ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Une nuit à la maison Corm

06/03/2023|Noame Toumiat

“Ici, tout va toujours très vite”. Cette réplique est prononcée par l’un des deux protagonistes de la pièce de théâtre Beyrouth Hôtel écrite par le dramaturge français Rémi de Vos. Quelle phrase illustrerait-elle mieux l’intensité et le rythme effréné du Liban ? Une réplique parmi tant d'autres, côtoyant tantôt des stéréotypes culturels, tantôt des anecdotes qui dénoncent avec humour le climat belliqueux au Liban lors du contexte d’écriture en 2005. Les clichés permettent de saisir en filigrane une réalité criante, tout en mettant en exergue une certaine intemporalité. Cette pièce est jouée à la Fondation Charles Corm, du 10 au 12 mars à 20H rue Habib Bacha El Saad à Beyrouth.

 

Qu’est-ce que la Fondation Charles Corm ? Créée par la famille Corm, celle-ci a pour but de perpétuer l’esprit humaniste de l’écrivain et poète Charles Corm, notamment en promouvant le patrimoine culturel libanais. Celle-ci réside dans une tour blanche, style art-déco. Accueillant initialement une concession automobile et des bureaux, elle devient la résidence familiale à partir de 1934. Beyrouth Hôtel est joué au sein de cette illustre tour.

 

Beyrouth Hôtel narre la rencontre d’une réceptionniste jouée par Myriam Watfa et d’un dramaturge français, client de l’hôtel, Zahi Tabet. Dans la réception, le dramaturge attend longuement un metteur en scène. En attendant, la réceptionniste converse avec le client, au début réfréné à l’idée d’avoir une discussion. Si les premiers dialogues expriment par quelques stéréotypes les différences culturelles, mis en lumière par des personnages antagonistes, la conversation se poursuit et laisse entrevoir la création d’un lien. Finalement, le registre humoristique est dépassé lorsque l’on entrevoit en filigrane que les échanges entre deux personnes aux vies et caractères opposés sont nécessaires afin de reconsidérer la manière dont on se définit et agit.

 

Les bénéfices de cette pièce seront reversés à l’association CAP-HO créée en 1995. Celle-ci prend en charge les soins de tout enfant malade ayant besoin de soins. 

Pour en savoir plus, cliquez ici

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo