustros, Ghandour el Saad, Girgi Zeidan, Abdel Wahab el Inglizi et des petites impasses où se cachent des maisons aux jardins appliqués. Marcher le long des rues c’est aussi aller à la découverte de dizaines de petits commerces qui affirment leur différence et surtout ces habitudes beyrouthines qui leur ont permis de survivre aux grands centres commerciaux branchés et pratiques. Le petit boucher, la fleuriste, le coiffeur, le légumier, le marchand de « nouveautés » et quelques boutiques qui vendent un peu de tout et de rien font partie intégrante de la vie de quartier à l’instar de cette petite boulangerie, Furn el Hayek, qui doit sa célébrité à quelques spécialités inégalées, semble-t-il, puisqu’elle a donné son nom à un des plus beaux quartiers de Beyrouth. 

 

La valeur de Furn el Hayek ne se résume pas uniquement à ses belles maisons. Son sous-sol regorge de merveilles d’un autre temps qui inscrivent Beyrouth, découverte après découverte, dans le registre des siècles. Dans la rue Ghandour el Saad, au hasard d’un chantier, une nécropole romaine a été mise au jour par les ouvriers. Des sarcophages datant du Ier au IIIe siècle ap. J.-C. confirment ainsi toute la richesse d’une période faste, fournissant aux archéologues de précieux indices sur la typologie funéraire de la nécropole romaine et sur les modes d’inhumation en usage à l’époque. Les fouilles révèlent ainsi petit à petit toute l’histoire d’une ville incroyable mais également les limites des possibilités offertes aux archéologues, frustrés la plupart du temps de ne pouvoir mener leurs recherches à terme. 

 

Qui va protéger les vieilles maisons de Furn el Hayek ? Parmi les plus concernés à la défense du patrimoine architectural de Beyrouth figure en tête de liste l’APSAD ou l’Association pour la protection des sites et des anciennes demeures. C’est le 14 mai 1960 que Lady Yvonne Cochrane en annonça la fondation. C’est dire que le laxisme concernant la dégradation du patrimoine ne date pas d’aujourd’hui. Après la guerre, Michel Eddé demandera à l’APSAD de recenser les principaux bâtiments construits avant 1945. Plus d’un millier seront ainsi interdits de démolition. Mais les infractions se multiplient et la polémique est violente entre l’APSAD et les propriétaires qui voient d’un mauvais œil leurs biens « immobilisés ».  Manifestations, pétitions, mobilisation, lois jamais votées, les maisons disparaissent malgré tous les efforts entrepris. Ce qui avait été classé est déclassé et des trésors se perdent à jamais. Aujourd’hui l’APSAD demeure et Assem Salam veille sur l’association mais ces deux dernières années ont vu disparaître les trois-quarts du patrimoine architectural de Beyrouth dans l’indifférence générale. Il faut peut-être se rappeler les phrases prononcées par Lady Cochrane le jour même de la fondation de son association : « Vous qui voulez la sauvegarde de toutes nos valeurs… des villes et des villages ordonnés et harmonieux. Un Liban agréable, accueillant, fier de son passé, confiant en l’avenir. Prenez garde, ce patrimoine, ce site, ces paysages, ces souvenirs sont déjà largement saccagés, livrés au mépris et à l’abandon, défigurés, enlaidis... »

 

Joséphine ne se remet pas de la mort de son frère Joseph, qui tenait une boutique de couture. Elle ouvre de temps en temps le rideau de fer, histoire de rendre hommage à celui qui a habillé les élégantes du quartier durant plus de cinquante ans. Elie Ward aussi est couturier mais pour hommes exclusivement. Il est fier d’avoir habillé les Tueni et les Bustros. Il n’a pas beaucoup de travail actuellement, il coud juste des costumes aux personnes en surpoids et qui n’arrivent pas à trouver sur le marché des vêtements à leur taille. Nohad Abtouch est coiffeuse à Furn el Hayek depuis quarante-cinq ans. Elle n’accepte de coiffer que les clientes « classe » et a été contrainte de renvoyer les quatre employées qu’elle avait. Margot Saydé fait ses adieux au quartier. Fleurs du Liban, ouvert depuis 1945, va fermer ses portes car l’immeuble vient d’être acheté. Elle a résisté à la guerre et aux barricades mais cela n’a pas suffi. Salim Saadé est coiffeur et nous montre la maison bleue qui vient d’être rénovée et qui est superbe. Il pense qu’il faut plus de gens comme ça qui ne détruisent pas. Robert Abdeljalil est plus pragmatique. « Il faut bien loger les gens et Beyrouth est une petite ville. » Il pense qu’il faut s’adapter. Il a transformé sa papeterie en magasins d’uniformes pour les employés de maison. 

Articles Similaires

Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)