ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Zyara, l’humain au cœur du Liban

25/05/2021|Ella Morand

En 2014, déjà, les critiques avaient encensé le nouveau-né de Muriel Aboulrouss et Denise Jabbour, la web-série documentaire Zyara, qui rafle à l’époque tous les prix. 

Depuis, cinq saisons ont vu le jour sans jamais nous décevoir. Cette année encore, la réalisatrice et la productrice continuent de délivrer un message humaniste avec une sixième saison, dont le premier épisode sera disponible le 26 mai. Malgré la pandémie et tout ce que vit le pays, l’équipe de Home of Cine-Jamnous emmène à la découverte du Liban, individuellement, dans toute sa délicatesse et sa profondeur.

 

Zyara, c’est avant tout un concept centré sur l’humain : partir à la rencontre des habitants du Liban pour qu’ils nous racontent eux-mêmes leurs histoires, qu’ilspartagent avec nous, leurs souvenirs, leurs peurs, leurs traumatismes et leurs rêves aussi, loin de la politique et de tous les portraits noirs et froids de la société que brossent quotidiennement les médias.

Zyara, comme son nom l’indique en arabe, ce sont des visites. La productrice et la réalisatrice se rendent directement chez chaque individu pour retranscrire leur réalité avec davantage d’authenticité. On entre dans l’intimité de ces personnalités touchantes et inspirantes. Le choix de les laisser s’exprimer dans leur langue natale, l’arabe, traduit encore une fois ce besoin de justesse et de sincérité porté par Muriel Aboulrouss, laissant libre cours à la spontanéité de chacun.

Persuadées que l’Art peut changer le monde, la réalisatrice et la productrice ont donc pensé ce format court, de 5 à 7 minutes, accessible à tout le monde et d’une grande intensité, qui laisse malgré tout le temps à chacun de s’identifier à ces émotions et ces sentiments finalement universels. La web-série a été récompensée 45 fois et l’équipe ne compte pas faillir à ses engagements malgré les difficultés actuelles, comme nous l’a confirmé la réalisatrice : « c’est vraiment un miracle d’avoir pu filmer cette année, mais Zyara est un projet qui s’inscrit dans la continuité et notre objectif est de filmer une saison par an, nous faisons toujours de notre mieux pour vous la partager quoi qu’il arrive ».

 

À travers ces discours et ces images tournées en clair-obscur, se cache une réelle volonté de promouvoir l’écoute, le partage et la compréhension des autres dans un monde où règnent davantage la violence et le rejet. On découvre un autre Liban, fait de personnes et d’histoires individuelles et non de communautés, de religions, de partis politiques… La manière de filmer ces entrevues témoigne de cela en refusant de mettre au premier plan un physique ou des convictions. Tout au long du discours sont filmés des détails simples et pertinents du lieu de vie de l’individu et de son corps, se succédant comme les pièces d’un puzzle que l’on construit alors nous-mêmes. Les mains calleuses d’une fermière, la décoration d’un vieil appartement beyrouthin… Le focus est fait sur des détails qui traduisent réellement la vie de ces gens, parfois même mieux que les mots. À la fin, l’invité est finalement dévoilé dans un plan en pied, sans un bruit, sans un mouvement, juste un visage pour incarner cette histoire.

 

Muriel Aboulrouss et Denise Jabbour souhaitent donner une voix à tout le monde. L’ambition initiale de cette série était d’ailleurs de faire voyager le concept dans différents pays pour chaque saison. « Nous souhaitons toujours filmer des saisons dans d’autres pays mais, jusqu’à présent, nous n’avons pas pu trouver d’investisseurs ou de partenaires prêts à financer Zyara à l’étranger, le petit support financier que l’on reçoit pour l’instant nous permet seulement de filmer localement », nous a expliqué Muriel Aboulrouss avant de conclure, « on espère que Zyara s’étendra à l’international, même si la série est déjà sans aucun doute universelle dans sa forme et son contenu ». C’est une belle suite à espérer pour Zyara, cette série empreinte de poésie et d’humanité, qui ne manque pas de réchauffer nos cœurs.

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo